MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

Race es  tu là …

 

Incroyable, sous la poussée de groupuscules frustrés, le Pouvoir a cédé en soustrayant de la Constitution française de 1958, le mot…RACE…une "bien "belle victoire sociétale"", qui fera disparaître toutes les expressions à connotation raciale….

Mais dans leur immense majorité, les citoyens de ce pays se moquent de ces réformes à zéro centime d’euro, ce qui n’empêchera  pas l’homme de la rue peu ou pas informé, de voir dans l’Africain ou l’Afro descendant qui passe…

 

 « Un  Noir », faisant partie des «  gens de couleur » , au journaliste sportif, de désigner dans son reportage, «  le Noir de l’équipe », «  le Noir du barreau » chez les  avocats, cette belle « chanteuse Noire » dans le monde artistique  la ou le Ministre noir(e) au Gouvernement ,une présentation non exhaustive.

 

Bref, un besoin morbide de bien mettre en relief la différence entre l’Africain et l’Afro descendant, en lui « collant » une couleur de peau « imaginaire » marquant la différence et son infériorité supposée, par rapport à monsieur tout le monde de race indo européenne

 

…circulez, le compte est bon, il n’y a plus rien à voir…

 

… et moi je dis NON, à cet enfumage racial, une escroquerie intellectuelle de haut niveau…

 

… car en vertu de quel pouvoir, un pays peut modifier unilatéralement un marqueur de l’espèce humaine, remontant à la nuit des temps…

 

… en fait ce retrait de mot ,intéresse t-il l’Asiatique (jaune) et l’Amérindien (rouge)  qui font partie intégrante de notre Humanité mais dont l’appellation a disparu dans la mémoire commune, ne restent plus en lice que l’Indo européen et le  gre

 

 … c’est précisément à cette mouvance que s’adresse la réforme à deux balles, pour lui donner l’illusion de la fin des différences...

 

... que voici  venu le nouveau monde avec son partage de l’Egalité et la Fraternité

 

…oui, vraiment une drôle d'illusion…

 

…et pour un rappel utile de l’Histoire, la France en tant que Nation, a  fortement utilisé le concept de race pour justifier la Traite négrière et l’Esclavage, dans un contexte d’infériorité de l’Homme africain

 

...alors la fin du mot «  race » relève de la mystification pure et simple, dont Africains et afro descendants, devraient prendre garde, afin de ne pas sombrer dans la même naïveté que nos ancêtres....

 

...Que comme Césaire Aimé, nous pourrons dire avec  fièrté...

 

...Le Nègre vous emmerde...

Marc PULVAR... 1936-2008

 

marc pulvar

Marc Pulvar, né le 25 avril 1936 et mort le 3 février 2008, est un syndicaliste et nationaliste martiniquais. Il fut aussi professeur de mathématiques. Et est le père de la journaliste Audrey Pulvar

Après des études de mathématiques, Marc Pulvar enseigne à l'Institut martiniquais d'études (IME), une école privée qu'il crée 

avec Edouard Glissant. Toutefois, ses activités syndicales et politiques l'accaparant de plus en plus, il délaisse par la suite l'enseignement pour des cours particuliers .

En 1962, il devient membre de l’Organisation de la jeunesse anticolonialiste de la Martinique et signataire du Manifeste de l'OJAM  -La Martinique aux Martiniquais -, placardé dans toute l'île les 23 et 24 décembre 1962,...

 

...notamment avec Joseph René-Corail  Kokho , Rodolphe Désiré, Renaud de Grandmaison, Henri Pied et Hervé Florenl est l'un des fondateurs et le secrétaire général de la Centrale syndicale de Travailleurs Martiniquais -CSTM-, premier syndicat indépendant des organisations françaises, créé en 1974 à la suite de la répression de la grève du Chalvet.

 

Avec Alfred Marie-Jeanne, Lucien Veilleur et Garcin Malsa, l'homme crée en 1973 le mouvement- La Parole au Peuple , qui devient en 1978 le Mouvement indépendantiste martiniquais –MIM-, organisation qui revendique le droit à l'autodétermination du peuple martiniquais et dont il sera le secrétaire général et l'inspirateur de la ligne politique.

 

Après s'être mis en 1977 à l'étude du droit pour pouvoir défendre les travailleurs, Pulvar devient un expert redouté par le patronat au Conseil des prud'hommes, gagnant le surnom de - Monsieur Auroux - en raison de sa connaissance intime des lois Auroux sur le droit du travail.

 

Marc Pulvar est aussi connu pour son engagement en faveur de l'environnement

 

Il meurt des suites d'un cancer dans la nuit du dimanche 3 février 2008 au CHU de la Meynard en Martinique à l'âge de 72 ans

Il est enterré dans le cimetière de Rivière-Salée

Informations supplémentaires