MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

Drôle de monde dans lequel nous vivons, un monde  où la Démocratie, ne fait pas bon ménage avec l’éthique et la déontologie, il suffit pour une chapelle de ramasser la mise, que dis-je le pactole du Palais Bourbon ave à peine 20% du corps électoral...

Car Il a fallu la maladresse d’un courant, et une chance extraordinaire, pour  rétablir la Bourgeoisie dans toute sa splendeur, sous couvert d’une habile monarchie républicaine.

Oui mais dans tout ce climat idyllique, il y a une masse qui attend son heure pour renverser la table, par tous les moyens, y compris un remake à la mode de la Commune de Paris (1871) alors là, il n’y aura pas de Versaillais pour sauver la mise, car l’Histoire m’a appris qu’on avait toujours tort d’abuser du peuple,...dure sera la chute... 

 Une situation explosive en Côte d'Ivoire

 

 

Comme prévu les élections présidentielles prévues initialement en Côte d’Ivoire pour le 30 Octobre 2005 n’ont pas pu se tenir à la date fixée…

… C’est un contre temps mauvais pour ce territoire, inquiétant pour l’Afrique et triste pour le Monde Noir.

Mais ce qui retient plus particulièrement notre attention, c’est la suspension par son pays d’origine du général commandant la mission militaire en Côte d’Ivoire…

… Initiée par l’Organisation des Nations Unies, baptisée –Licorne- à la suite de la mort d’un jeune ivoirien, disparu dans des conditions qui relèvent de la non assistance à personne en danger ou de l’assassinat pur et simple.

Et si les faits rapportés sont avérés, compte tenu de la nature et du contexte de cette opération de l’ONU…

… La situation de cet officier supérieur et de ces collaborateurs incriminés, relèverait du TPI, Tribunal pénal international…

… Oui mais voilà, quand on est juge et partie dans une affaire on peut se permettre des contorsions avec le Droit.

Car ce qui frappe l’opinion, c’est la dimension médiatique qu’a donné l’ex-puissance coloniale…

… Dans une affaire au regard de laquelle la tradition militaire de son armée a un goût prononcé pour le silence, la grande muette…

… Dès lors on peut s’interroger sur les raisons réelles qui ont poussé au limogeage de ces officiers…

… Dont on subodore qu’ils n’ont pas accompli les missions pour lesquelles ils avaient été dépêchés en Côte d’Ivoire car le régime est toujours en place.

En fait, si l’Opération Licorne de l’ONU sur le territoire ivoirien était précise, à savoir ramener la paix et la stabilité politique dans ce pays…

… On doute que le principal exécutant à cette mission en ait eu les mêmes préoccupations.

Aujourd’hui la Côte d’Ivoire, demain un autre territoire du Continent africain, ainsi va l’Afrique…

… Qui paie très chère le fait de n’avoir pas arraché son indépendance au prix fort, comme l’aurait souhaité le regretté et illustre Frantz Fanon. Lire dans Forum -l’imbroglio ivoirien-

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires