Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce  Lebrun

 

Le Sahel

 

 Bizarre la vie, durant mon service militaire légal, ma meilleure relation était un Officier d’active, brillant saint-cyrien, de Famille aristocrate, Capitaine à 29 ans. 

et qui a quitté l’Armée avec le grade de Général de Division (3 étoiles) alors que pour moi à terme, il avait l'étoffe de Gouverneur d’une Région militaire...

 

...avec bien entendu les attributs de Général d’Armée (5 étoiles) mais voilà, le destin en a décidé autrement.

 

L’Homme, "superviseur" des champs de tir  durant les périodes de classe, avait été frappé par mes techniques de combat vis à vis des autres appelés...

 

...normal, j'avais derrière moi 3 années de préparation militaire volontaire( PME, PMS)  ouvert aux étudiants bénéficiaires d’un sursis, et il me voyait déja un brillant Officier d’avenir…

 

…. Oui, mais ce n’était pas mon goût, ni la vocation , voire même dans mon choix de carrière professionnelle, et quand est venu pour moi le temps de lever l’ancre, le Capitaine m'avance en substance…

 

… « « Léonce tu vas retrouver la vie civile, ne changes rien de ton comportement, face à des gens prétentieux orgueilleux...

...qui n’arrivent pas à ta cheville, mais nourrissent toujours des sentiments de race supérieure » »…

 

Venant de la part d’un futur Général de l’Armée française, c’était un Conseil qui valait son poids de diamant, et que j’ai utilisé à bon escient si je voulais m’en sortir de ce bassin de requins...

 

...grâce à ma stratégie intitulée l'Ecrevisse et le caïman qui consiste à laisser croire à l'autre (indo européen) qu'il a toujours raison, le laissant mijoter dans son ignorance...

 

...ce gui m’autorise à parler et prendre positon fort et clair…Il est gonflé ce Nègre

 

En effet contrairement à ce que j’ai avancé dans un précédant message, la troisième guerre mondiale m’aurait pas lieu à cause du cluster "sahelien" , de guerre et pour cause.

 

Quand on connait son Histoire, limitons nous au terme des 19è en partie ,20è er 21è siècle, la France a été au cœur ou partie prenante de toutes les crises qui ont traversé notre Monde.

 

Passons rapidement en revue...

 

… 1870  conflit avec la Prusse, défaite cuisante et perte des Régions de l'Alsace et la Lorraine cédées à l'ennemi...

 

...1914, conflit avec l’Allemagne (première guerre mondiale)...

 

...1940  nouvelle crise avec l’Allemagne (deuxième guerre mondiale) pour ces deux conflits le pays est sauvé de justesse...

 

...grâce à la participation active des forces alliées sous la conduite des Etats Unis d’Amérique...

 

A ce propos on relève que le 8 Mai  est récupéré chaquue année sans vergogne en commémoration de l'Armistice du 8 Mai 1945

 

...il s'en suit une certaine confusion bien entretenue qui ferait croire à certains que la France est la seule vainqueur du conflit en cause...

 

.... une confusion qui relève de l'escroquerie intellectuelle, car les seuls vainqueurs de l'Allemegne à savoir ,les Américains, les Britanniques les Russes de l'ex- URSS et les Canadiens...

 

....qui peuvent commémorer légitimement cet évènement historique...

 

... que du reste la France qui était le centre de cette tragédie, son dispositif de défense ayant volé en éclat en Juin 1940 face à la déferlante des forces armées du 3è Reich allemand...

 

...  n'a pas été invitée à cette grande Conférence de Yalta de Février 1945, réunissant les représentants de l'Union Soviétique, les Etats unis d'Amérique et la Grande Bretagne...

 

... avec pour principale mission de régler la situation et l'avenir de l'Allemagne à la fin de cette guerre...                                                                                                 

 

...de 1945 à 1962, guerres de décolonisation engagées contre l’Indochine et l’Algérie....

 

... de Mars à Novembre 2011 destruction de la Nation libyenne avec le concours de l’OTAN...

 

...dont en 2012 le même sort était réservé à la Syrie, mais le barrage ferme des Américains a freiné toute dérive en ce sens

 

Et comme il faut absolument trouver des terrains de conflits, l’Afrique est bien dans la ligne de tir, grâce au concours imbécile de dirigeants corrompus et incompétents.

