Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce  Lebrun

 

Le Sahel

 

 Bizarre la vie, durant mon service militaire légal, ma meilleure relation était un Officier d’active, brillant saint-cyrien, de Famille aristocrate, Capitaine à 29 ans. 

et qui a quitté l’Armée avec le grade de Général de Division (3 étoiles) alors que pour moi à terme, il avait l'étoffe de Gouverneur d’une Région militaire...

 

...avec bien entendu les attributs de Général d’Armée (5 étoiles) mais voilà, le destin en a décidé autrement.

 

L’Homme, "superviseur" des champs de tir  durant les périodes de classe, avait été frappé par mes techniques de combat vis à vis des autres appelés...

 

...normal, j'avais derrière moi 3 années de préparation militaire volontaire( PME, PMS)  ouvert aux étudiants bénéficiaires d’un sursis, et il me voyait déja un brillant Officier d’avenir…

 

…. Oui, mais ce n’était pas mon goût, ni la vocation , voire même dans mon choix de carrière professionnelle, et quand est venu pour moi le temps de lever l’ancre, le Capitaine m'avance en substance…

 

… « « Léonce tu vas retrouver la vie civile, ne changes rien de ton comportement, face à des gens prétentieux orgueilleux...

...qui n’arrivent pas à ta cheville, mais nourrissent toujours des sentiments de race supérieure » »…

 

Venant de la part d’un futur Général de l’Armée française, c’était un Conseil qui valait son poids de diamant, et que j’ai utilisé à bon escient si je voulais m’en sortir de ce bassin de requins...

 

...grâce à ma stratégie intitulée l'Ecrevisse et le caïman qui consiste à laisser croire à l'autre (indo européen) qu'il a toujours raison, le laissant mijoter dans son ignorance...

 

...ce gui m’autorise à parler et prendre positon fort et clair…Il est gonflé ce Nègre

 

En effet contrairement à ce que j’ai avancé dans un précédant message, la troisième guerre mondiale m’aurait pas lieu à cause du cluster "sahelien" , de guerre et pour cause.

 

Quand on connait son Histoire, limitons nous au terme des 19è en partie ,20è er 21è siècle, la France a été au cœur ou partie prenante de toutes les crises qui ont traversé notre Monde.

 

Passons rapidement en revue...

 

… 1870  conflit avec la Prusse, défaite cuisante et perte des Régions de l'Alsace et la Lorraine cédées à l'ennemi...

 

...1914, conflit avec l’Allemagne (première guerre mondiale)...

 

...1940  nouvelle crise avec l’Allemagne (deuxième guerre mondiale) pour ces deux conflits le pays est sauvé de justesse...

 

...grâce à la participation active des forces alliées sous la conduite des Etats Unis d’Amérique...

 

A ce propos on relève que le 8 Mai  est récupéré chaquue année sans vergogne en commémoration de l'Armistice du 8 Mai 1945

 

...il s'en suit une certaine confusion bien entretenue qui ferait croire à certains que la France est la seule vainqueur du conflit en cause...

 

.... une confusion qui relève de l'escroquerie intellectuelle, car les seuls vainqueurs de l'Allemegne à savoir ,les Américains, les Britanniques les Russes de l'ex- URSS et les Canadiens...

 

....qui peuvent commémorer légitimement cet évènement historique...

 

... que du reste la France qui était le centre de cette tragédie, son dispositif de défense ayant volé en éclat en Juin 1940 face à la déferlante des forces armées du 3è Reich allemand...

 

...  n'a pas été invitée à cette grande Conférence de Yalta de Février 1945, réunissant les représentants de l'Union Soviétique, les Etats unis d'Amérique et la Grande Bretagne...

 

... avec pour principale mission de régler la situation et l'avenir de l'Allemagne à la fin de cette guerre...                                                                                                 

 

...de 1945 à 1962, guerres de décolonisation engagées contre l’Indochine et l’Algérie....

 

... de Mars à Novembre 2011 destruction de la Nation libyenne avec le concours de l’OTAN...

 

...dont en 2012 le même sort était réservé à la Syrie, mais le barrage ferme des Américains a freiné toute dérive en ce sens

 

Et comme il faut absolument trouver des terrains de conflits, l’Afrique est bien dans la ligne de tir, grâce au concours imbécile de dirigeants corrompus et incompétents.

 

Car le choix du Sahel n’est pas un hasard avec ses 5 territoires, autour du  Mali en pôle position...

 

...bien pourvus de matières premières indispensables à l’économie de l’Occupant occidental...

 

...et il constitue un excellent socle de départ pour la future conquête du Continent dont le plan a été minutieusement établi à Paris...

 

...sous couvert  d’un discours de mensonges et de manipulations des masse, avec pour pilier le terrorisme et le jhadisme islamiste comme instruments idélogiques de combat.

 

Mais voilà si les dirigeants africains sont des incapables, par contre les peuples ne sont pas endormis comme jadis...

 

...et dès qu’ils auront cerné la supercherie, ils demanderont à la France de quitter le Continent, qu’elle refusera d'obtempérer  animée de son bon droit d’occupant...

 

Face à une colère grandissante, l’Exécutif français donnerait l’ordre à ses mercenaires de tirer sur les foules ,faisant des milliers de victimes.

 

A  ce stade, Russes et Chinois appelés en renfort vont délivrer un ultimatum à la France  lui sommant de quitter le territoire africain sous peine de guerre sur son territoire en Europe

 

Et comme la France ne dispose d’aucun soutien occidental, dans cette folle entreprise impérialiste...

 

...elle devra s’exécuter comme en 1954 sur le Canal se Suez (Egypte) sous la pression d'une coalition ponctuelle soviéto-américaine...

 

...ordonnant à la Grande Bretagne et la France de retirer leurs forces armées en ces lieux sous peine de gros dégâts militaires imminents.

 

Ces deux Nations ont respecté l'ultimatum.

 

Ainsi aura pris fin une nouvelle tentative  de recolonisation insidieuse de l’Afrique...

 

...et surtout l’emballement d’un conflit mondial dont la France aurait tout à perdre pour son peuple.

 

https://www.youtube.com/watch?v=gXZVhKvvMVU

 

PME... préparation miltaire élémentaire

PMS...préparation militaire supérieure

 

Rétablissement de l’Esclavage -1802-
 
Le 6 mai 1802, l’escadre de Napoléon est en vue de la Guadeloupe. Elle doit rétablir l’esclavage dans le plus bref délai. Le général Sériziat occupe Marie-Galante et s’empare du leader Nègre Lapoterie.
Pélage intervient à son tour et les chefs de la manifestation Nègre de Pointe-à-Pitre sont arrêtés , Noël Péron, Fafa et Ballas.

Le général Richepance débarque avec ses 3.740 soldats, ordonne aussitôt de dégarnir les forts et de remplacer les soldats Nègres par ses propres troupes. Le capitaine Rougier occupe le fort de la Victoire.

Ignace , qui devait tuer ce capitaine quelques jours plus tard prend alors le maquis avec sa compagnie.

Pélage donne l’ordre à ses soldats de se rendre dans la plaine de Stiwenson à un kilomètre du pont des Abîmes où ils sont désarmés et enchaînés à bord des navires de Napoléon.

Quelques officiers et soldats fuient , Massoteau, Codou, Corbet, et se rendent à Basse-Terre. Massoteau se noie durant ce trajet. Ignace arrive le 8 mai 1802 à Basse-Terre. Mondésir Grippon se joint à Delgrès.

Le général Richepance et Pélage dépêchent 2.100 soldats barrer la route aux insurgés mais Basse-Terre et le fort Saint-Charles résistent. Les troupes de Pélage prennent pourtant pied au Baillif.

Le capitaine guadeloupéen Nicolo est tué au cours des combats. Inférieurs en nombre et mal armés, les Guadeloupéens se retirent alors sur la rive gauche de la rivière des Pères.

 

Le général Seriziat fait systématiquement abattre tous les Guadeloupéens qui croisent sa route.

Le 11 mai 1802, Richepance, Gobert et Pélage occupent une partie de Basse-Terre et les hauteurs de Delos et de Bellevue.

Le lendemain, les Guadeloupéens Doria, Sans-Peur et Noël Corbet créent une diversion tandis que Delgrès contre-attaque sur les hauteurs avec Ignace, Kirwan, Gédéon et Dauphin.

La mulâtresse Solitude, enceinte, et d’autres Guadeloupéennes participent à ces combats.

A la suite de la défaite momentanée du Général Richepance, le gouverneur anglais Cochrane-Johnston lui fait parvenir des canons.

A Dolé, Palème et Jacquet, appuyés par 200 Nègres, s’opposent à 900 Français qui prennent bientôt la fuite avant d’être rejoints à Trois-Rivières par le général Seriziat à la tête d’un bataillon.

Afin d’aider Richepance à circonvenir un incendie à Basse-Terre, Delgrès fait une trêve avec celui-ci qui s’empresse alors de charger Pélage d’armer 600 soldats Nègres prisonniers à Pointe-à-Pitre pour attaquer le fort Saint-Charles, refuge de Delgrès.

Seriziat, bloqué à Trois-Rivières et guidé par les colons, contourne Dolé et attaque quant à lui, le poste de Palmiste , où le lieutenant guadeloupéen Télémaque est tué, avant de faire sa jonction avec les troupes de Richepance.

Les Français attaquent alors Dolé mais sont battus par Palème et Jacquet. Le lieutenant Guigaud est fait prisonnier puis fusillé pour l’assassinat de trois Guadeloupéennes.

A Basse-Terre, sur 153 habitations, 26 sont incendiées, 72 dévastées, 21 colons massacrés.

Au Morne Rouge, les patriotes exécutent le juge Amaury.

Le 22 mai, Delgrès, pour éviter de tirer sur ses frères , abandonne Saint-Charles avec 400 hommes. Ignace, quant à lui, rejoint la Grande-Terre pour soulever le peuple.

Pélage et Gobert se lancent aussitôt à sa poursuite. Ignace temporise et ne prend pas Pointe-à-Pitre pourtant à sa portée. Pélage y lève alors des renforts, tandis qu’Ignace se retranche au fort de Baimbridge.

Le carnage commence ,675 Nègres dont Ignace et l’un de ses fils périssent , 250 survivants comprenant des femmes et des blessés sont arrêtés ,150 sont fusillés place de la Victoire, les 100 derniers sur le rivage de Fouillole. Parmi les fusillés un deuxième fils d’Ignace.

Le 28 mai, l’assaut final est donné contre Delgrès au Matouba. Kirwan se suicide. Delgrès blessé se fait sauter avec ses 300 hommes.

La répression qui s’ensuit est aussi sauvage qu’implacable /

-    Marie-Rose Toto, femme de Delgrès, est fusillée 

-    le capitaine Dauphin, blessé, est pendu 

-    la mulâtresse Solitude , enceinte est suppliciée 

-    les capitaines Mondésir Grippon, Doria, Sans-Peur, Monnereau, aide de camp de Delgrès et beaucoup d’autres sont pendus 

-    10.000 Nègres sont massacrés ou déportés. Tous les soldats Nègres chassés de l’armée.

Dans les montagnes, quelques rescapés résistent , Palème, Jacquet, Noël Corbet, Fourme et Codou.

Des volontaires sont engagés pour  chasser le Nègre . Une tête de Nègre est payée un moede, un fusil de Nègre ,  trois gourdes , monnaie haïtienne.

Pélage est arrêté et déporté en France avec 32 officiers Nègres.

8.000 des 15.000 métis sont remis en servitude et vendus au Trésor Public.

Le mariage inter-racial est interdit aux Nègres. Le territoire français leur est fermé.

1802 , la fièvre jaune ravage la colonie et cause la mort de nombreux européens , les généraux Seriziat et Richepance en meurent , la responsabilité en est imputée aux infirmiers Nègres qui sont tous fusillés.

Gobert retourne en France.

Lacrosse redevient gouverneur et poursuit les Nègres marrons avec l’aide de de Vermont.

Ceux qui sont pris sont pendus ou brûlés vifs, ceux qui refusent de participer à cette chasse sont exécutés.

Trois chasseurs de Nègres sont tués au cours d’une attaque menée par les marrons contre le poste du Lamentin.

En octobre 1802 à Saint-Anne, les blancs Barse, Millet de la Guardière et Jean Barbet se révoltent avec les Nègres.

Vingt-trois colons tombent sous les coups des guérilleros. Une centaine d’exécutions en résulte et dans l’espace de quatre mois, 72 patriotes sont condamnés à mort et exécutés.

Le 13 mai 1803, des insurgés, dirigés par Fourme tiennent encore le maquis sur le Morne Moudongue.

En novembre 1805, le patriote Fourme qui s’est retiré sur les hauteurs de Capesterre est trahi par ses lieutenants et capturé par les colons.

1807, deux propriétaires de Grande-Terre s’emparent d’un vieux Nègre et le brûle sur un bûcher.

1808, trois Nègres sont pendus pour avoir répandu le bruit que les esclaves allaient de nouveau retrouver la liberté.

Le 27 janvier 1810, les Anglais débarquent à Sainte-Marie, plage de la Guadeloupe, ils obligent le gouverneur Ernouf à capituler et occupent la Guadeloupe jusqu’en 1814.

Ils en partent le 7 décembre 1814 pour y revenir le 10 avril 1815 jusqu’au 25 juillet 1816.

En octobre 1822, deux Guadeloupéens aident les esclaves de Porto-Rico à se révolter. Pierre Dubois est fusillé, seul Pierre Binet parvient à s’échapper.

1826, création de la Banque de la Guadeloupe.

1837 ,  Auguste Bedian dirige l’Ecole mutuelle de Basse-Terre qui diffuse des idées d’avant-garde.

La deuxième abolition

Additional information

viagra bitcoin buy