Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce  Lebrun

 

Colonisation, immigration, terrorisme

 

Colonisation, immigration, terrorisme, s’adresse à la même mouvance des minorités ethniques, victime de l’exploitation de l’homme par l’Homme

La colonisation

 

On sait par définition que le Français indo- européen n’est pas très porté par la connaissance de l’Histoire, pas plus que la géographie constituée par la connaissance de l’espace terrien où chacun vit.

 

Demandez à l’homme de la rue de situer la position de Melbourne ( Australie) il vous enverra  en Suède.

 

Au touriste français  indoeuropéen de passage sur un territoire de la Caraïbe, il vous fera état de nos colonie, toujours ce critère de possession, ignorant qu’une loi de 1946 a modifié la donne.

 

En tout cas  dans son subconscient il n’a pas oublié quel était le rôle de la possession de territoires acquis par la ruse la force, que les autochtones étaient privés de liberté d’aller et venir, alors que les richesses du pays occupé étaient pillées au service de l‘économie de l’occupant.

 

Et nous avons un immense espace africain, des zones du Pacifique (Tahiti, Knaki) des territoires de la Caraibe( Martinique  Guadeloupe, Haïti jus qu’en 1804,  de l’Amérique du Sud (Guyane) de l’Océan indien ( Réunion Mayotte)

 

Toute cette politique était axée sur le pillage des richesses minières et autres, et la domination des hommes au service du colonisateur (guerres 1914 -1918, 1940-1945, guerres coloniales d’Indochine  et d’Algérie

 

L’immigration

 

C’est le fait de se déplacer individuellement ou collectivement d’un pays ou continent pour des raisons multiples.

 

D’aucuns feront état de motifs économiques alors que d’autres avanceront des motifs politiques d’insécurité, de non respect des droits de l’Homme.

 

Cette problématique est très sensible en France et donne lieu à des débats et des propos incongrus

 

Quoi qu’il en-soit, l’immigration qui touche particulièrement les ressortissants africains de L’Ouest du Continent, doit être considérée comme un échec totale de la colonisation, mis à la charge de la France.

 

Car pour bien comprendre ce drame, il convient de revenir sur le mode de colonisation française basée sur l’assimilation de masses colonisées

 

A ces masses rien n’a été inculqué, comme des notions de responsabilité, du goût de l’entreprise, du rôle de la vie politique et donc des choix.

 

C’était  pour l’Administration française une bande de demeurés assignés à la servitude du  maître sans espoir  d’évolution vers plus de Dignité.

 

Et donc en  1960, année de début des indépendantes octroyées à certains territoires du Continent , la France régnait sur une tutelle de 110 millions d’indigènes

 

Pas mal comme Nation des droits de l’Homme, on a la force et la mitraille pour imposer sa loi en terre étrangère.

 

Et donc avec ces indépendances octroyées nous avons trouvé à la tête des affaires, des hommes corrompus, incompétents mais faisant tout pour plaire au maitre européen

 

Ces populations sans repère; débousolées n'ont qu’une solution fuir leur pays pour grossir la masse des sans papiers en France et ailleurs.

 

https://www.youtube.com/watch?v=9AjkUyX0rVw

 

Prochainement... Le terrorisme

L'expansion des Etats Unis

 

L'importance grandissante des États- Unis, caractérisée par une forte croissance économique et démographique, l'expansion territoriale jusqu'au Pacifique, la résolution des problèmes internes économiques et politiques, en particulier la question de l'Esclavage et de l'unité nationale, en fit l'une des plus grandes puissances mondiales dès la fin du XIXe siècle.

L'expansion territoriale des États-Unis fut caractérisée par une guerre sans merci contre les indiens qui résistaient à l'empiètement sur leur territoire.

À l'exception de ceux qui habitaient des régions retirées, notamment dans le sud des Appalaches, les indiens de l'est du Mississippi furent massacrés au cours de la dernière décennie du XVIIIe siècle.

Quelques-unes des tribus réussirent cependant à migrer vers l'ouest. La destinée tragique des peuples de l'est de l'Amérique du Nord fut, en grande partie, le résultat des guerres et des rivalités politiques des puissances colonisatrices, en particulier les français et les anglais qui impliquèrent les tribus dans leurs luttes pour la suprématie territoriale.

En 1637, les pequots, une des grandes tribus de la région de la Nouvelle-Angleterre, furent littéralement éliminés.

Par la suite, le sachem des Wampanoags, Philippe, organisa une confédération des tribus de la Nouvelle-Angleterre, pour combattre les colonisateurs britanniques.

Au cours du conflit qui s'ensuivit, la guerre du roi Philippe, en 1675 et en 1676, les tribus infligèrent de sérieuses défaites à leurs adversaires, mais elles furent finalement submergées par les forces anglaises, qui les exterminèrent.


À l'époque où le chef sauk Black Hawk appela à la guerre pour défendre les territoires indiens à l'est du Mississippi, en 1832, et après la défaite de la tribu des Nez-Percés d'Oregon, en 1877, les indiens des Grandes Plaines, du sud-ouest et des Rocheuses s'opposaient à presque toutes les avances européennes vers l'ouest.

Cette opposition armée venait surtout des sioux et atteignit son apogée à la bataille de Little Big Horn, dans l'actuel Montana, le 25 juin 1876.

Au cours de cette bataille, une importante armée de sioux et de cheyennes du nord, dirigée par les chefs Crazy Horse, Sitting Bull et Gall, vainquit un détachement de la 7e cavalerie des États-Unis, sous le commandement du colonel Custer.

Quelques indiens, comme les apaches, dont Geronimo, dans les années 1880, continuèrent la lutte. Les guerres indiennes se terminèrent par le massacre de Wounded Knee, dans le Dakota-du-Sud, le 29 décembre 1890.

Environ deux cents hommes, femmes et enfants désarmés furent exterminés par la 7e cavalerie des États- Unis. En plus des massacres organisés, les maladies, l'assimilation forcée et l'expropriation territoriale par les traités et les lois décimèrent les indiens.; les survivants durent se regrouper dans des réserves, où ils vivent aujourd'hui.

Malgré un renouveau récent, la situation sociale, économique et culturelle de ces peuples reste préoccupante.

Outre l'acquisition de territoires contigus aux XIXe et XXe siècles, les États-Unis obtinrent d'autres régions en Amérique du Nord l'Alaska, achetée à la Russie en 1867 pour 7 millions de dollars, Porto Rico, cédée par l'Espagne en 1898 après la guerre hispano-américaine, la zone du canal de Panamá acquise en 1903, mais cédée au Panamá en 1979 et les îles Vierges des États-Unis, achetées au Danemark en 1917.

 

Le XXè siècle

Additional information

viagra bitcoin buy