MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

La grande proximité de la France avec  l’Etat hébreu, est une source permanente de disfonctionnement, oû disparaît la notion de « souveraineté », qu’à l’occasion d’évènements tragiques du 7 Janvier 2015, un dirigeant de Tel Aviv repart avec des dépouilles mortelles de nationalité francaise, suivant  l’accord du Parquet de Paris et donc du Gouverenement,( secret d'Etat ou de défense) sans doute, alors même que l’institut Médico légal ne s’est pas prononcé, après autopsie des corps, sur la nature des projectiles touchés par les vcitimes, ce qui est une anomalie flagrante, par rapport aux règles du Droit

Que suivant une incivilité ou autre, ayant touché un citoyen de confession judaîque, il lui suffit de faire état de cette appartenance pour bénéficier du label de « circonstances aggravantes » une dispossition contraire à l’Egalité des citoyens devant la loi, et va à l’encontre du concept de la laïcité.

En sommes une religion, le Judaïsme transformé en Race… Mais, où est la place du Racisme dans cette chienlit…

Racisme anti-blanc

 

Voilà un concept qui s’installe dans le paysage médiatique de plus en plus, et qui appelle de notre part une réflexion approfondie sur son contenu, et bien entendu une vigilance accrue au regard de nos communautés

Car en fait dans ce pays, il n’est nullement fait allusion au racisme anti maghrébin anti noir, des communautés ultra minoritaires, dont les membres sont les plus souvent victime des quolibets de toutes natures difficilement contrôlables, tels que négro, sale nègre, bougnoule bico raton etc.…

Conscient de cet état de fait, le législateur avait mis en place un dispositif destiné à protéger les personnes ayant fait l’objet d’outrance en raison notamment de leur race ; or nous savons dans la pratique, que cette loi est difficilement applicable, les plaintes étant classées sans suite par presque tous le parquets.

Alors que la République est sensée être une et indivisible, ne faisant vis-à-vis uns et des autres ni de leur sexe, leur religion, leur race, on est étonné de l’utilisation du concept anti-blanc, qui n’a aucune justification.

Peut-on considérer dès lors que la loi de 1972, se retourne contre nos communautés, nous mettant dans une position de respecter l’hôte, autochtone occidental en raison de sa race , dés lors que nous ne disposons pas des mêmes qualificatifs, à son encontre, bico, négro…-lire dans Chronique, archives chroniques Réhabilitation-

En fait le système est bien pris en fragrant délit d’hypocrisie, et malheur à celui dans nos rangs qui douterait que les solutions au quotidien sont indépendantes de sa race, emploi, logement, qualification, promotion….

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires