MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

En pleine campagne électorale  des minorités ethniques sont visées directement par certains qui opèrent un rapide raccourci entre immigration et insécurité...

Mais en quoi ces minorités constituent une menace pour les institutions républicaines, et on finit par penser que leur regroupement tant redouté, peut constituer une force  politique non négligeable pour la défense des droits des personnes concernées, d’où la manouvre de les repousser dans la mouvance du  Communautarisme, synonyme de dévaluation sociétale…

Ben Bella Ahmed

 

Ben Bella Ahmed, l’un des artisans de l’indépendance de l’Algérie, est né à Marnia dans la région de Oran le 25 Décembre 1916 dans une famille de commerçant, et engagé sous drapeau français pendant la seconde mondiale.

Il participe à la campagne d’Italie et de France, et devient par la suite, l’un des membres dirigeants de l’Organisation spéciale créée pour le triomphe des libertés démocratiques ...

...Après les évènements de Sétif en Mai 1945 , MTLD Mouvement pour le triomphe des libertés démocrtiques

Ben Bella est arrêté en Mai 1950, mais il s’évade en Mars 1952, et vit clandestinement en France et en Egypte où il participe à la préparation du soulèvement du 1è Novembre 1954.

En sa qualité de chef historique du Front de libération nationale FLN l’homme est influencé par Nasser le dirigeant égyptien, dont il gagne l’appui, ce qui lui vaudra l’hostilité de certains membres du mouvement indépendantiste.

Le 22 Octobre 1956, son avion est intercepté en vol par l’aviation française au dessus d’Alger, il sera détenu en France jusqu’aux accords d’Evian de Mars 1962, et entre en conflit après sa libération, avec le Gouvernement provisoire de la république algérienneGPRA.

A la suite de l’élection d’une assemblée constituante en Septembre 1962 il préside le gouvernement avant d’être élu Président de la république algérienne le 15 Septembre 1963.

Deux ans plus tard Ben Bella est renversé en Juin 1965 par un coup d’état dirigé par le Colonel Boumédienne, emprisonné jusqu’en Juillet 1979, et assigné à résidence, puis libéré en Octobre 1980.

Exilé en Europe, Ben Bella reviendra en Algérie en 1990

Habib Bourguiba

Informations supplémentaires