Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce  Lebrun

 

Le terrorisme

 

 

En ce 21 siècle nous vivons dans un monde de fous, où tous les coups diplomatiques sont servis, mensonges manipulations des masses...

 

...et dans ce tableau peu réjouissant les Occidentaux  sont en pôle position , avec deux nations qui se détachent, Les Etats Unis d’Amérique et la FRANCE de l'Europe

 

Car voici venu le temps des commémorations de tous genres, 11 Septembre 2001, les Etats Unis, 13  Novembre 2015 la  France avec un procès  à grand  renfort  de publicité  et  des médias très actifs.

 

Qu’à travers ces démonstrations hypocrites les Occidentaux veulent passer ce message au Monde, qu’ils ont eu un comportement exemplaire dans leur politique et leur diplomatie, alors que ce sont des lâches mécréants qui les   ont attaqués.

 

Qu’en cette nouvelle forme de guerre peu de moyens sans troupes, qu' ils  ont transformé par dérision en terrorisme, plus facile pour tromper les peuples, alors qu'ils pratiquent des frappes aeriennes, peu recommandables pour la morale et la philosiphe militaire.

 

Allons bon qu’au cours des 20   30 annes écoulés  notre monde a vu passer  entre autres  le massacre du Rwanda Afrique Avri 1 994  avec des interférences plus ou moins directes de Nations européennes,

 

Sans oublier le crise Yougoslave des années 1990 avec une jeune  Nation en pleine prospérité  que j’ai visité, mais que malheureusement des Ets européens  démangaient, ce qui a acconduit à le destruction  de l’oeuvre du Maréchal TITO et la dispersion des populations Serbes, Croates etc, demain l’Histoire nous dira plus.

 

Que les Etas unis ont multiplié les méfais en Amérique du Sud et dans la Caraïbe

 

S’agissant de la FRANCE dont elle occupe une partie de l’Afrique sous prétexte de terrorisme malgré la forte opposition deS populations concernées.

 

Et nous sommes en Mars 2011 avec une France  rongée par une forte affaire de financement libyen dans la campagne présidentielle de 2007 .

Une affaire gênante pour une des partis dans ce pays, alors il n’y a qu’une solution  de faire disparaître un témoin gênant,

 

Et d’ailleurs sans vergogne et suivantLL les excitation d'un pseudo philosophe, la France a décidé d’écraser la Lybie avec le soutien de certains membres de l'OTAN...

 

...dont l’Allemagre et  La Grande Bretagne malgré les recommandations du Conseil de Sécurité e l’ONU portant sur la non utilisation des armes lourdes, au titre d’une opération limitée dans le temps et l’espace.

 

 

Cette offensive de plus de 6 mois a laisser sur le terrain des milliers de victimes et d’orphelins dont personnes ne s’en  soucis, et pour moi tous les Officiers généraux ayant pris part à la campagnes libyenne...

 

...et certains membres du Conseil de sécutité et de l'OTAN que vous les connaissez, auraient dû être arrêtés et traduits pour être juger par la CPI

 

Il est évident que si la Libye avait disposé de l’Arme nucléaire, elle n’aurait pas subi un tel sort, d'où  ma préoccupation que toutes les Nations membres de l'ONU DEVRAIENT DISPOSER DE  CETTE HAUTES TECNOLOGIE POUR ËTRE EN PAIX

 

Et  nous voici  en cette  soirée du  13 Novembre 1915 à Paris, face à un étrange commando, composé de pieds nickelés, embarqués  sans stratégie ni connaissance des combats de rue...

 

...dans une opération qui  a tourné en jus de boudin, tous les assaillants ayant été tués, sauf un qui dan un procès fleuve dira  sa vérité alors que personne n’a en mémoire des victimes  Libyennes

 

Mais un tel spectacle fait le bonheur des charlatans politiens de tous poils

 

Enfin la nouvelle Administration américaine a  décidé de déclassifier des documents top secret à propos du crash du 11 Setembre établi par le FBI ...

 

..où l’on apprend que l’Afghanistan n’avait  aucun  rôle dans ce drame  dont le donneur d’ordre était l’Arabie Saoudite

 

Enfin j’ajoute, q' aussi  spectaculaire que fut les crash du 11  Septembre il n'a en rien apporter des solutions aux problèmes de fond que sont l’arrogance des Occidentaux ...

 

...et une  un économie ultra florissante  sans partage, acquise grâce à l’exploitation des Esclaves africains par les Etats unis,la France et la Grande Bretagne

 

Rome fut grand mais Rome sombra à vous d’ en juger

Prochainement Le Séparatisme

 

https://www.youtube.com/watch?v=U3yFpG2E7JE&list=RDU3yFpG2E7JE&start_radio=1

Rafael Vicente Correa Delgado

 

Rafael Vicente Correa Delgado est un économiste et homme d'État équatorien, né le 6 avril 1963 à Guayaquil, la plus grande ville équatorienne. Le 26 novembre 2006, il remporte l'élection présidentielle et est investi officiellement dans cette fonction le 15 janvier 2007.

Après l'adoption en septembre 2008 d'une Constitution d'inspiration socialiste, des élections générales sont organisées. Le 26 avril 2009, il remporte dès le premier tour l'élection présidentielle anticipée avec 52 % des voix.

Il est donc réélu pour un second mandat de quatre ans se terminant en 2013, puis pour un troisième mandat se terminant en 2017.

La constitution ne lui permettra pas de se représenter pour un quatrième mandat mais une nouvelle modification des textes ouvre la voie à une réélection indéfinie

Il effectue des études d'économie à l’Université catholique de Santiago de Guayaquil avant d'obtenir une bourse pour les poursuivre à l'Université catholique de Louvain ,Belgique, puis à l’université de l'Illinois ,États-Unis,.

De 1993 à 2005, il enseigne les sciences économiques au sein de l'Universidad San Francisco de Quito.

Il devient le conseiller économique du vice- président Alfredo Palacio. Lorsque le président Lucio Gutiérrez est destitué en 2005, Palacio devient président et Correa ministre de l’Économie et des Finances ,en octobre 2005.

Correa renonce à cette fonction quatre mois plus tard en raison de différends politiques avec le président Palacio.

Durant cette brève période, il promeut une politique de gauche, opposée aux propositions de la banque mondiale et du FMI.

Il est marié à la Belge Anne Malherbe et a trois enfants.

Correa est le candidat d'une alliance de différents courants de partis de gauche, l'Alianz País à l'élection présidentielle de 2006.

Il se définit comme humaniste et chrétien de gauche. Partisan d’une politique souverainiste et d’intégration régionale, il est opposé à la dollarisation et au Traité de libre-échange ,TLC, avec les États-Unis et soutient une plus grande participation de l’État en ce qui concerne l’exploitation du pétrole et la gestion des ressources pétrolières, ainsi qu’une renégociation de la dette extérieure.

Au début du mois d'août 2006 il annonce le choix de Lenín Moreno comme colistier et candidat à la vice-présidence.

Correa refuse cependant de présenter des candidats aux élections législatives, estimant le parlement discrédité par la  partitocratie  et annonce son intention, en cas de succès, de promulguer une nouvelle Constitution.

Arrivé en deuxième position avec 22,84 % des votes au premier tour de l'élection, le 15 octobre, il affronte le magnat de la banane Álvaro Noboa au second tour le 26 novembre 2006.

Obtenant le soutien des principales formations de gauche et des organisations indigènes , il est élu avec une confortable avance ,56,8 %.

Il déclare alors que  grâce à Dieu, nous avons gagné  et  qu'après des années de politique de fermeture socio économique, ils n'ont pas pu nous enlever notre espoir .

Durant la campagne électorale, certains analystes l’assimilent au courant latino-américain de la gauche incarnée par le Vénézuélien Hugo Chávez et le Bolivien Evo Morales.

Cette identification est mise en avant par certains autres candidats des partis traditionnels. On peut déceler une similitude dans la volonté d’indépendance politique vis-à-vis des États-Unis, de progrès social et une volonté de rapprochement régional.

Le directeur de thèse de Correa, le professeur Baer de l'université de l'Illinois, suggérait que Rafael Correa n'est pas hostile à l'économie de marché et anticipait, en cas d'élection, une attitude plus proche de celle du président brésilien Lula que d'Hugo Chávez.

Conformément à sa promesse électorale, Correa annonce lors de son investiture la tenue d'un référendum le 18 mars 2007 dans le but d'autoriser la création d'une assemblée nationale constituante chargée de rédiger une nouvelle constitution. L'objectif de cette nouvelle constitution serait de limiter le rôle des partis politiques.

Correa a par ailleurs annoncé sa volonté de renégocier la dette équatorienne qui s'élève à 10 milliards d'euros, de renégocier les contrats de la société énergétique PetroEcuador avec les partenaires étrangers.

Correa a par ailleurs annoncé la diminution par deux de son salaire ainsi que la diminution des salaires des hauts fonctionnaires équatoriens. Le pays s'est déclaré en défaut de paiement sur sa dette extérieure en décembre 2008.

Le président a argué d'« irrégularités » pour justifier sa décision. Ces irrégularités sont constatées par un audit. La finalité, sur la base de la notion de dette illégitime, dite dette odieuse ,initiée par Alexander Sack, et utilisée de nombreuses fois par les États-Unis d'Amérique, sera le rachat de sa propre dette à un coût nettement inférieur du coût exigé initialement.

Le jeudi 10 octobre 2013, une dizaine de jeunes militantes se sont dévêtues à l'Assemblée nationale pour marquer leur engagement dans la lutte en faveur de la dépénalisation de l'interruption volontaire de grossesse en Équateur, pays marqué par le conservatisme et le poids religieux.

À la suite de l'incident, le président Rafael Correa a déclaré qu'il démissionnerait si la loi sur la dépénalisation de l'IVG venait à être votée

À l'assemblée générale des Nations unies de septembre 2007, Correa s'est engagé « à ne pas exploiter 920 millions de barils de pétrole afin d'éviter l'émission de près de 111 millions de tonnes de carbone dues à la combustion de matières fossiles.

Il a noté cependant que cette décision impliquera « une diminution de l'ordre de 720 millions de dollars en termes d'investissements étrangers, ce qui ne manquera pas d'affecter fortement l'économie équatorienne.

L'Équateur est un petit producteur de pétrole mais ses réserves sont relativement importantes, environ 4,5 milliards de barils.

Le 25 juin 2008, une nouvelle Constitution est approuvée par l’Assemblée nationale constituante par 94 voix sur 130. Cette nouvelle Constitution, qui représente le projet principal du début de mandat du président Correa, est d’après lui le moyen d’enterrer le  modèle néo-libéral  appliqué par ses prédécesseurs.

Elle renforce les pouvoirs présidentiels en particulier en ce qui concerne les matières économiques et monétaires et lui permet de promulguer des décrets-lois d’urgence et de dissoudre le parlement suivant certaines modalités, au cas où celui-ci  empêche l’exécution du plan national de développement .

La nouvelle Loi fondamentale octroie à l’exécutif représenté par l’État un plus grand contrôle des secteurs stratégiques tels que les secteurs énergétiques, les mines, les télécommunications et l’eau.

Parmi les innovations, le texte autorise la réélection du président pour un second mandat consécutif et renforce la reconnaissance des peuples indigènes par l’accession au statut de langues officielles des langues kichwa et shuar

Il est critiqué par Latin Reporters pour sa décision de fermer trois chaînes de télévision privées qui représentent plus de la moitié de l'audience, ainsi qu'une chaîne de radio musicale.

Il défend de son côté que les chaînes, appartenant aux banques les plus importantes du pays, ont fait faillite, laissant une dette de plus de 600 millions de dollars.

Les propriétaires se sont exilés à Miami pour ne pas payer cette dette, qui a été rachetée par le gouvernement équatorien. Une partie des actions de ces chaînes de télévision a été redistribuée aux employés.

Le 28 septembre, la Constitution est approuvée par les citoyens équatoriens, par voie référendaire.

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue.

Correa, élu en 2007, est candidat à un second mandat. Le scrutin se tient en même temps que les élections législatives.

Le 30 septembre 2010, suite à une rébellion d'éléments des forces de police, Rafael Correa est séquestré par des policiers dans un hôpital de Quito.

Selon les organes officiels, tels que l'OEA, et l'UNASUR, reprenant la terminologie de Rafael Correa , Lo que pasó el día de hoy fue un intento de golpe de Estado , il s'agit d'une tentative de coup d'État. Dans la soirée, le président est libéré par une intervention des forces armées.

Correa est candidat à sa réélection lors des élections générales de 2013. Il est réélu dès le premier tour avec 57,17 % des voix

Additional information

viagra bitcoin buy