MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

Drôle de monde dans lequel nous vivons, un monde  où la Démocratie, ne fait pas bon ménage avec l’éthique et la déontologie, il suffit pour une chapelle de ramasser la mise, que dis-je le pactole du Palais Bourbon ave à peine 20% du corps électoral...

Car Il a fallu la maladresse d’un courant, et une chance extraordinaire, pour  rétablir la Bourgeoisie dans toute sa splendeur, sous couvert d’une habile monarchie républicaine.

Oui mais dans tout ce climat idyllique, il y a une masse qui attend son heure pour renverser la table, par tous les moyens, y compris un remake à la mode de la Commune de Paris (1871) alors là, il n’y aura pas de Versaillais pour sauver la mise, car l’Histoire m’a appris qu’on avait toujours tort d’abuser du peuple,...dure sera la chute... 

 La Conférence de Paris

Martin Luther King disait, je cite,

« « Pour avoir des ennemis, pas besoin de faire la guerre, il suffit de dire ce que l’on pense… » »

Pour mon action au quotidien je me suis toujours inspiré de cette pensée, pour tout vous dire je dois être en bonne position de l’animosité, ne supportant pas la médiocrité, l’hypocrisie, la malhonnête intellectuelle qu’elle soit publique ou privée, qui a une bonne place dans cette société actuelle …de valeur …

Et j’en suis arrivé à cette conclusion, que si vous n’avez pas d’ennemi, votre place n’est pas dans ce combat qui se livre pour la Dignité humaine, car de vous à moi s'agissant de la République je me battrai, mais au titre de la démocratie, je ne lèverai pas le petit doigt pour cette démocratie là… non, que W Churchill me pardonne … c ‘est gribouille en pôle position…

Et j’ai le plaisir de vous transférer ce jour le compte rendu de la conférence tenue à Paris le 6 Novembre dernier , suivant le thème des Migrations, organisée par l’Association Internationale de Droits de l’Homme – l’AIDH- sous la direction de Madame Françoise Traverso sa Présidente…

Qu’à l’occasion de laquelle j’ai condamné fermement toutes les formes de migration actuelle venant de quel que pays, en vertu du principe « il n’y a de richesses que d’hommes » que donc sa Nation, son peuple est en difficulté de quelle que nature, on met tout en œuvre pour faire face à l’adversité y compris militairement , sinon on sombre dans la désertion et la trahison…

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires