Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race

 

En pleine déferlante mondiale sur la problématique raciale,  le contexte ne pouvait pas être meilleur pour évoquer le concept de Race  que la France seu lpays des 193 membres  de l’Organisation des Nations Unies (L’ONU) veut voir disparaitre dans les échanges au quotidien, mais le remplacer par quel  stratagème….

 

Car c’est une prétention outrancière, un acte politique, qui veut avoir des conséquences sur le mode de pensée des Africains et autres  Afro descendants, des populations naïves et fragiles écrasées par leur passé d’esclave et de colonisé.

 

Et pour bien cerner la mentalité des Français de l’Europe du 21è siècle il faut avoir en mémoire quelques figures de l’Histoire qui valent mieux qu’un long discours…

 

… nos sommes en 1814 avec le retour de la  Monarchie sensée avoir disparu depuis Janvier 1793 et Louis XVIII est acclamé par un vibrant…Vive le Roi…

 

…mai un an après, 1815 avec le come-back de Napoléon pour  son retour des 100 jours c’est ce même peuple qui le reçoit au cri délirant de  … Vive l’Empereur…

 

Dès cette époque, on relève donc    une population incohérente dans ses choix, versatile, imprévisible et donc faible.

 

Plus de deux siècles  se sont écoulés, on peut multiplier les contorsions les explications saugrenues venant de tout l’échiquier politique pour obsever que ce mode de pensée relevé en 1815 n’a pas changé d’un yotta…

 

Car comment expliquer qu’en, pleine déferlant raciale au 21è siècle on relève des propos hors sol que sont…

 

Racisme, Noir, Blanc, racisme anti blanc, privilège blanc.

Pour mémoire, le vocabulaire « racisme » scandé de nos jours dans toutes les suces est inapproprié, car aucune communauté humaine dans ce pays n’est menacée de destruction en raison de ses caractéristiques physiques ou religieuses.

 

Par contre ce slogan cache une réalité plus méprisable qui est la discrimination raciale, propre à toutes les couches de la société française (les souchistes) dont sont victimes principalement les Africains les Afro descendants et les populations du Maghreb résidant en France…

 

Et donc revisitons l’Histoire du Monde Nègre et sa descente dans l’enfer de l’humiliation.

 

Nous sommes à la fin du XVe siècle, c’est le début de la découverte de nouveaux territoires, Espagnols , Portugais,  Français,  Britanniques s’installent en pays conquis après avoir massacré les premiers occupants, les Indiens, peuples  indociles et rebelles  au travail de terre.

 

 

Et voilà ces Européens partis à la recherche de remplaçants trouvés dans les populations de la côte occidentale africaine, fragiles naïves inaptes à toute résistance armée, qui feront la traversée de l’Atlantique pour être vendus dans les marchés d’esclaves des Amériques et la Caraïbe.

 

Mais l’apparition du concept de Race verra le jour au XVIII è siècle par les écrits et la pensée de certains écrivains et philosophes français qui établiront un dispositif  tendant  à démontrer    la supériorité du monde occidental et la justification de la traite négrière concernant les Africaines de race Nègre et l’établissement de L’Esclave.

 

Espagnols, Portugais , Britanniques pratiquant une stricte surexploitation des territoires colonisés, les Français iront plus loin en se plaçant dans une domestication ( Code Noir )des esclaves afro descendants, par une politique d’assimilation, au résultat catastrophique pour les personnes tombées dans ce piège infernal du big bang cérébral dont les effets désastreux perdurent de nos jours…

 

… dont les  premiers résultats se présenteront en Mai 1802 avec le rétablissement de L’esclavage à la Guadeloupe, une absente totale de résistance de la population du territoire de 90000 âmes à l’époque, malgré les efforts désespérés d’un  certain Colonel Louis Delgres, d’origine martiniquaise pour s’opposer  au Corps. Expéditionnaire de Napoléon Bonaparte…

 

…Alors  qu’à Saint Domingue (devenu Haïti) les troupes armées sous la conduite d’un Toussaint Louverture et de Jean Jacques Dessalines, arrachaient la victoire et la création de l’Etat haïtien, permière Nation  Nègre à conquérir son indépendance les armes à la main, à compter du Premier Janvier 1804;

 

La suite prochainement.

 

https://www.youtube.com/watch?v=IMKe6QVjT84

Epilogue d'une campagne

 

 

L’autre jour une relation européenne me disait en substance… «  C’est fantastique et courageux ce que tu fais Léonce, face à un peuple sevré d’Histoire, de subtilités historiques, qui n’admet et entend que ce qu’on lui a appris c'est-à-dire le minimum...

 

J’en veux pour preuve, ton pavé soulignant les confusions entretenues  gauche-droite autour des 14 Juillet  il faut être solide pour révéler une telle incohérence publique, tu as crée une belle pagaille dans les chaumières… »

…J’imagine que la frustration a été au maximum, une telle vérité assénée par un étranger, et donc tu  déranges leurs suffisances, mais tel que je te connais c’est le cadet de tes soucis…

 …Mais là n’est pas le problème, donc toi et les associations amies, vous devrez bétonner, enfoncer le clou avec intelligence par le savoir et la connaissance pour gagner le combat de la respectabilité, c’est le prix à payer dans une société de plus en plus imprévisible;

 

Qui fait maintenant le procès du racisme anti-blanc alors même que la racisme est universel, mais là je ne t’apprends rien, tu sais autant que moi sur ce sujet… »...5/5 reçu

Faut-il préciser que l’honorable interlocuteur est avocat de profession, féru d’Histoire, spécialiste du parcours légendaire de Napoléon Bonaparte, depuis élève à l’Ecole militaire  de Brienne- Aube- (1779-1784) jusqu’au retour des cendres de cet empereur après Saint Hélène (Décembre 1840)

Et précisément j’en arrive à l‘épilogue de cette riche campagne de mobilisation autour de la journée nationale prochaine du 10 Mai 2013 une décision gouvernementale en date du 31 Janvier 2006 ...

 

Prise en application de la Loi du 10 Mai 2001, dite loi Taubira reconnaissant comme Crime contre l’Humanité, la Traite négrière transatlantique et l’Esclavage, un texte peu connu, très controversé, dénoncé en permanence dans les milieux conservateurs.

 Et comme le disait à juste titre par le Philosophe Elie Wiesel… « «  le bourreau tue deux fois, la deuxième fois en imposant le silence » »

 Effectivement le 26 Avril 1848 nos ancêtres africains n’avaient aucune existence, au matin du 28 Avril du même mois ils retrouvent avec une âme, la liberté juridique, mais toujours attachés à l’HABITATION.

 

Car ces nouveaux libres n’ont ni terre, ni moyens financiers pour concrétiser cette liberté, alors ils restent toujours à la disposition du maître négrier, ce béké qui a été indemnisé, ayant perdu son patrimoine humain, attaché à perpétuelle demeure.

 

Et voilà qui nous ramène à la Dette haïtienne souvenez vous, une rançon versée pendant trois quart de siècle par cette jeune Nation au profit de la puissance coloniale de l'époque.

 

Pour sauvegarder une indépendance arrachée les armes à la main, face à l'un des plus puissants corps expéditionnaires du XVIIIème siècle, et dont il est temps que le pouvoir  songe à rembourser cet indu avec intérêts.

Il est à préciser que l’habituation, domaine du colon, était le lieu de travail, de vie des esclaves, dans une véritable existence autarcique et donc pour fixer une image… attaché dit le loup vous ne courrez donc pas où vous voulez… (Extrait de la fable -Le loup et le chien- de Lafontaine)

Et donc ce concept d’habitation demeure toujours psychologiquement ancré dans les esprits de certains de mes compatriotes caribéens avec le comportement et les résultats politiques désastreux que l’on enregistre à l’occasion de certains scrutins, ( 7 Décembre 2003 Martinique Guadeloupe) ( 10 Janvier 2011 Martinique Guyane) mais là est un autre débat.

Oui, sitôt après cette abolition de 1848, le colonisateur s’est évertué à supprimer toute trace du passé des esclaves en leur enlevant personnalité, dignité.

 

Et nous atteignons le summum de l’ignominie avec  l’escroquerie intellectuelle qui a vulgarisé la pensée que ces personnes et leurs descendants avaient pour origine les Gaulois, mais la Gaule remonte à plusieurs siècles en amont et les ressortissants n’avaient la peau ni foncée ni bronzée à ce que je sache.

Mais cette bêtise est toujours ancrée chez beaucoup des nôtres qui ont  du mal à assimiler cette réalité intangible à savoir que l’Afrique est bien notre berceau.

 

Nonobstant tous les groupes humains apparus depuis par le jeu des croisements divers, désignés dans le langage populaire par le vocable métisse qui bien entendu ne constitue pas une nouvelle race ou une catégorie à part  à l'échelon de notre Humanité.

 

Et du reste cette exception à la...n'a cours ni dans les Amériques, ni dans les autres îles de la Caraïbe, des zones les plus peuplées d'Afrodescendants, ce qui ramène au cimetière des incongruités cette théorie fumeuse qui clame urbi et orbi que l' avenir de notre Monde reposerait sur le métissage. 

 Ce fut donc un silence presque parfait car l’Histoire était scrutée…

  Et voilà que se présenta 1998 avec le 150è anniversaire de l’Abolition de l’Esclavage, et cette journée mémorable du 23 Mai 1998 qui à Paris, de Bastille à Nation, avec une foule immense venue de partout, enfants femmes hommes, colorés, foncés, bronzés, fit tomber cette chappe de plomb sur notre HISTOIRE.

A cette occasion je complétai ainsi la pensée d’Elie Wiesel par cette phrase… « la troisième fois par sa capacité à récupérer l’Histoire à son profit… » 

Oui en Avril 1998, le pouvoir politique de l’époque, en s’arrogeant plus de 80% des subventions publiques affectées à l 'Evènement pour mettre en valeur son implication dans la liberté des esclaves, nous a volé notre Histoire…

Car du Prêcheur au Carbet , de Saint Pierre au Morne Rouge, partout, grondait la colère et ce besoin de liberté, les coutelas étaient prêts. 

 

Des têtes seraient tombées en nombre et l’Ile aurait été mise à feu et à sang, alors pris de panique le Gouverneur de l’époque à la Martinique s’engagea ce 22 Mai 1848 dans une abolition désespérée pour éviter le pire…

De tous ces faits de révolte, d’armes et de courage, il n’y eu pas un mot à l’occasion des discours officiels.

De même il n’y aurait jamais eu de 10 Mai sans 23 Mai…

Alors que chacune et chacun se rappelle, quelque soit son origine ou son rang social dans cette société, que la République ne fait confiance qu’à la vertu et la vérité qui engendrent le comportement républicain… 

 

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy