MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

Que des médias  et des journalistes affidés, cessent d’enfumer les masses déjà déboussolées par ces actes de guerre mystérieux, sous le vocable « d’attentats »...

Et voilà qu’il est déclaré péremptoirement, que si la ligne rouge est atteinte dans le bourbier syrien, on interviendra…Oui, mais comment !!!par des frappes aériennes, pas très courageux, en laissant un pays dévasté comme la Libye, ou au sol, alors on pourrait observer la valeur et le courage des hommes  au combat...ce qui n'est pas évident...

En vérité le problème vient de l’Occidnt qui a cette facheuse manie de vouloir  conduire le monde , suivant ses propres conceptions qui ont démontré qu’elles étaient nuisibles pour la Paix

Le sens du poil  -  du  n'importe quoi-

 

Et voilà qu’un épisode m’avait échappé dans ce mélodrame, à savoir que les personnes d’origine africaine ont du mal à trouver leur marque dans les pays d’accueil occidentaux, en raison du fait qu’ils nourrissaient trop ce rêve du retour au pays…

 Ca vient de sortir, cette incohérence n’est pas d’origine autochtone, et c’est là le problème, car ce type de discours arrange tout le monde, en donnant bonne conscience à certains.

Ah ces ingrats, ils ont le froid, la neige, les cathédrales, les musées, le train à grande vitesse, le confort, le gîte et le couvert, mais voilà qu’ils voudraient revenir sur ce continent de malheur, cet espace de crève la faim, ravagé par la famine, les pathologies de toute nature.

 Avec une espérance de vie la plus basse de la planète…, on pourrait allonger cette litanie, dont l’actualité nous fournit de trop graves sujets de réflexion, et revenons à quelques fondamentaux, à savoir…

… que les hommes quelle que soient leur race leur religion et autres, ne sont pas intégrables, ils ne s’intègrent à rien, s’adaptent à tous milieux, tous environnements en fonction de leurs intérêts, leur culture et leur intelligence.

 Prenons l’exemple de l’expatrié installé dans une région de l’Afrique depuis longtemps, en cas de crise il s’empressera le prendre le premier avion en direction de Londres ou Paris.

Mais avec la ferme intention d’y revenir dès que la crise aura été jugulée, parce qu’il dispose de bien meilleures conditions de vie que son pays de naissance ne lui en procure.

… que l’africain qui vient en Europe pour quelle que raison bien souvent principalement économique, et quelle que soit sa condition, est un soldat en mission, venu acquérir les éléments qui lui permettront de participer au développement de son milieu naturel.

Dès lors se pose pour chacune et chacun ce dilemme /


…. faut-il demeurer dans ce pays pour jouir de sa qualité de vie, dont nos ancêtres y ont grandement contribué, mais avec un environnement de plus en plus détestable, 49 % étant hostile à l’immigration toutes catégorie confondues , africains, caribéens et 30% se déclarant ouvertement racistes…

….ou revenir en Afrique, pour participer avec ceux qui y sont restés, à la construction de ce gigantesque continent plein de promesse pour l’avenir, ce n’est pas un sacrifice mais un acte citoyen, authentiquement républicain, qui est la conséquence des indépendances octroyées dans les années 1960.

C’est un choix dont les conséquences sont appréciées à posteriori, prenons le cas de votre serviteur, revenu au pays en qualité d’ingénieur agricole, fonctionnaire d’état, affecté à la D S A , Direction des Services Agronomiques du territoire.

 Détaché comme Conseiller Agricole auprès de gros exploitants  béké  40% de vie de vie chère, et de multiples primes que mes frères indigènes n’en bénéficient pas, système colonialiste oblige.

 Avec toujours la recherche de plus de gain, chargé donc de cours de zoologie de géologie de botanique et autre horticulture dans un Lycée agricole du coin.

 Et en supplément, un congé administratif de 4 mois tous les 2 ans, avec famille à charge éventuelle, pris en Europe pour vanter les bienfaits de la  mère patrie en terre coloniale…étrange non…

Voilà une vie paradisiaque qu’avec le recul, je qualifie d’existence médiocre, car dans ce contexte idyllique, aurais je été touché par un sentiment nationaliste m’amenant à initier et conduire une lutte armée structurée, pour l’indépendance et la souveraineté de ce pays….mystère

Mais le destin en a décidé autrement avec des hauts et des bas, et c’est pourquoi pour la postérité, j’ai rédigé et mis en ligne Un Rêve et Prémonition lire sur AFCAM et dans Chronique qui prennent date pour l’avenir, même à titre posthume.

J’ai connu et fréquenté des étudiants africains affiliés à l’ex FEAF dont la vie de certains était mise en péril à cause des agissements de polices parallèles, dans la patrie des droits de l’homme, à la solde de dictateurs corrompus.

 Mais ils étaient tous habités de ce besoin irrésistible de revenir au plus vite en Afrique pour être utile à leur pays… autre temps autre mœurs.

Alors il va falloir invoquer d’autres motifs pour expliquer la non adaptation supposée des africains, sur ce plan avec une longue observation j’en ai identifié quelques uns, mais c’est un autre débat…car c’est du n’importe quoi....

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires