Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce  Lebrun

 

Colonisation, immigration, terrorisme

 

Colonisation, immigration, terrorisme, s’adresse à la même mouvance des minorités ethniques, victime de l’exploitation de l’homme par l’Homme

La colonisation

 

On sait par définition que le Français indo- européen n’est pas très porté par la connaissance de l’Histoire, pas plus que la géographie constituée par la connaissance de l’espace terrien où chacun vit.

 

Demandez à l’homme de la rue de situer la position de Melbourne ( Australie) il vous enverra  en Suède.

 

Au touriste français  indoeuropéen de passage sur un territoire de la Caraïbe, il vous fera état de nos colonie, toujours ce critère de possession, ignorant qu’une loi de 1946 a modifié la donne.

 

En tout cas  dans son subconscient il n’a pas oublié quel était le rôle de la possession de territoires acquis par la ruse la force, que les autochtones étaient privés de liberté d’aller et venir, alors que les richesses du pays occupé étaient pillées au service de l‘économie de l’occupant.

 

Et nous avons un immense espace africain, des zones du Pacifique (Tahiti, Knaki) des territoires de la Caraibe( Martinique  Guadeloupe, Haïti jus qu’en 1804,  de l’Amérique du Sud (Guyane) de l’Océan indien ( Réunion Mayotte)

 

Toute cette politique était axée sur le pillage des richesses minières et autres, et la domination des hommes au service du colonisateur (guerres 1914 -1918, 1940-1945, guerres coloniales d’Indochine  et d’Algérie

 

L’immigration

 

C’est le fait de se déplacer individuellement ou collectivement d’un pays ou continent pour des raisons multiples.

 

D’aucuns feront état de motifs économiques alors que d’autres avanceront des motifs politiques d’insécurité, de non respect des droits de l’Homme.

 

Cette problématique est très sensible en France et donne lieu à des débats et des propos incongrus

 

Quoi qu’il en-soit, l’immigration qui touche particulièrement les ressortissants africains de L’Ouest du Continent, doit être considérée comme un échec totale de la colonisation, mis à la charge de la France.

 

Car pour bien comprendre ce drame, il convient de revenir sur le mode de colonisation française basée sur l’assimilation de masses colonisées

 

A ces masses rien n’a été inculqué, comme des notions de responsabilité, du goût de l’entreprise, du rôle de la vie politique et donc des choix.

 

C’était  pour l’Administration française une bande de demeurés assignés à la servitude du  maître sans espoir  d’évolution vers plus de Dignité.

 

Et donc en  1960, année de début des indépendantes octroyées à certains territoires du Continent , la France régnait sur une tutelle de 110 millions d’indigènes

 

Pas mal comme Nation des droits de l’Homme, on a la force et la mitraille pour imposer sa loi en terre étrangère.

 

Et donc avec ces indépendances octroyées nous avons trouvé à la tête des affaires, des hommes corrompus, incompétents mais faisant tout pour plaire au maitre européen

 

Ces populations sans repère; débousolées n'ont qu’une solution fuir leur pays pour grossir la masse des sans papiers en France et ailleurs.

 

https://www.youtube.com/watch?v=9AjkUyX0rVw

 

Prochainement... Le terrorisme

Le temps au temps...

 à l’attention des Africains et la diaspora en Europe

Plus que quelques jours pour découvrir la mise à jour  pour Mars 2017 de la page la page d’accueil  de www.afcam.org  ,qui  a reçu la visite de milliers d’internautes indo-européens, ravis de constater que ce Nègre de la Martinique ne verse pas dans la « langue de bois », voir même à caresser le «  toubab » dans le sens du poil, allant jusqu’à ignorer la valeur et les compétences de ses frères de race…

Effectivement je ne verse pas dans la dentelle dès lors que j’ai choisi mon camp au service de la Dignité et l’honneur du Monde Nègre…

Ces visiteurs ont particulièrement apprécié ma proposition audacieuse en son temps , tendant à obtenir que la République française soit transformée en un Etat fédéral, qui autoriserait ces fameux territoires dit outre-mer à tenter une sortie par le haut en terme de responsabilité et de gouvernance autonome…

Mais ce n’était qu’un simple exercice de Droit publique, une de mes spécialités, car de vous à moi je vois très difficilement l’Etat français s’engager dans un processus   de modification du texte fondamental de Septembre 1958, ayant donné naissance à la 5è République, soit la 13è Constitution depuis 1792…

En faite, je propose une solution pacifique en temps de paix, pour éviter une confrontation armée qui a ma préférence, tôt ou tard, mais dommage, car je serais déjà parti ailleurs…

Et dites vous bien peuples d, Afrique que la France une puissance moyenne, qui veut jouer dans la cour des grands, grâce à son stock de « bombinettes nucléaires »s qui ne sert à rien en terme de stratégie de combat depuis Août 1945, est la nation la plus impérialiste de l’Occident depuis le 19è siècle…

Qui n’a rien lâché, sans de guerres coloniales dévastatrices…Haïti, 18O4, Indochine 1956 ,Algérie 1962, et s’agissant de Kanaky ( Nouvelle Calédonie) il est à parier qu’elle ne laissera pas ce territoire après le référendum  prévu fin 2018, perdu d’avance pour le peuple canaque, en raison de la modification du corps électoral, par le jeu de la « colonie de peuplement » engagé  depuis  Octobre 1988, malgré les accords de Matignon à la même époque…

Quant à l’Afrique, la France s’est dégagée juridiquement et diplomatiquement du terrain en octroyant, je dis bien, octroyant des indépendances sans combat, à des territoires lilliputiens destinés à végéter politiquement et économiquement, grâce à la complaisance et surtout la grande naïveté dans les années 1960 des dirigeants de l’époque …

Mais elle n’est jamais  sortie du jeu colonialiste en Afrique de l’Ouest , incrustée comme une sangsue au corps, ne décrochera qu’avec la force des baïllonnettes, sur ce sujet vous connaissez mon de point de vue, revoyez mes textes… n’en déplaise à une certaine diaspora commémorant  ici et là chaque année, l’indépendance de leur territoire, à la grande satisfaction de l’ex puissance impérialo-colonialiste….

Et, de quelle indépendance s’agit-elle… aux uns et les autres, je leur recommande une lecture approfondie de « Les  damnés de le terre «   de Frantz Fanon, et « Discours sur le Colonialisme » de Césaire Aimé, aux éditions Présence africaine…

En faite, mes lectures, la connaissance de l’Histoire du colonialiste et les relations avec des Africains de haut niveau, profondément nationalistes, m’ont conduit à ne jamais accepter le diktat de  néo-colonialisme..

C’est ainsi qu’avec la mise en place d’une radio libre à Lyon en  1994, j’ai avec quelques amis, lancé la croisade pour contester cette version de domination occidentale, dont à l’époque  mes chroniques  hebdomadaires ont fait du bruit dans les chaumières afrocaraïbéennes.

C’était un instrument  de rêve en termes de communication, pour faire passer mes idées et toucher en particulier la somnolence des afro descendants englués  dans le big bang cérébral..

S’agissant de l’Afrique, avec l’arrivée d’internet, je diffusais un texte fondateur…Le temps de l’Action, qui a précisé d’une façon claire les problématiques, les objectifs à moyen et long terme, ainsi que le mode de fonctionnement pour les atteindre…

A court terme, et dans ce type de combat aux multiples imprévus, il faut être conscient , avoir les idées claires, sachant que la barre est placée très haut, il est probable que  l’on ne sera suivi, parce que l’intelligence  n’est pas toujours au rendez vous..

 Car pour moi il s’agissait de réunir toutes les composantes de la Négritude… africaine, caraïbéenne, américaine, dans un même organisme international dénommé… Haut Comité du Monde Nègre, fer de lance de la construction d’une fédération des Etats unis d’Afrique, la FEUA, une barre très haut effectivement pour des populations africaines qui ignorent totalement l’Histoire catastrophique de leur immense Continent, toujours attachés affectivement à cette « Mère patrie colonialiste » qui a semé sur son passage, humiliation, misère et destruction…

Néanmoins ma décision était prise, les statuts du Haut Comité, rédigés et déposés à l’étude d’un Huissier, le lancement de l’opération était prévu en Janvier 2004, à Port au Prince (Haïti) à l’occasion du 200è anniversaire de la création de cette jeune Nation, la première, qui a arraché son indépendance les armes à la main ayant vaincu une forte  et puissance expédition  napoléonienne..

Pour l’occasion tous les dirigeants africains étaient invités, mais seule l’Afrique du sud fut présente.

Ce fut un torpillage diplomatique caractérisé, pour barrer la route à toute forme d’union politique de l’Afrique, dont à l’époque on a subodoré l’origine, mais peu importe et c’est fort dommage car le Haut Comité attendra un autre rendez vous de l’Histoire..

Je suis têtu, vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage, et ce fut un nouvel essai avec le 52è anniversaire  de l’abolition de l’Esclavage, pour 2008 au titre duquel je mis tout en mouvement, ne reçus aucun soutien des ambassadeurs en poste à Paris Londres et Bruxelles, sauf la Libye, il faut croire une nouvelle fois que la consigne était stricte..

Toutefois  un soutien de poids en la personne duPrésident   Wade qui a accepté que le siège du HCMN soit fixé à Dakar, en me concédant un encouragement certain dans ce difficile combat.

Car pour Monsieur Wade, je ne pourrais pas compter sur une participation active des autres dirigeants africains, trop attachés à leur pouvoir et autres prérogatives, d’autant plus que mes nombreux courriers ne sont jamais arrivés à destination, non transmis par les ambassades, ou perdus en route, avec une charge non remboursée de centaines d’euros.

Mais le Président Wade qui a toujours apprécié mes efforts pour la construction de l’unité politique africaine, a tenu que je sois présent à Dakar en ce mois d’Avril 2010 l’inauguration du monument de la Renaissance africaine à la tête d’une délégation caraïbéenne…

En fait la vie n’est pas un long fleuve tranquille, pour lequel on essuie plus d’échec que de succès, et raison des énormes différences de savoir d intelligence et de culture, ce qui amène des internautes indo européens à estimer que je dispose de plusieurs générations d’avance sur mes frères de race, ce qui en somme n’est pas grave, car en terre martiniquaise l’immense majorité de nos compatriotes ignorent même l’existence de Frantz Fanon, l’un des maîtres à penser de la Dignité du Monde Nègre..

Mais il faut laisser le temps au temps pour permettre à de nouvelles générations de prendre à bras le corps, un autre destin pour l’Afrique…

Si  en temps de paix cette problématique n’est pas résolue, alors il va falloir envisager  l’action par la force.. du reste, ayant relevé la forte implication de l’ex puissance coloniale dans le conflit ivoirien au profit d’un camp « ami » j’ai rédigé et diffusé a dessein  cet essai au titre de Opération BAHANZIN qui a largement été commenté sur la toile…

Dans toute cette incertitude pour l’avenir je fais confiance à la connaissance au développement de le culture et de l’Histoire, du reste en son temps j’avais proposé à Lyon dans le cadre de la vie associative la création d’une cellule de réflexion politique, et des stages de mode de communication..

Mais je me suis heurté à une opposition de personnes sans doute partisanes de l’obscurantisme des masses et redoutant que la crédibilité  de cette « mère patrie » soit réduite à néant, voire même que je sois devenu trop influent au niveau de la communauté africaine…

Navré, car pour moi l’influence est obtenue à la tête d’une insurrection armée en Afrique ou à la Martinique et la Guadeloupe, un terrain sur lequel elles ne pourront pas me suivre, par manque de lucidité et de courage..

Enfin, j’ai consigné mes objectifs pour l’Afrique dans un message diffusé sur internet sous titre…l’année des projets, pour le cas où… la postérité

Oui le temps au temps…

Léonce Lebrun 

Additional information

viagra bitcoin buy