 

Car le choix du Sahel n’est pas un hasard avec ses 5 territoires, autour du  Mali en pôle position...

 

...bien pourvus de matières premières indispensables à l’économie de l’Occupant occidental...

 

...et il constitue un excellent socle de départ pour la future conquête du Continent dont le plan a été minutieusement établi à Paris...

 

...sous couvert  d’un discours de mensonges et de manipulations des masse, avec pour pilier le terrorisme et le jhadisme islamiste comme instruments idélogiques de combat.

 

Mais voilà si les dirigeants africains sont des incapables, par contre les peuples ne sont pas endormis comme jadis...

 

...et dès qu’ils auront cerné la supercherie, ils demanderont à la France de quitter le Continent, qu’elle refusera d'obtempérer  animée de son bon droit d’occupant...

 

Face à une colère grandissante, l’Exécutif français donnerait l’ordre à ses mercenaires de tirer sur les foules ,faisant des milliers de victimes.

 

A  ce stade, Russes et Chinois appelés en renfort vont délivrer un ultimatum à la France  lui sommant de quitter le territoire africain sous peine de guerre sur son territoire en Europe

 

Et comme la France ne dispose d’aucun soutien occidental, dans cette folle entreprise impérialiste...

 

...elle devra s’exécuter comme en 1954 sur le Canal se Suez (Egypte) sous la pression d'une coalition ponctuelle soviéto-américaine...

 

...ordonnant à la Grande Bretagne et la France de retirer leurs forces armées en ces lieux sous peine de gros dégâts militaires imminents.

 

Ces deux Nations ont respecté l'ultimatum.

 

Ainsi aura pris fin une nouvelle tentative  de recolonisation insidieuse de l’Afrique...

 

...et surtout l’emballement d’un conflit mondial dont la France aurait tout à perdre pour son peuple.

 

https://www.youtube.com/watch?v=gXZVhKvvMVU

 

PME... préparation miltaire élémentaire

PMS...préparation militaire supérieure

 

Bibliographie sur L'Esclavage

 

 

Histoire à lire/

 

Janine Alexandre-Debray, Victor Schoelcher ou la mystique d’un athée , Perrin, 352 p., 13, 72 €.

Elisabeth Badinter, Condorcet : un intellectuel en politique : 1743-1794, LGF, 749 p., 7, 90 €.

Henri Banjou, La Révolution et l’Esclavage à la Guadeloupe, 1789-1802 , épopée noire et génocide, L’Harmattan, 200 p., 17 €.

Yves Benot, La Révolution française et la fin des colonies ,1789- 1794, La Découverte, 280 p., 11 € , La démence coloniale sous la Révolution, La Découverte, 407 p., 24, 39 €.

Yves Benot et Marcel Dorigny, 1802 : rétablissement de l’Esclavage dans les colonies françaises , ruptures et continuités de la politique coloniale française 1800-1830 , aux origines de Haïti, Maisonneuve et Larose, 591 p., 35 €.

Jean-Pierre Biondi et François Zuccarelli, 16 pluviose an II : les colonies de la Révolution, Denoël, 200 p., 22, 87 € ;

Aimé Césaire, Victor Schoelcher et l’Abolition de l’Esclavage, Le Cappucin, 110 p., 20 € .

Augustin Cochin, L’Abolition de l’Esclavage. La Caraïbe après l’Abolition, 407 p., 14, 64 €.

Serge Daget, La répression de la traite des Nègres au XIX° siècle , l’action des croisières françaises sur les côtes occidentales de l’Afrique, 1817-1850, Karthala, 625 p., 34 € ,La traite des Nègres , bastilles négrières et velléités abolitionnistes, Ouest France, 299 p., 21, 34 € , Répertoire des expéditions françaises à la traite négrière illégale : 1814-1850, Université de Nantes, 650 p., 53, 36 €.

Serge Daget et François Renault, Les traites négrières en Afrique, Karthala, 237 p., 25 €.

Rodolphe Damon, Joseph Crassous de Médeuil , 1741-1793 , marchand, officier de la marine royale et négrier, Karthala, 256 p., 21 €.

Christian Delacampagne, Histoire de l’esclavage : de l’Antiquité à nos jours, LGF, 319 p., 6, 15 € ;

Marcel Dorigny et Bernard Gairol, La Société des Amis des Nègres, 1788-1799 , contribution à l’histoire de l’Abolition de l’Esclavage, Unesco, 429 p., 28, 97 €.

Maurice Ezran, L’abbé Grégoire, défenseur des Juifs et des Nègres : Révolution et tolérance, L’Harmattan, 204 p., 18, 30 €.

Claude Fauque et Marie- Josée Thiel, Les routes de l’Esclavage, Hermé, 192 p. ? 35 € ,

Moses I.Finley, Esclavage antique et idéologie moderne, Minuit, 216 p., 12, 35 €.

Claude Fohlen, Histoire de l’Esclavage aux Etats-unis, Perrin, 21, 50 €.

Gilberto Freyre, Maîtres et esclaves , la formation de la société brésilienne, Gallimard, 550 p., 11 e.

Peter Garnsey, Conception de l’Esclavage , d’Aristote à saint Augustin, Les Belles Lettres, 412 p., 29 € ;

Florence Gauthier, Périssent les colonies plutôt qu’un principe , Contributions à l’histoire de l’Abolition de l’Esclavage, 1789-1804, Société des Etudes robespierristes, 120 p., 21 €.

Chantal George, L’Abolition de l’Esclavage : un contrat pour les droits de l’homme , recueil de textes du XVIII° siècle à 1848, Complexe, 168 p., 14, 50 €.

Antoine Gisler, L’Esclavage dans la Caraïbe, XVI °-XVIII° siècles, Karthala, 224 p., 23 €.

Murray Gordon, L’Esclavage dans le monde arabe , VII°-XX° siècles, Robert Laffont, 265 p., 14, 48 € .

Patricia Gravall, L’Eglise et l’Esclavage, L’Harmattan, 138 p., 12, 20 €.

Jacques Heers, Les négriers en terres d’islam , la première traite des Nègres, VII°-XVI° siècles, Perrin, 313 p., 22 €.

Rita Hermann-Belot, L’abbé Grégoire, la politique et la vérité, Le Seuil, 306 p., 24, 40 €.

Léon-François Hoffmann, Le Nègre romantique , personnage littéraire et obsession collective, Payot, 308 p., 14, 64 €.

Georges Hourdin, L’abbé Grégoire , évêque et démocrate, Desclée de Brouwer, 160 p., 13, 26 €.

Peter Kolchin, Une institution très particulière , l’Esclavage aux Etats Unis , 1619-1877, Belin, 301 p., 21, 30 €.

 Julien J. Lafontant, Montesquieu et le problème de l’Esclavage dans L’Esprit des Lois, Naaman, 168 p., 15 €.

Maurice Lengellé, Art et histoire de la France créole , du Racisme à l’Abolition de l’Esclavage, Editions régionales de l’Ouest, 91 p., 30 € , L’Esclavage, Puf, Que sais-je . n°667, 126 p., 7, 50 € , L’Esclavage moderne, Puf, Que sais-je , n°3470, 128 p., 7, 50 €.

Bernard Lewis, Race et Esclavage au Proche-Orient, Gallimard, 264 p., 32, 01 €.

Edmond Maestri, Esclavage et abolition dans les îles de l’océan Indien ,1723-1860, systèmes esclavagistes et abolitions dans les colonies de l’océan Indien, L’Harmattan, 456 p., 38 €.

Mario Maestri, L’Esclavage au Brésil, Karthala, 196 p., 19 €.

Claude Meillassoux, Anthropologie de l’Esclavage, PUF, Quadrige, 384 p., 12 €.

Jean Meyer, L’armement nantais dans la 2° moitié du XVIII° siècle, Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales, 2 volumes, 470 p., 49 € , Esclaves et Négriers, Découvertes Gallimard, 160 p., 13 € , L’Europe et la conquête du monde XVI°-XVIII° siècles, Armand Colin, 368 p., 28, 50 €.

Patricia Motylewski, La Société française pour l’Abolition de l’Esclavage ,1834-1850, L’Harmattan, 230 p., 18, 30 €.

David Pesci, Amistad , les mutins de la liberté, J’ai lu, 270 p., 6, 80 €.

Gisèle Pineau, Femmes de la Caraïbe , traces et voix cent cinquante ans après l’Abolition de l’Esclavage, Stock, 262 p., 21, 34 €.

William Owens, Les mutinés de l’Amistad, Grand Caractère, 536 p,  29, 58 € 

Bernard Plongeron, L’abbé Grégoire et la République des savants, CTHS, 302 p., 12 €.

Pierre Pluchon, Toussaint Louverture, de l’Esclavage au pouvoir, Ecole des Loisirs, 408 p., 11, 50 € , Toussaint Louverture , un révolutionnaire Nègre d’Ancien Régime, Fayard, 654 p., 25 € ; Nègres et Juifs au 18° siècle , le Racisme au siècle des Lumières, Tallandier, 316 p., 13, 72 € , La route des esclaves , Négriers et bois d’ébène au XVIII° siècle, Hachette Littérature, 312 p., 13, 11 €.

François Renault, L’Abolition de l’Esclavage au Sénégal , l’attitude de l’administration française ,1848-1905, Geuthner, 107 p., 2, 90 €.

Alain Roman, Mes ennemis savent que je suis Breton…La vie d’Ohier de Grandpré, marin de Saint-Malo ,1761-1846, , les étonnants voyages d’un capitaine négrier, écrivain, géographe, agent recruteur, archéologue, repris de justice, polyglotte, inventeur, fonctionnaire des impôts, Cristel, 247 p., 21 €.

P.Rinchon, Pierre-Ignace-Liévin Van Alstein, capitaine négrier, Gand 1733, Nantes 1793, IFAN, 542 p., 12, 81 €.

Louis Sala-Molins, L’Afrique aux Amériques , le code noir de l’Esclavage espagnol, PUF, 192 p., 21 € , Le Code noir ou le calvaire de Canaan, Puf, 292 p., 10 €.

Eric Saugera, Bordeaux port négrier , chronologie, économie, idéologie, XVII°-XVIII° siècles, Karthala, 382 p., 28 €.

Nelly Schmidt, Abolitionnistes de l’Esclavage et réformateurs des colonies , 1820-1851, analyse et documents, Karthala, 1196 p., 54 € , Victor Schoelcher ,1804-1893, Fayard, 23 €.

Jean-Pierre Tardieu, De l’Afrique aux Amériques espagnoles, XV°-XIX° siècles ,utopies et réalités, L’Harmattan, 222 p., 18, 30 €.

Christiane Taubira-Delannon, L’Esclavage raconté à ma fille, Bibliophane, 165 p., 16 €.

Hugh Thomas, The Story of the Atlantic Slave Trade , 1440-1870, Simon & Schuster, 912 p., 21, 51 €.

Jacques Thibau, Le temps de Saint Domingue. L’Esclavage et la Révolution française, Lattès, 384 p., 22, 87 €.

Françoise Vergès, Abolir l’Esclavage , une utopie coloniale, les ambiguïtés d’une politique coloniale, Albin Michel, 229 p., 18, 390 €.

Bernard Vincent, Amistad : les mutins de la liberté, L’Archipel, 270 p., 18, 29 €.

Claude Wanguel, La France et la première Abolition de l’Esclavage (1794-1804) , le cas des colonies orientales , île de France , Maurice, et la Réunion, Karthala, 724 p., 40 €.

Eric Williams, Capitalisme et Esclavage, Présence africaine, 352 p., 25, 34 €. 

 

Textes de l’époque/

 

Henri Bernardin de Saint Pierre, Voyage à l’île de France , un officier du roi à l’île Maurice : 1768-1770, La Découverte, 272 p., 7, 62 €.

Louis-Edouard Bouet-Willaumez, Commerce et traite des Nègres aux côtes occidentales d’Afrique, Slatjkine, 242 p., 60 Francs suisses.

Théodore Canot, Confessions d’un négrier , les aventures du capitaine Poudre-à-canon, trafiquant en or et en esclaves -1820-1840_, Payot, 266 p., 9, 76 €.

Jean Antoine Nicolas Condorcet, marquis de Caritat, Réflexions sur l’Esclavage des Nègres, L’Harmattan, 90 p., 11 €.

Louis Garneray, Le négrier de Zanzibar, voyages, aventures et combats, Payot, 308 p., 8, 54 €.

Olympe de Gouges, L’Esclavage des Nègres, Indigo et côté femmes, 140 p, 12, 50 €. 

Abbé Henri Grégoire, De la littérature des Nègres, Perrin, 312 p., 21, 34 €.

Alexandre Moreau de Jonnes, Recherches statistiques sur l’Esclavage colonial et les moyens de la supprimer, Slatkine, 290 p., 60 Frs suisses.

Joseph-Elézéar Morenas, Précis historique de la traite des Nègres et de l’Esclavage colonial, contenant l’origine de la traite, ses progrès, son état actuel et un exposé des horreurs par le despotisme des colons, Slatkine, 423 p., 50 francs suisses.

Joseph Mosneron-Dupin, Moi, Joseph Mosneron, armateur négrier nantais (1748-1832), Apogée, 240 p., 18, 29 €.

La Révolution française et l’Abolition de l’Esclavage , textes et documents, Edhis, 228, 67 €.

Guillaume Thomas Raynal, Histoire philosophique et politique des deux Indes, La Découverte, 378 p., 27, 44 €.

Victor Schoelcher, Des colonies françaises , abolition immédiate de l’Esclavage, Editions du CNRS, 443 p., 13, 72€ .

Jean-Louis et Isabelle Vissière, La Traite des Nègres au siècle des Lumières : témoignages de Négriers, Métaillé, 192 p.,  7, 62 €.

Alexandre Stanislas de Wimpffen, Haïti au XVIII° siècle , richesse et Esclavage dans une colonie française, Karthala, 324 p., 23 €.

 

Romans et fictions/

 

Alex Haley, Racines, J’ai lu, 730 p., 10 €.

Joyce Annette Barnes, Amistad, Pocket Jeunesse, 128 p., 4 €.

Madison Smart Bell, Le soulèvement des âmes, Actes Sud, Babel, 769 p., 13 € , Le maître des carrefours, Actes Sud, 950 p., 29, 50 €.

Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux, L’île des esclaves, Gallimard, 3 € ,

Patrick Chamoiseau, L’esclave vieil homme et le molosse, Gallimard, 146 p., 4, 10 €.

Barbare Chase-Riboud, Le nègre de l’Amistad, Albin Michel, 360 p., 18, 30 €.

Edouard Corbière, Le négrier, Ancre Marine, 279 p., 23 €.

Alexandre Dumas, Georges, Editions 1, 400 p., 15, 24 €.

Jean-Pierre Gourmelon, Les crins du négrier, Terre de brume, 253 p., 18, 14 €.

Frances Mary Hendry, Les enfants du négrier, Milan, 320 p., 6 € .

Victor Hugo, Bug Jargal, Pocket, 286 p., 3, 69 €.

Jean Lainé, Le bateau négrier, Ancre de Marine, 351 p., 15 €.

Prosper Mérimée, Tamango, Magnard, 3, 50 €.

Tony Morrison, Beloved, 10-18, 379 p., 7, 20€.

Harriet Beecher Stowe, La Case de l’Oncle Tom, Hachette Jeunesse, 379 p., 5, 50

 

Voir/

 

Amistad , 1997, de Steven Spielberg, avec Djimon Hounsou, Matthew McConaughay, Morgan Freeman.

Autant en emporte le vent , 1939, de Victor Fleming, avec Clark Gable, Vivian Leigh, Olivia de Haviland.

Beloved ,1998, de Jonathan Demme, avec Oprah Winfrey, Dannie Glover et Kimberly Elise.

La case de l’Oncle Tom ,1963, de Geza Radvanyi, avec O.W.Fischer, Mylène Demongeot, Herbert Lom, Juliette Gréco.

L’esclave libre ,1960, de Raoul Walsh, avec Clark Gable, Yvonne de Carlo et Sidney Poitier.

Esclaves ,1969, de Herbert Biberman avec Ossie Davis, Stephen Boy et Dionne Warwick.

Le dernier négrier ,1937, de Tay Garnett avec Warner Baxter, Wallace Beery et Elizabeth Allan.

Roots ,Racines, de Marvin J.Chomsky et David Greene, avec LeVar Burton, Louis Jr Gosset, John Amos, Madge Sinclair.

Spartacus ,1960, de Stanley Kubrick avec Kirk Douglas, Laurence Olivier, Tony Curtis, Jean Simmons.

West Indies ,1979, de Med Hondo avec Robert Liensol, Roland Berin, Toto Bissainthe, Hélène Vincent.

 

Visiter /

 

1)   Maison de la Négritude et des droits de l’Homme,

 24, Grande Rue, BP1, 70290 Champagney. Tel/fax , 03 84 23 25 45 , mail , Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Ouverture .

Du 1er avril au 31 octobre ,du mercredi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h, le mardi et le dimanche de 14h à 18h.

Du 1er novembre au 31 mars , du mardi au samedi de 13h30 à 17h30. Visite guidée sur RDV.

 

Tarifs /

Individuels : adultes 3 € , enfants, étudiants gratuit,

 Groupes à partir de 10 personnes et possesseurs de la carte Cezam 2 € /personne ( scolaires gratuit).

 

2)     Maison Abbé Grégoire,

place de l’Abbé Grégoire, 54370 Emberménil. Tel , 03 83 71 20 56 ou 03 83 71 20 57.

 

Ouverture /

De mi-mars à mi-novembre, les dimanches et jours fériés de 14h30 à 18h30.

Toute l’année sur réservation au 03 83 71 20 56 ou au 03 83 71 20 57 , tel/fax.

 

Tarifs :

Individuels : adultes 3 €, jeunes de 10 à 14 ans 1 €, gratuit pour les moins de 1 ans.

Groupes , 10 personnes et plus 2 €/personne.

 

3)    Maison Schoelcher,

Musée de la Hardt, 13, rue des Seigneurs, 68740 Fessenheim.

Ouverture , de 14h à 18h les samedis, dimanches et jours fériés de juin à septembre.

Visite guidée ,  Fessenheim, un village de la Hardt et son histoire , et ouverture de la maison Schoelcher possibles sur RDV. Écrire à Histoire  Patrimoine - Les Amis de Schoelcher, Maison Schoelcher, Musée de la Hardt, 13, rue des Seigneurs, 68740 Fessenheim.

 

4)  Fort de Joux

Office du tourisme de  Pontarlier, 14 b, rue de la Gare, 25300 Pontarlier. Tel , 03 81 69 47 95. Fax : 03 81 69 53 11.

Site internet , www.chateaudejoux.com

 

Ouverture .

Avril, mai, juin, septembre, octobre .

De 9h45 à 11h45 et de 14h à 16h30.

Juillet et août .

De 9h à  18h.

 

Autres mois .

Visites à 10h, 11h30, 14h30 et 16h.

Groupes sur RDV, possibilités de visites en anglais et en allemand.

 

Tarifs .

Individuels : adultes 5, 50 €, enfants 2, 60€, étudiants/scolaires 4, 50 €.

 

Groupes .

Adultes , à partir de 20 personnes 4, 50 €/personne

Enfants , à partir de 10 personnes 2, 50€/personne.  

                             

Sites internet/

www.chateaudejoux.com , Le site internet du château de Joux.

www.ville-pontarlier.fr/abolition/menu.php Le site officiel du parcours de la route des abolitions de l’esclavage.

www.gensdelacaraibe.org.

www.amadoo.com.

www.afrik.com.

www.afcam.org 

 

Sites internet des communautés originaire de l’Afrique et de la Caraïbe

www.rfi.fr , site de Radio France Internationale

www.assemblee-nat.fr/dossiers/esclavage.asp-8k.

Texte et débats de la Loi du 21 mai 2001 sur la  reconnaissance de la Traite négrière et de l’Esclavage comme crime contre l’humanité . Projet de la  route de l’esclave  de l’Unesco , www.unesco.org

https://www.youtube.com/watch?v=1aszz3s9Mek

 

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy