Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race

 

En pleine déferlante mondiale sur la problématique raciale,  le contexte ne pouvait pas être meilleur pour évoquer le concept de Race  que la France seul pays des 193 membres  de l’Organisation des Nations Unies (L’ONU) veut voir disparaitre dans les échanges au quotidien, mais le remplacer par quel  stratagème….

 

Car c’est une prétention outrancière, un acte politique, qui veut avoir des conséquences sur le mode de pensée des Africains et autres  Afro descendants, des populations naïves et fragiles écrasées par leur passé d’esclave et de colonisé.

 

Et pour bien cerner la mentalité des Français de l’Europe du 21è siècle il faut avoir en mémoire quelques figures de l’Histoire qui valent mieux qu’un long discours…

 

… nous sommes en 1814 avec le retour de la  Monarchie sensée avoir disparu depuis Janvier 1793 et Louis XVIII est acclamé par un vibrant…Vive le Roi…

 

…mais un an après, 1815 avec le come-back de Napoléon pour  son retour des 100 jours c’est ce même peuple qui le reçoit au cri délirant de  … Vive l’Empereur…

 

Dès cette époque, on relève donc    une population incohérente dans ses choix, versatile, imprévisible et donc faible.

 

Plus de deux siècles  se sont écoulés, on peut multiplier les contorsions les explications saugrenues venant de tout l’échiquier politique pour obsever que ce mode de pensée relevé en 1815 n’a pas changé d’un yotta…

 

Car comment expliquer qu’en, pleine déferlante raciale au 21è siècle on relève des propos hors sol que sont…

 

Racisme, Noir, Blanc, racisme anti blanc, privilège blanc.

Pour mémoire, le vocabulaire « racisme » scandé de nos jours dans toutes les suces est inapproprié, car aucune communauté humaine dans ce pays n’est menacée de destruction en raison de ses caractéristiques physiques ou religieuses.

 

Par contre ce slogan cache une réalité plus méprisable qui est la discrimination raciale, propre à toutes les couches de la société française (les souchistes) dont sont victimes principalement les Africains les Afro descendants et les populations du Maghreb résidant en France…

 

Et donc revisitons l’Histoire du Monde Nègre et sa descente dans l’enfer de l’humiliation.

 

Nous sommes à la fin du XVe siècle, c’est le début de la découverte de nouveaux territoires, Espagnols , Portugais,  Français,  Britanniques s’installent en pays conquis après avoir massacré les premiers occupants, les Indiens, peuples  indociles et rebelles  au travail de terre.

 

 

Et voilà ces Européens partis à la recherche de remplaçants trouvés dans les populations de la côte occidentale africaine, fragiles naïves inaptes à toute résistance armée, qui feront la traversée de l’Atlantique pour être vendus dans les marchés d’esclaves des Amériques et la Caraïbe.

 

Mais l’apparition du concept de Race verra le jour au XVIII è siècle par les écrits et la pensée de certains écrivains et philosophes français qui établiront un dispositif  tendant  à démontrer    la supériorité du monde occidental et la justification de la traite négrière concernant les Africaines de race Nègre et l’établissement de L’Esclave.

 

Espagnols, Portugais , Britanniques pratiquant une stricte surexploitation des territoires colonisés, les Français iront plus loin en se plaçant dans une domestication ( Code Noir )des esclaves afro descendants, par une politique d’assimilation, au résultat catastrophique pour les personnes tombées dans ce piège infernal du big bang cérébral dont les effets désastreux perdurent de nos jours…

 

… dont les  premiers résultats se présenteront en Mai 1802 avec le rétablissement de L’esclavage à la Guadeloupe, une absente totale de résistance de la population du territoire de 90000 âmes à l’époque, malgré les efforts désespérés d’un  certain Colonel Louis Delgres, d’origine martiniquaise pour s’opposer  au Corps. Expéditionnaire de Napoléon Bonaparte…

 

…Alors  qu’à Saint Domingue (devenu Haïti) les troupes armées sous la conduite d’un Toussaint Louverture et de Jean Jacques Dessalines, arrachaient la victoire et la création de l’Etat haïtien, permière Nation  Nègre à conquérir son indépendance les armes à la main, à compter du Premier Janvier 1804;

 

La suite prochainement.

 

https://www.youtube.com/watch?v=IMKe6QVjT84

Victorin Lurel

 

 

Victorin Lurel né le 20 août 1951 à Vieux-Habitants, Guadeloupe,  est un homme politique  appartenant au Parti socialiste.

Il est président du conseil régional de la Guadeloupe depuis 2004 et député de la 4e circonscription de la Guadeloupe depuis 2002. 

 

Il est la tête de liste élue par les militants et officialisée par le parti socialiste pour les élections régionales des 14 et 21 mars 2010.

Parcours politique

Longtemps élu d'opposition au conseil municipal de Vieux-Habitants à partir de 1989, puis au conseil régional à partir de 1992, il entre au conseil général en 1994 et il en devient vice-président en 1998.

Il connaît ensuite une ascension fulgurante. Il devient maire de Vieux-Habitants en 2001 après avoir remporté les élections devant Aramis Arbau de 12 voix seulement, puis il est élu député en 2002 devant PhilippeChaulet  avec 1 500 voix d'avance.

 En 2003, il est l'un des très rares qui s'est opposé au projet de nouveau statut pour la Guadeloupe. Lors du référendum du 7 décembre 2003, ce projet est rejeté par 75 % des électeurs.

 

Cette victoire du , non, ouvre la voie à sa candidature aux élections régionales de mars 2004.

À la tête d'une liste de large union de la gauche, il remporte plus de 100 000 voix et devance de 30 000 suffrages Lucette Michaux-Chevry, président sortante , Objectif Guadeloupe, apparentée UMP qui était en poste depuis 1992.

En février 2005, il démissionne de son poste de maire de Vieux-Habitants pour se mettre en conformité avec les dispositions législatives en matière de non-cumul de mandats.

 

En avril, il conduit la liste de la majorité municipale sortante et gagne l'élection partielle dès le premier tour au profit de son premier adjoint, Georges Clairy.

En juin 2005, Victorin Lurel est désigné secrétaire national du Parti socialiste chargé de l'Outre-mer par le premier secrétaire François Hollande en remplacement d'Axel Urgin qui a mené campagne pour le non au référendum sur le projet de Constitution européenne du 29 mai, contre la direction du PS.

 

Le 1er juillet 2006, Victorin Lurel annonce sa démission de ce secrétariat national pour protester contre le non-respect par la direction du parti socialiste de son engagement à mieux représenter la diversité à travers les investitures pour les législatives de 2007 et en particulier les originaires de l'outre-mer.

 

George Pau -Langevin seule candidate domienne à Paris, non investie dans la 21e circonscription.

 George Pau-Langevin est finalement investie comme candidate. Il retrouve par la suite son poste.

 

En août 2006, il annonce officiellement qu'il soutient Ségolène Royal dans la course à l'investiture pour la candidature à l'élection présidentielle de 2007.

 Elle est finalement désignée en novembre en devançant Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius.

 

 Dès lors, il est nommé à son conseil politique et il occupe les fonctions de responsable et de porte-parole de la campagne de Ségolène Royal dans l'outre-mer.

 

Candidat à sa succession comme député de la 4e circonscription, il est réélu le 18 juin 2007, au 2nd tour, face à Albert Dorville, alors maire de la commune de Trois-Rivières, sans étiquette, mais soutenu par la droite.

 

Il obtient 15 830 voix, soit 52,58 %. Lors de l'installation de la nouvelle Assemblée nationale, il devient l'un des quatorze vice-présidents du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche.

A l'issue des élections municipales et cantonales de mars 2008, Victorin Lurel demeure l'homme fort de la gauche guadeloupéenne grâce aux succès enregistrés par plusieurs candidats qu'il a soutenus personnellement .

 

Comme Hélène Vainqueur-Christophe à la mairie de Trois-Rivières, Eric Jalton aux Abymes, Ferdy Louisy à Goyave, Jean-Claude Malo à Bouillante, et Georges Clairy, son successeur à Vieux-Habitants.

 

Il a pesé pour favoriser la réélection de Jacques Gillot , divers gauche, apparenté socialiste, comme président du Conseil général, grâce au soutien du groupe Socialiste, républicain et citoyen , SRC , premier groupe de l'assemblée départementale avec 21 élus sur 40.

Quand s'engagent les débats internes en vue du Congrès socialiste de Reims prévu en novembre 2008, Victorin Lurel signe une contribution thématique sur les outremers intitulée -Les outremers, laboratoire d'idée pour la République-.

 

 Elle est signée par les principaux responsables du parti , François Hollande, Ségolène Royal, Martine Aubry, Benoît Hamon.

 

Victorin Lurel, fidèle à François Hollande signe la contribution de celui-ci, puis il rejoint la motion A constituée autour du premier secrétaire sortant et Bertrand Delanoë en se déclarant favorable à un large rassemblement incluant Ségolène Royal.

 

A Reims, Victorin Lurel, comme les principales fédérations d'outre-mer , Guadeloupe, Martinique, Réunion, choisit de soutenir Ségolène Royal face à Martine Aubry pour l'élection du premier secrétaire du parti socialiste.

 

 Défaite d'extrême justesse au niveau national, Ségolène Royal l'emporte largement dans les outremers et, en particulier, en Guadeloupe où elle obtient 82 % des voix.

 

 Les contestations portées sur les conditions des votes dans les outremers provoquent la colère du secrétaire national sortant et des militants socialistes ultramarins.

 

 Victorin Lurel quitte ses fonctions de secrétaire national. Au conseil national du 6 décembre 2008, il n'est pas remplacé, le poste de secrétaire national demeurant à pourvoir jusqu'en juin 2009.

 

Le 2 octobre 2009, à l'issue d'un vote des militants socialistes guadeloupéen, Victorin Lurel est officiellement investi comme tête de liste du Parti socialiste pour les élections régionales des 14 et 21 mars 2010.

 

Ses mandats

    Membre du conseil municipal de Vieux-Habitants , Guadeloupe,   du 20/03/1989 au 18/06/1995, et du 19/06/1995 au 18/03/2001

    23/03/1992 - 31/12/1992 , membre du Conseil régional de la Guadeloupe

    28/03/1994 - 18/03/2001 ,  membre du Conseil général de la Guadeloupe

   16/03/1998 - 25/10/2002 ,  membre du conseil régional de Guadeloupe

   23/03/1998 - 18/03/2001,  vice-président du conseil général de la Guadeloupe

    19/03/2001 - 25/10/2002 , vice-président du conseil général de la Guadeloupe

    Maire de Vieux-Habitants de 2001 à 2005.

Il est élu député le 16 juin 2002, pour la XIIe législature , 2002-2007, dans la 4e circonscription de la Guadeloupe.

 

Il est réélu député le 18 juin 2007, pour la XIIIe législature , 2007-2012 , dans la 4e circonscription de la Guadeloupe . Il fait partie du groupe Socialiste, radical, citoyen et divers gauche dont il est l'un des vice-présidents.

 

Centres d'intérêt

Victorin Lurel est passionné par l'économie, le droit et la philosophie. Grand dévoreur d'essais et de journaux, il s'intéresse à la politique américaine, en particulier à Barack Obama qu'il a suivi depuis son discours d'ouverture de la Convention démocrate de Chicago en 2004.

 

 Il a représenté le Parti socialiste français à la Convention démocrate d'investiture de Barack Obama du 25 au 29 août 2008 à Denver Colorado. Il a été invité au Congressional Black Caucus de Washington, la réunion des parlementaires noirs américains, en 2009.

 

Comme président de Région, il est l’artisan d’une politique de modernisation de l’économie guadeloupéenne visant à consolider les secteurs traditionnels , pêche, banane, sucre, rhum et tourisme.

 

 Tout en veillant à favoriser des secteurs émergents à plus forte valeur ajoutée comme l’ingénierie, l’agro transformation, les énergies renouvelables, les technologies de l’information et de la communication, ainsi que les services aux entreprises.

 

 Depuis 2004, éducation et formation sont devenues les priorités de l’action régionale afin de favoriser l’emploi et l’accession à l’excellence de la jeunesse guadeloupéenne.

 

 Sous son impulsion, plus d'un tiers du budget de la Région Guadeloupe est désormais consacré à l'éducation et à la formation.

 

Parmi les grandes réalisations de son mandat , 2004-2010,  à la tête de la Région Guadeloupe /

          un nouveau Centre régional de formation professionnelle, le CRFP ,

    un réseau d'Ecoles régionales de la deuxième chance pour les jeunes sortis du système éducatif sans diplôme, ni qualification ,

 

     un lycée polyvalent à Port-Louis, le premier de la Caraïbe construit selon les normes haute qualité environnementale

 

       une Cité de la connaissance comprenant une résidence et un restaurant universitaires et, à l'horizon 2011-2013, une Université des métiers , en chantier, un campus sanitaire et social et un Pôle régional des arts du spectacle ,

    un câble sous-marin à haut débit pour réduire le prix de l'accès à Internet ,

      une Agence régionale de développement économique,

 

         un syndicat mixte de gestion des routes nationales et départementales, Routes de Guadeloupe cogéré avec le Conseil général 

        un dispositif de continuité territoriale afin de faire baisser le prix des billets d'avion entre la Guadeloupe et la France 

    un nouveau pôle universitaire dans le sud de la Basse-Terre ,

        un projet de Centre caribéen d'expression et de mémoire de la traite et de l'esclavage - le Mémorial Acte

   le redressement des finances de la Région Guadeloupe qui était en 2004 une  région endettée.

 

Comme dirigeant socialiste, il est attaché à la modernisation de la social-démocratie et à sa nécessaire adaptation aux enjeux du développement durable.

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy