Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce  Lebrun

 

Colonisation, immigration, terrorisme

 

Colonisation, immigration, terrorisme, s’adresse à la même mouvance des minorités ethniques, victime de l’exploitation de l’homme par l’Homme

La colonisation

 

On sait par définition que le Français indo- européen n’est pas très porté par la connaissance de l’Histoire, pas plus que la géographie constituée par la connaissance de l’espace terrien où chacun vit.

 

Demandez à l’homme de la rue de situer la position de Melbourne ( Australie) il vous enverra  en Suède.

 

Au touriste français  indoeuropéen de passage sur un territoire de la Caraïbe, il vous fera état de nos colonie, toujours ce critère de possession, ignorant qu’une loi de 1946 a modifié la donne.

 

En tout cas  dans son subconscient il n’a pas oublié quel était le rôle de la possession de territoires acquis par la ruse la force, que les autochtones étaient privés de liberté d’aller et venir, alors que les richesses du pays occupé étaient pillées au service de l‘économie de l’occupant.

 

Et nous avons un immense espace africain, des zones du Pacifique (Tahiti, Knaki) des territoires de la Caraibe( Martinique  Guadeloupe, Haïti jus qu’en 1804,  de l’Amérique du Sud (Guyane) de l’Océan indien ( Réunion Mayotte)

 

Toute cette politique était axée sur le pillage des richesses minières et autres, et la domination des hommes au service du colonisateur (guerres 1914 -1918, 1940-1945, guerres coloniales d’Indochine  et d’Algérie

 

L’immigration

 

C’est le fait de se déplacer individuellement ou collectivement d’un pays ou continent pour des raisons multiples.

 

D’aucuns feront état de motifs économiques alors que d’autres avanceront des motifs politiques d’insécurité, de non respect des droits de l’Homme.

 

Cette problématique est très sensible en France et donne lieu à des débats et des propos incongrus

 

Quoi qu’il en-soit, l’immigration qui touche particulièrement les ressortissants africains de L’Ouest du Continent, doit être considérée comme un échec totale de la colonisation, mis à la charge de la France.

 

Car pour bien comprendre ce drame, il convient de revenir sur le mode de colonisation française basée sur l’assimilation de masses colonisées

 

A ces masses rien n’a été inculqué, comme des notions de responsabilité, du goût de l’entreprise, du rôle de la vie politique et donc des choix.

 

C’était  pour l’Administration française une bande de demeurés assignés à la servitude du  maître sans espoir  d’évolution vers plus de Dignité.

 

Et donc en  1960, année de début des indépendantes octroyées à certains territoires du Continent , la France régnait sur une tutelle de 110 millions d’indigènes

 

Pas mal comme Nation des droits de l’Homme, on a la force et la mitraille pour imposer sa loi en terre étrangère.

 

Et donc avec ces indépendances octroyées nous avons trouvé à la tête des affaires, des hommes corrompus, incompétents mais faisant tout pour plaire au maitre européen

 

Ces populations sans repère; débousolées n'ont qu’une solution fuir leur pays pour grossir la masse des sans papiers en France et ailleurs.

 

https://www.youtube.com/watch?v=9AjkUyX0rVw

 

Prochainement... Le terrorisme

Un transfert approprié

 

Mes textes diffusés sont toujours suivis de moult message de soutien qu’en général je ne diffuse pas .

Qu’à titre exceptionnel je transfère une réflexion circonstanciée de Christophe Lokossou, originaire du Togo,  enseignant à Lyon, en poste à l’étranger actuellement.

Ce message de circonstance ne pouvait mieux tombé.

Il y a exactement 10 ans, alors que la Guadeloupe et la Martinique étaient en proie à une grève dure, ayant sa genèse de la Guyane… …

...à Lyon nous entreprîmes d’organiser la résistance et un soutien aux grévistes avec la participation massive des partis dits de gauche et des organisations syndicale dont la CGT à la pointe du combat.

Dans ce bras de fer avec l’Etat, Christophe fut à mes côtes un précieux Lieutenant, et pendant deux semaines nous bâttîmes le pavés lyonnais avec des slogans très anticolonialistes.

Mais ces manifestations furent marquées par une absente totale des Caraïbéens de le Région, ce que ne manquaient de relever nos soutiens indoeuropéens.

Les auditeurs ont compris les causes de cette absence de solidarité à l’écoute du débat télévisé organisé par la Chaine TLM, m’opposant à une compatriote (Mardi 3 Mars 2009 19eures)

Alors que je rendais totalement responsable le Pouvoir colonialiste qui à conduit à toutes des dérives politiques économiques et sociales depuis de longues années, exemples précis à l’appui,…

…mon interlocutrice, adversaire a semblé défendre les bienfaits du statut départemental, loin des préoccupations des femmes et des hommes en lutte pour une amélioration de leur vie au quotidien.

On comprend mieux pourquoi la fenêtre de sortie proposée par le Gouvernement en Janvier 2010, ouvrant de nouvelles responsabilités pour les élus de nos territoires, ait été brutalement fermée.

Mais viendra le temps...

Léonce Lebrun

-----Message d'origine-----

De : Christophe LOKOSSOU Envoyé : mercredi 20 février 2019 16 h 13 À : Lebrun Objet : engagement partagé

Salut Combattant Léonce

Je viens de te lire.

Deux fléaux majeurs ont frappé le Monde Noir successivement: d’abord l’esclavage et ensuite la colonisation.

Nous sommes nombreux à commettre des erreurs d’analyse de ces fléaux. En réalité, il n’y a pas 2 fléaux. Il y a qu’un seul fléau en mutation tant que les solutions pour l’éradiquer ne sont pas encore trouvées.

C’est le prédateur qui a pris l’initiative de mettre fin à l’esclavage. C’était trop beau pour être vraie cette fin de l’esclavage.

Dans sa ruse, il a fait muter l’esclavage en colonisation. L’esclave et le colonisé (qui n’est que le même) ont en vain tenté de mettre fin à colonisation, notamment au lendemain de la seconde guerre mondiale.

Quelques résultats encourageants. Pour la première fois, le prédateur colon faisait l’expérience du combat irréversible du colonisé. Plus que quiconque, il en a mesuré la force et pris acte du caractère irréversible et de la victoire certaine de ce combat du colonisé.

Dans sa manoeuvre macabre de prédation, le prédateur colon change de stratégie, reprend la main et invente, sans la nommer, la nouvelle colonisation, le néo colonialisme.

Dans cette grande mutation, le prédateur colon est toujours resté égal à lui-même, fidèle à ses convictions et barbaries; seul l’esclave a changé de statut, mutant de l’esclave au statut de néo colonisé en passant par celui du colonisé.

La nouveauté de la néo colonisation est de faire du néo colonisé un complice de son propre assassinat. C’est ce que vit aujourd’hui le Monde Noir sur la base des accords de coopération, de développement et de co développement.

Ces multiples pseudo accords dont les textes sont à l’initiative du seul prédateur et par lui seul rédigés, constituent la base de la légitimation et la feuille de route de la néo colonisation, comme hier le code noir pour l’esclavage, le code de l’indigénat, le travail forcé pour la colonisation.

En clair, la décolonisation est toujours en cours, elle n’est pas terminée comme nous le dit le prédateur colon. Notre liberté reste toujours confisquée .

Chaque néo colonisée, chaque néo colonisé demeure un aliéné et l’aliénation du Monde Noir actuellement est sans conteste tant que nous n’aurons pas arraché notre liberté du filet du prédateur colon.

Ta vie, Léonce, ton oeuvre, est au crédit de l’unique combat sine qua non, le combat pour la liberté du Monde Noir. Préparons nous à rédiger le code de la décolonisation pour un Ordre Mondial Nouveau.

Mais demain, quel monde voulons-nous? La prédation changera-t-elle de camp ou le Monde Noir reviendra-t-il prendre possession de sa Terre natale et s’y « bunkariser »?

En avant, Combattant!

Ton frère d’arme Christophe LOKOSSOU

Additional information

viagra bitcoin buy