MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

De l’état du Monde….Rétrospective

 

Avec un peu de retard, circonstance atténuante oblige, je reviens sur ce qui s’est dit, prédit, il y quelques semainesà Pittsburgh (Etats-Unis, à l’occasion de la réunion du désormais G 20…

 

…  Par définition je garde une grande méfiance au regard de ces institutions qui n’ont pas reçu de mandat explicite de  l’ ONU , mais s’arrogent le droit d’imposer leurs conclusions à toute la Planète…

 

… sous la futile prétention que certaines nations invitées seraient les  plus riches… pour les autres, circulez, il n’y a rien pour vous.

 

Pour la petite histoire, rappelons que ce forum ponctuel qui n’est pas d’initiative américaine et s’est tenu pour la première fois à Paris ( France) dans les années 1976, était composé de six nations…

 

… dont trois membres permanents du Conseil de Sécurité, détenteurs de l’arme atomique, quatre de l’ Alliance Atlantique,( OTAN) sauf le Japon , une simple observation donne une idée de leur puissance de feu…

 

Donc, de six chargés de se pencher sur l’état de l’économie mondiale, nous sommes  passés à 7 puis 8 à l’occasion desquels au repas des « grands » entre la poire et le formage…

 

… étaient invités des dirigeants africains, dont certains s’y pressaient, leur donnant l’illusion d’une certaine  importance. Mais le Continent na pas avancé d’un iota sur tous les plans

 

…Et depuis Septembre de cette année, la « crise » aidant ils se sont retrouvés à 20 à Pittsburg pour dialoguer entre autre sur la régulation du marché monétaire

 

…et la limitation des bonus dus aux traders, ces sorciers de la manipulation boursière, autant de sujets qui intéressent l’immense armée « d’hommes de la rue »

 

Mais la grande nouveauté de Pittburg fut l’entrée en lice de la nouvelle administration américaine avec son chef de file…

 

… dont certains «  ces va en guerre ces Max la menace »  se  berçaient déjà d’illusion sur son amateurisme, son manque d’expérience, bref par des arguties, on allait avaler tout cru l’ex Sénateur de l’Illinois.

 

 Mais catastrophe pour eux, ce fut du brio du brillant, une parfaite connaissance des dossiers, une certaine vision de l’avenir de notre Planète…

 

…que le jury d’Oslo ( Norvège) a sanctionné sans appel, par un prix Nobel de la Paix… je m’en dispense  de tout commentaire sur l’évènement.

 

A ce sujet et à propos de l’Iran au regard de l’arme atomique il est intéressant de remonter l’Histoire…

 

Nous sommes dans les années 1960, le locataire de l’Elysée qui a décidé de retirer son pays du commandement intégré de l’OTAN

 

… se lance dans l’aventure nucléaire sur la base du concept de la « dissuasion » c'est-à-dire qu’avec une ogive on peut mettre dans l’embarras tout adversaire  potentiel hautement nucléarisé…

 

Le Chef de l’Etat de l’époque en cause, n’a jamais eu l’intention d’utiliser cet arme redoutable, un remake des 6 et 8 Août 1945, mais il en connaissait parfaitement la force diplomatique dans le concert des Nations…

 

Plus de 40 ans après nous sommes  dans le même contexte, qui pourrait croire intellectuellement que l’Iran serait  disposé à porter le fer et le sang au Moyen Orient sur un ennemi potentiel…

 

… (disposant de son stock ) sachant qu’une bombe thermonucléaire de centaines de fois plus puissante que celle larguer sur le Japon en Août 1945…

 

…détruirait et contaminerait toute la région, y compris l’Iran qui serait victime «  d’un vent nucléaire qui n’a pas de frontière ».

 

 Mais alors de qui se moque-ton, quand on veut interdire à cette Nation ou tout autre pays...

 

...de se doter de moyens diplomatiques adéquats, sachant que cet Etat en cause est entouré de voisins puissamment armés..

 

L’Administration américaine qui a rapidement assimilé ces subtiles et hypocrites oppositions  diplomatiques…

 

… laisse désormais aux autres « Max la menace », le soin des gesticulations puériles et stériles...

Laisser mourir les mourants

 

La semaine dernière, branle bas de combat dans les médias, on apprend qu’un quart de la Planète ne dispose ni de blé et pas assez de riz, aliment de base pour certains …alors

…Laissez mourir les mourants… voilà un titre, et le contenu lui étant dédié, qui aurait plu au poète parti sans laisser d’adresse, car
Césaire Aimé ne se raconte pas pour un Nègre, il se vit, pour un Nègre, pour tous les Nègres de cette Planète.

 Du moins celles et ceux qui se considèrent comme tels, la Négritude étant un combat qui se mène au quotidien, pas à coup d’assimilation d’intégration, et autre diversité…

De l’homme je n’ai plus rien à exposer, ou du moins, il y a beaucoup trop de choses à dire depuis que nous nous sommes rencontrés un beau jour de 1956, moi un jeune scolaire perdu sur la savane de la ville, et lui tenant un discours enflammé devant une foule indescriptible...

...Pour s’élever contre un Budapest Hongrie à feu et à sang, envahi par les troupes du Pacte de Varsovie, après avoir fait un beau pied de nez au Parti Communiste Français, et créant dans la foulée le Parti Progressiste Martiniquais. PPM

Etrange que dans mon mode de fonctionnement se mêlent les pensées de Fanon, de Césaire (voir portrait sur AFCAM et ma grand-mère, ces gens qui savaient dire NON…lire AFCAM dans chronique... Un
rêve et Prémonition

Ma grand-mère petite fille d’esclave, cette dame à qui je dois tant, avec son merveilleux créole d’antan, tenant sa pipe bourrée d’un tabac aussi âgé, me disait sans animosité…je cite

« Cé vié blanc an Kouè ki yo pli malin ki nou, ou tan ne Yiche moin… » Traduction … Les blancs pensent qu’ils sont plus intelligents que nous, tu as entendu  compris mon fils…

Bien plus tard, loin du pays, je compris le sens et la grande portée de ces propos, dont Aimé Césaire ne me démentirait pas, lui qui a vécu toute sa vie dans ce contexte.

Mais revenons à laissez mourir les mourants, une perspective qui n’aurait pas dérangé certains, un excellent moyen de se débarrasser de ces crèves la faim, ces vas nu pieds, ces damnés de la terre, une petite famine par çi, un petit sida par là une méthode souple qui évite l’utilisation des armes de destruction massive…

 La solution finale du problème africain… à nous les grands espaces, les matières premières, le bois précieux, les mimerais inépuisables et tout ça à bon compte sans bourse déliée.

Car voyez vous dans les années 1970 des experts avaient déjà proposé que pour les personnes dites du 3è âge que l’on cessât de leur dispenser des soins pour solutionner le problème du coût élevé de la couverture légale des assurances maladie et vieillesse…

En fait, pour bien comprendre ces solutions extrêmes il faut savoir que la planète n’est pas extensible, alors que les populations augmentent, et que la production n’est pas suffisante pour satisfaire les besoins.

Alors pour résoudre la quadrature du cercle des âmes bien nées sont tentés par des pratiques sanctionnées me semble-t-il lors du procès de Nuremberg en 1945…

Et nous vivons dans ce grand bain de l’hypocrisie et de la malhonnête intellectuelle que j’ai qualifié de mamelles de la bêtise humaine lire sur même site dans Forum
OBAMA le magnifique, suite et fin, quand des politiciens proposent du sparadrap...

Alors qu’ils défendent leur agriculture nationale à grand renfort de subventions et de maintien du PAC en l’état, vous savez, la fameuse politique agricole commune..

En vérité, et tous les spécialistes des questions alimentaires sont unanimes, la production mondiale est largement suffisante pour satisfaire l’ensemble des populations, alors pourquoi ce tohu bohu, parce que certains ont décidé de laisser mourir les mourants…

Ce qui m’autorise à donner la parole à Césaire Aimé avant qu’il parte à jamais, n’ayant plus le courage de poursuivre…


…Il faudrait d’abord étudier comment la colonisation travaille à déciviliser le colonisateur, à l’abrutir au sens propre du mot à le dégrader, à le réveiller aux instincts enfouis, à la convoitise, à la violence, à la haine raciale, au relativisme moral….

..Le colonisateur, qui pour se donner bonne conscience, s’habitue à voir dans l’autre la bête, s’entraîne à le traiter en bête, tend objectivement à se transformer lui-même en bête. C’est cette action, ce choc en retour de la colonisation qu’il importait de signaler....


Extrait de Discours sur le Colonialisme d’Aimé Césaire


Au revoir
Monsieur CESAIRE Aimé, cher compatriote, rendez -vous est pris sous d’autres cieux sans doute, ce qu’on fait dans la vie résonne pour l’Eternité

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires