MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

Drôle de monde dans lequel nous vivons, un monde  où la Démocratie, ne fait pas bon ménage avec l’éthique et la déontologie, il suffit pour une chapelle de ramasser la mise, que dis-je le pactole du Palais Bourbon ave à peine 20% du corps électoral...

Car Il a fallu la maladresse d’un courant, et une chance extraordinaire, pour  rétablir la Bourgeoisie dans toute sa splendeur, sous couvert d’une habile monarchie républicaine.

Oui mais dans tout ce climat idyllique, il y a une masse qui attend son heure pour renverser la table, par tous les moyens, y compris un remake à la mode de la Commune de Paris (1871) alors là, il n’y aura pas de Versaillais pour sauver la mise, car l’Histoire m’a appris qu’on avait toujours tort d’abuser du peuple,...dure sera la chute... 

Jean-Marie Tjibaou, 1936-1989

 

 

Jean-Marie Tjibaou est un homme politique , leader indépendantiste kanak , Tiendanite, Nouvelle-Calédonie, 1936 Ouvéa, 1989.

 

 

Fils d'un chef de tribu de Nouvelle-Calédonie, ordonné prêtre en 1965, à Hienghène et à Nouméa.

 

 

Tjibaou quitte le pays en 1968 pour suivre des cours de sociologie à la faculté catholique de Lyon, puis d'ethnologie à l'École pratique des hautes études en 1970.

 

Lors de son retour au pays il délaisse sa vocation religieuse pour entreprendre une carrière militante.  

 

Toujours croyant, Tjibaou estime cependant qu'il est impossible à un prêtre dans ce territoire de prendre position, par exemple en faveur de la restitution des terres au peuple kanak 

Dans les années 1970, il est à la tête d'un mouvement de renouveau culturel, avec entre autres la manifestation Mélanésia 2000 , qui a lieu en 1975.

Cette manifestation qui regroupe à Nouméa, à côté du site actuel du Centre culturel Tjibaou, les tribus de toutes les aires coutumières de la Nouvelle Calédonie, réveille chez les Kanak un sentiment de dignité.

Pour la première fois depuis bien longtemps, la culture kanak apparaît bien vivante, et non plus comme une culture mourante.

Entré au comité directeur de l'Union calédonienne , UC, Tjibaou est élu maire de Hienghène et vice-président de l'UC en 1977. Il fait le choix d'une lutte politique fondée sur les principes de la non-violence, entretenant des relations étroites avec les paysans du Larzac.

Ce choix n'a pas toujours été partagé dans son propre camp, puisque des militants de l'UC ont entretenu des liens avec les services libyens du colonel Mouammar Kadhafi.

En 1979, il est élu conseiller territorial du Front Indépendantiste qui vient d'être créé. En juin 1982, Tjibaou est élu vice-président du Conseil de gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, jusqu'au 18 novembre 1984, jour du "boycott actif" des élections territoriales par les indépendantistes.

En juillet 1983, il participe, pour le Front Indépendantiste, à la table ronde de Nainville-les-Roches, avec entre autres, Jacques Lafleur.


Le 5 décembre 1984, il paye très cher sa récente nomination à la tête du FLNKS ,  Front de libération nationale kanak et socialiste, lors de sa création, puisque sur la route qui mène à un congrès, dans la voiture qu'il aurait dû occuper, dix Kanak, dont deux de ses frères, sont assassinés par des européens dans une embuscade à Hienghène.

Cette action a euent lieu dans un climat de quasi-guerre civile en brousse, en représailles à d'autres actions similaires menée elles par les kanak. Jean-Marie Tjibaou et Jacques Lafleur participaient activement à alimenter cette haine interraciale en refusant à cette époque de négocier un accord qui fut finalement imposé sous l'égide de Michel Rocard et qui ramènera heureusement la paix sur ce territoire.

 les sept auteurs ont été relaxés par la cour d'assises de Nouméa le 29 octobre 1987, le jury était exclusivement composé d'européens.

Tjibaou demande, malgré cela, la levée des barrages, suite à la négociation avec Edgard Pisani.


Le 26 juin 1988, il signe avec, entre autres, Jacques Lafleur, les accords de Matignon, qui prévoient un référendum sur l'autodétermination après dix ans.

En 1985-1986, il est élu président de la Région nord, issue du statut Fabius .


Il est assassiné le 4 mai 1989, avec Yeiwéné Yeiwéné, son bras droit au FLNKS, lors de la commémoration de la tragédie d'Ouvéa, par un Kanak , Djubelly Wéa opposé aux accords de Matignon de juin 1988

Informations supplémentaires