MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

Drôle de monde dans lequel nous vivons, un monde  où la Démocratie, ne fait pas bon ménage avec l’éthique et la déontologie, il suffit pour une chapelle de ramasser la mise, que dis-je le pactole du Palais Bourbon ave à peine 20% du corps électoral...

Car Il a fallu la maladresse d’un courant, et une chance extraordinaire, pour  rétablir la Bourgeoisie dans toute sa splendeur, sous couvert d’une habile monarchie républicaine.

Oui mais dans tout ce climat idyllique, il y a une masse qui attend son heure pour renverser la table, par tous les moyens, y compris un remake à la mode de la Commune de Paris (1871) alors là, il n’y aura pas de Versaillais pour sauver la mise, car l’Histoire m’a appris qu’on avait toujours tort d’abuser du peuple,...dure sera la chute... 

Amilcar Cabral 1924-1973

 

Amilcar Cabral, Amilcar Lopes , abel Djassi Cabral reste l'un des plus importants théoriciens de la Révolution africaine.

 Né à Bafata Guinée bissau d'un père capverdien et d'une mère guinéenne, il suivit des études secondaires au Lycée Gil Eanes de São Vicente , Cap Vert, prolongées par des études universitaires à l'Institut d'agronomie de Lisbonne , Portugal.

Dans les années 1950, ce battant fait la connaissance de ses futurs compagnons d'armes avec qui il devra jouer un rôle déterminant pour l'indépendance de la Guinée portugaise et du Cap Vert.

 En 1952, Cabral est engagé comme agronome au service des autorités coloniales, il retournera en Guinée portugaise pour travailler.

En 1956, il fonde le PAIGC ,Partido Africano para a Independencia da Guine e de Cabo Verde avec son demi-frère Luis Cabral, Aristide Pereira et Rafael Barboza à Bissau.

Le mouvement de lutte anti-coloniale débutera concrètement avec la grève des dockers de Bissau en 1959.

L'année 1963 marque le début de la lutte armée sur le sol guinéen. Les troupes armées du PAIGC remportent plusieurs victoires face aux soldats du corps expéditionnaire portugais.

Mais Amilcar CabralL ne vivra pas assez longtemps pour assister à l'indépendance de la Guinée portugaise et du Cap Vert, car il sera assassiné à Conakry , Guinée le 20 janvier 1973. 

Mehdi Ben Barka

Informations supplémentaires