MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

Race es  tu là …

 

Incroyable, sous la poussée de groupuscules frustrés, le Pouvoir a cédé en soustrayant de la Constitution française de 1958, le mot…RACE…une "bien "belle victoire sociétale"", qui fera disparaître toutes les expressions à connotation raciale….

Mais dans leur immense majorité, les citoyens de ce pays se moquent de ces réformes à zéro centime d’euro, ce qui n’empêchera  pas l’homme de la rue peu ou pas informé, de voir dans l’Africain ou l’Afro descendant qui passe…

 

 « Un  Noir », faisant partie des «  gens de couleur » , au journaliste sportif, de désigner dans son reportage, «  le Noir de l’équipe », « le Noir du barreau » chez les  avocats, cette belle « chanteuse Noire » dans le monde artistique  la ou le Ministre noir(e) au Gouvernement ,une présentation non exhaustive.

 

Bref, un besoin morbide de bien mettre en relief la différence entre l’Africain et l’Afro descendant, en lui « collant » une couleur de peau « imaginaire» marquant la différence et son infériorité supposée, par rapport à monsieur tout le monde de race indo européenne

 

…circulez, le compte est bon, il n’y a plus rien à voir…

 

… et moi je dis NON, à cet enfumage racial, une escroquerie intellectuelle de haut niveau…

 

… car en vertu de quel pouvoir, un pays peut modifier unilatéralement un marqueur de l’espèce humaine, remontant à la nuit des temps…

 

… en fait ce retrait de mot ,intéresse t-il l’Asiatique (jaune) et l’Amérindien (rouge)  qui font partie intégrante de notre Humanité mais dont l’appellation a disparu dans la mémoire commune, ne restent plus en lice que l’Indo européen et le  gre

 

 … c’est précisément à cette mouvance que s’adresse la réforme à deux balles, pour lui donner l’illusion de la fin des différences...

 

... que voici  venu le nouveau monde avec son partage de l’Egalité et la Fraternité

 

…oui, vraiment une drôle d'illusion…

 

…et pour un rappel utile de l’Histoire, la France en tant que Nation, a  fortement utilisé le concept de race pour justifier la Traite négrière et l’Esclavage, dans un contexte d’infériorité de l’Homme africain

 

...alors la fin du mot «  race » relève de la mystification pure et simple, dont Africains et afro descendants, devraient prendre garde, afin de ne pas sombrer dans la même naïveté que nos ancêtres....

 

...Que comme Césaire Aimé, nous pourrons dire avec  fièrté...

 

...Le Nègre vous emmerde...

Racisme anti-blanc

 

Voilà un concept qui s’installe dans le paysage médiatique de plus en plus, et qui appelle de notre part une réflexion approfondie sur son contenu, et bien entendu une vigilance accrue au regard de nos communautés

Car en fait dans ce pays, il n’est nullement fait allusion au racisme anti maghrébin anti noir, des communautés ultra minoritaires, dont les membres sont les plus souvent victime des quolibets de toutes natures difficilement contrôlables, tels que négro, sale nègre, bougnoule bico raton etc.…

Conscient de cet état de fait, le législateur avait mis en place un dispositif destiné à protéger les personnes ayant fait l’objet d’outrance en raison notamment de leur race ; or nous savons dans la pratique, que cette loi est difficilement applicable, les plaintes étant classées sans suite par presque tous le parquets.

Alors que la République est sensée être une et indivisible, ne faisant vis-à-vis uns et des autres ni de leur sexe, leur religion, leur race, on est étonné de l’utilisation du concept anti-blanc, qui n’a aucune justification.

Peut-on considérer dès lors que la loi de 1972, se retourne contre nos communautés, nous mettant dans une position de respecter l’hôte, autochtone occidental en raison de sa race , dés lors que nous ne disposons pas des mêmes qualificatifs, à son encontre, bico, négro…-lire dans Chronique, archives chroniques Réhabilitation-

En fait le système est bien pris en fragrant délit d’hypocrisie, et malheur à celui dans nos rangs qui douterait que les solutions au quotidien sont indépendantes de sa race, emploi, logement, qualification, promotion….

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires