Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce  Lebrun

 

Le terrorisme

 

 

En ce 21 siècle nous vivons dans un monde de fous, où tous les coups diplomatiques sont servis, mensonges manipulations des masses...

 

...et dans ce tableau peu réjouissant les Occidentaux  sont en pôle position , avec deux nations qui se détachent, Les Etats Unis d’Amérique et le FRANCE de l'Europe

 

Car voici venu le temps des commémorations de tous genres, 11 Septembre 2001, les Etats Unis, 13  Novembre 2015 la  France avec un procès  à grand  renfort  de publicité  et  des médias très actifs.

 

Qu’à travers ces démonstrations hypocrites les Occidentaux veulent passer ce message au Monde, qu’ils ont eu un comportement exemplaire dans leur politique et leur diplomatie, alors que ce sont des lâches mécréants qui les   ont attaqués.

 

Qu’en cette nouvelle forme de guerre peu de moyens sans troupes, qu' ils  ont transformé par dérision en terrorisme, plus facile pour tromper les peuples, alors qu'ils pratiquent des frappes aeriennes, peu recommandables pour la morale et la philosiphe militaire.

 

Allons bon qu’au cours des 20   30 annes écoulés  notre monde a vu passer  entre autres  le massacre du Rwanda Afrique Avri 1 994  avec des interférences plus ou moins directes de Nations européennes,

 

Sans oublier le crise Yougoslave des années 1990 avec une jeune  Nation en pleine prospérité  que j’ai visité, mais que malheureusement des Ets européens  démangaient, ce qui a acconduit à le destruction  de l’oeuvre du Maréchal TITO et la dispersion des populations Serbes, Croates etc, demain l’Histoire nous dira plus.

 

Que les Etas unis ont multiplié les méfais en Amérique du Sud et dans la Caraïbe

 

S’agissant de la FRANCE dont elle occupe une partie de l’Afrique sous prétexte de terrorisme malgré la forte opposition deS populations concernées.

 

Et nous sommes en Mars 2011 avec une France  rongée par une forte affaire de financement libyen dans la campagne présidentielle de 2007 .

Une affaire gênante pour une des partis dans ce pays, alors il n’y a qu’une solution  de faire disparaître un témoin gênant,

 

Et d’ailleurs sans vergogne et suivantLL les excitation d'un pseudo philosophe, la France a décidé d’écraser la Lybie avec le soutien de certains membres de l'OTAN...

 

...dont l’Allemagre et  La Grande Bretagne malgré les recommandations du Conseil de Sécurité e l’ONU portant sur la non utilisation des armes lourdes, au titre d’une opération limitée dans le temps et l’espace.

 

 

Cette offensive de plus de 6 mois a laisser sur le terrain des milliers de victimes et d’orphelins dont personnes ne s’en  soucis, et pour moi tous les Officiers généraux ayant pris part à la campagnes libyenne...

 

...et certains membres du Conseil de sécutité et de l'OTAN que vous les connaissez, auraient dû être arrêtés et traduits pour être juger par la CPI

 

Il est évident que si la Libye avait disposé de l’Arme nucléaire, elle n’aurait pas subi un tel sort, d'où  ma préoccupation que toutes les Nations membres de l'ONU DEVRAIENT DISPOSER DE DE CETTE HAUTES TECNOLOGIE POUR ËTRE EN PAIX

 

Et  nous voici  en cette  soirée du  13 Novembre 1915 à Paris, face à un étrange commando, composé de pieds nickelés, embarqués  sans stratégie ni connaissance des combats de rue...

 

...dans une opération qui  a tourné en jus de boudin, tous les assaillants ayant été tués, sauf un qui dan un procès fleuve dira  sa vérité alors que personne n’a en mémoire des victimes  Libyennes

 

Mais un tel spectacle fait le bonheur des charlatans politiens de tous poils

 

Enfin la nouvelle Administration américaine a  décidé de déclassifier des documents top secret à propos du crash du 11 Setembre établi par le FBI ...

 

..où l’on apprend que l’Afghanistan n’avait  aucun  rôle dans ce drame  dont le donneur d’ordre était l’Arabie Saoudite

 

Enfin j’ajoute, q' aussi  spectaculaire que fut les crash du 11  Septmbre il n'a en rien apporter des solutions aux problèmes de fond que sont l’arrogance des Occidentaux ...

 

...et une  un économie ultra florissante  sans partage, acquise grâce à l’exploitation des Esclaves africains par les Etats unis,la France et la Grande Bretagne

 

Rome fut grand mais Rome sombra à vous d’ en juger

Prochainement Le Séparatisme

 

https://www.youtube.com/watch?v=U3yFpG2E7JE&list=RDU3yFpG2E7JE&start_radio=1

Le nucléaire iranien...Négociations secrètes

 

Ces réactions donnent l'impression que Laurent Fabius a découvert le texte à son arrivée à Genève, remarque François Nicoullaud ancien ambassadeur de France en Iran.

Si la diplomatie française n'était pas d'accord, pourquoi n'a-t-elle pas bloqué le texte avant  L'intransigeance française finit par payer.

Après trois journées d'intenses négociations, les 5 + 1 s'accordent sur un texte commun. Pour un deal avec l'Iran, il faudra repasser. À Washington comme à Téhéran, les partisans de la confrontation sur le dossier nucléaire iranien jubilent. Mais que diable s'est-il passé à Genève.

C'est que le texte initial présenté jeudi à Genève n'est pas l'oeuvre des 5 + 1, mais le fruit des Américains et des Iraniens. Cela fait en réalité six mois que les États-Unis et l'Iran discutent ensemble dans le plus grand secret.

Il y a eu des échanges de positions, sans côté officiel, entre le Département d'État et le ministère iranien des Affaires étrangères afin de parvenir à un accord sur le nucléaire, affirme François Géré , directeur de l'Institut français d'analyse stratégique ,Ifas.

Les Américains ont accepté d'accorder à l'Iran le droit d'enrichir de l'uranium sur son territoire, ainsi que de conserver une certaine quantité d'uranium enrichi à 20 % sous le strict contrôle de l'Agence internationale de l'énergie atomique.

Problème, ce sont exactement ces points que rejette la France depuis qu'elle a entamé le processus de négociations avec l'Iran en 2003.

Pire, Paris n'a même pas été informé des détails des négociations secrètes entre Washington et Téhéran, alors que les Américains font partie du groupe des 5+1, mandaté par l'ONU pour négocier avec l'Iran.

Ainsi, jeudi, au premier jour des pourparlers, c'est avec son propre texte que la délégation américaine arrive à Genève afin qu'il serve de base aux négociations.

Le projet prévoit un allègement de sanctions réversibles portant sur les secteurs du commerce, de l'or et des métaux précieux, l'industrie pétrochimique, ainsi que le déblocage de 50 milliards de dollars d'avoirs iraniens gelés sur des comptes à l'étranger.

En échange, l'Iran suspend l'enrichissement d'uranium à 20 % qu'il conserve sur son territoire, tout en poursuivant ses activités à des degrés moindres pour ses besoins civils.

En cas de signature le week-end dernier à Genève, l'accord intérimaire devait aboutir six mois plus tard à la conclusion d'un texte définitif prévoyant la levée des sanctions les plus dures touchant le pétrole et les banques iraniennes.

Si les Britanniques et les Allemands ont applaudi à deux mains, ce n'est pas le cas de la France, furieuse d'avoir ainsi été tenue à l'écart d'un accord jugé faible.

Apprenant jeudi que le secrétaire d'État américain John Kerry écourte sa visite en Israël pour se rendre à Genève, Laurent Fabius décide de le devancer pour jouer son va-tout. Sur place vendredi, il rompt le secret des négociations en cours et prend la presse à témoin.

Sur France Inter, le ministre met en garde contre un jeu de dupes, insistant sur le danger lié au réacteur extrêmement proliférant d'Arak, qui pourra produire du plutonium lorsqu'il sera achevé dans un an.

Pourtant, à en croire Ali Vaez, spécialiste de l'Iran à l'International Crisis Group, ce réacteur à eau lourde, qui a fait l'objet d'une mise en garde pour la première fois en avril dernier par l'AIEA, puis depuis par Israël, ne représente pas un risque urgent.

Jamais il ne pourra être achevé avant six mois, c'est-à-dire la fin de l'accord intermédiaire, et il faudra plusieurs années avant que les Iraniens puissent espérer y produire du plutonium.

L'expert en est convaincu. C'est clairement la question d'Arak qui a bouleversé l'équilibre des négociations qui avait été atteint jusque-là, et qui n'a pu être retrouvé par la suite.

François Géré estime même que la diplomatie française a repris l'affaire de ce réacteur pour la transformer en cause de blocage, vexée de ne pas savoir ce qui avait été conclu entre Iraniens et Américains.

Le coup de Trafalgar de Paris a tout d'abord passablement énervé l'équipe américaine. Les Américains, l'Union européenne et les Iraniens ont travaillé de façon intensive pendant des mois sur cette proposition, et ce n'est rien de plus qu'une tentative par Fabius de s'immiscer au dernier moment pour jouer un rôle dans la négociation, a pesté samedi un diplomate américain.

À l'Élysée, on assure pourtant que tout ce qu'a fait Laurent Fabius à Genève a été décidé en étroite collaboration avec le président de la République.

Au sein de la délégation française en Suisse, on explique vouloir éviter l'euphorie du verre à moitié plein, en référence à l'accord avorté de 2003 négocié avec la France, le Royaume- Uni et l'Allemagne.

Tout d'abord furieux, John Kerry a peu à peu repris ses esprits, jusqu'à imputer dimanche l'échec des négociations aux Iraniens. Ces accusations n'ont aucun sens, riposte aujourd'hui un diplomate iranien.

Nous étions réellement partis pour un accord, en témoigne la prolongation des discussions jusqu'à samedi. C'est de l'autre côté de la table qu'il faut chercher le manque de coopération, notamment de la France, qui a apporté des exigences à la dernière minute. En agissant ainsi, il n'y aura jamais de résultat.

Des accusations que rejette en bloc la partie française. Notre position n'est pas différente des Américains.

La preuve, nous sommes arrivés à un texte commun, et cela n'aurait jamais été le cas si la situation avait été aussi dramatique qu'on le décrit.

Après dix années de front commun contre la menace nucléaire iranienne, les Occidentaux n'auront jamais paru autant désunis. Nous étions fermes, car il n'y avait personne en face de nous pour négocier, souligne une source diplomatique occidentale.

Aujourd'hui, nous négocions vraiment. Le diplomate admet toutefois . Le groupe de 5 + 1 n'est pas très homogène, c'est comme faire du slalom avec un autobus.Mais il se veut rassurant . Il y a des tensions, car nous approchons d'un accord.

La fenêtre d'opportunité se réduit pourtant comme peau de chagrin. Un nouvel échec lors de la prochaine et dernière chance, le 20 novembre prochain à Genève, pourrait mettre le président iranien Hassan Rohani en porte à faux devant le guide suprême à qui il a promis une levée des sanctions.

Car avec l'année 2014 arrivera le temps des nouvelles sanctions du Congrès américain, qui doucheront définitivement les chances d'une issue diplomatique à cette crise.

Additional information

viagra bitcoin buy