Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race, suite et fin

 

La France est la Nation championne de toute catégorie dans l’utilisation d’un vocabulaire qui jette le discrédit sur les communautés minoritaires de ce pays les éloignant du centre de gravité sociétale qu'est la SOLIDARITE des peuples

 

Aissi donc on relève les entrants..Communautarisme séparatisme qui attaquent de front le monde musulman les Africaine et autres afrodescendants, et le dernier arrivé… « Privilège blanc » qui ouvre la porte à toutes les exactions raciales perpétrées par les identitaires très nombreux en cette terre française.

 

Mais alors pourquoi vouloir supprimer le mot Race dans le langage populaire et les écrits alors que les expressions, Noir, Blanc font les beaux jours de la presse, marquant une différence très nette entre les individus, faisant la part belle à la race précisément indo européenne.

 

Car la France semble oublier que les troubles de nos jours sont la conséquence d’un passé peu glorieux…

 

…qu’on se rappelle qu’en 1945 elle fut sauvée de justesse de la domination allemande grâce à une mobilisation mondiale entraînant de millions de morts, qui eut dû entrainer de la modestie dans sa diplomatie… 

 

…Car dès la fin de la guerre elle se livrait à des luttes colonialistes contre des peuples qui revendiquaient leur liberté, entre autre l’Indochine et l’Algérie.

 

Par ailleurs, il ne faut pas perdre de vue que jus qu’à le moitié du 20ème siècle la France exerçait une tutelle sur plus de 110 millions non pas de citoyens mais des indigènes aux droits réduits…

 

…qu’après la période dite de décolonisation, elle a conservé les territoires dits outre mer qui lui vaut d’occuper deux tiers des océans, avec de revenus conséquents.

 

Alors il ne faut perdre de vue que toutes les mémoires ne sont pas courtes…

 

…que demain sur le sol français on sera confronté aux commandos libyens syriens et autres en guise de représailles dont le peuple en souffrira à cause du peu des discernement de ses dirigeants passés et présents.

 

Mais quoiqu’il en soit, il y aura toujours des Nègres des Asiatique les Latinos de indoeuropéens, qui font partie intégrante de la Race Humaine 

 

Hymne de CUBA, Ile de la CARAIBE

 

https://www.youtube.com/watch?v=IMKe6QVjT84

 

La conquête de la Guadeloupe

 

En 1496, date du retour de Christophe Colomb, la population, alors composée d’une seule tribu, les Caraïbes , ceux-ci étant regroupés avec une autre tribu, les Ygneris, résiste avec vigueur aux divers débarquements des Espagnols. Une mission de dominicains est complètement anéantie en 1603.

1635 ,  Occupation de la Guadeloupe par la France

De 1635 à 1674, la Guadeloupe  sera régie par trois compagnies françaises successives ,  la Compagnie Saint-Christophe, la Compagnie des Iles d’Amérique et la Compagnie des Indes Occidentales.

Au moment du débarquement français dirigé par les chevaliers d’Esnambuc et de l’Olive, la population caraïbe compte alors 25.000 habitants.

De l’Olive entreprend le massacre des indigènes. Il fait embarquer sur une chaloupe le chef de village Yance, deux de ses fils et Martinet, fils d’un chef Caraïbe nommé Baron , de l’Olive poignarde un des fils Yance dont le corps est jeté à la mer. Le père subit le même sort mais surnageant, est achevé à coups d’aviron. Martinet s’évade.

A la suite de ces violences, les Caraïbes tendent des embuscades aux chasseurs isolés. Dans l’ignorance des armes à feu, ils attendent que le chasseur décharge son arme sur le gibier pour l’attaquer et l’assommer à coups de boutou , massue en bois très dur, présentant des arêtes vives.

Une soixantaine de comparses de de l’Olive sont ainsi exécutés.

A partir de ce moment, les indo européens se déplacent en deux groupes, l’un chassant, l’autre en couverture. Malgré ces précautions, les isolés, les traînards sont abattus.

Des attaques surprises ont lieu avec l’aide des Caraïbes des îles avoisinantes. A cette époque, déjà, les combattants caraïbes ne laissent ni leurs blessés ni leurs morts sur le terrain.

Malgré ces crimes et peut-être à cause de ceux-ci, de l’Office est confirmé gouverneur de la Guadeloupe par Richelieu, grâce aux Pères Pélican et Carré, le 2 décembre 1637.

En février 1640, des renforts arrivent de l’île de Saint-Christophe. Les Caraïbes sont battus mais s’acharnent avec un grand courage contre une redoute de Caspeterre trente heures durant avant de se retirer à Antigue et d’attaquer à nouveau, mais en vain, leur patrie usurpée.

Septembre 1643 : Houël du Petit Pré est nommé gouverneur.

La Compagnie des Iles ayant pris la succession de la Compagnie Saint-Christophe se trouve ruinée à la suite de divers désastres et acculée à vendre ses privilèges à des particuliers, la Compagnie, en l’occurrence la Guadeloupe.

 L’île est achetée par de Boisseret, beau-frère de Houël, pour la somme de 60.000 livres au comptant et 600 livres de sucre à livrer chaque année à la Compagnie. Le règne des seigneurs féodaux commence avec ces deux propriétaires

 

Sommaire

 

Naissance de l'Esclavage

 Première abolition

 Le rétablissement

 La deuxième abolition

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy