Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race, suite et fin

 

La France est la Nation championne de toute catégorie dans l’utilisation d’un vocabulaire qui jette le discrédit sur les communautés minoritaires de ce pays les éloignant du centre de gravité sociétale qu'est la SOLIDARITE des peuples

 

Aissi donc on relève les entrants..Communautarisme séparatisme qui attaquent de front le monde musulman les Africaine et autres afrodescendants, et le dernier arrivé… « Privilège blanc » qui ouvre la porte à toutes les exactions raciales perpétrées par les identitaires très nombreux en cette terre française.

 

Mais alors pourquoi vouloir supprimer le mot Race dans le langage populaire et les écrits alors que les expressions, Noir, Blanc font les beaux jours de la presse, marquant une différence très nette entre les individus, faisant la part belle à la race précisément indo européenne.

 

Car la France semble oublier que les troubles de nos jours sont la conséquence d’un passé peu glorieux…

 

…qu’on se rappelle qu’en 1945 elle fut sauvée de justesse de la domination allemande grâce à une mobilisation mondiale entraînant de millions de morts, qui eut dû entrainer de la modestie dans sa diplomatie… 

 

…Car dès la fin de la guerre elle se livrait à des luttes colonialistes contre des peuples qui revendiquaient leur liberté, entre autre l’Indochine et l’Algérie.

 

Par ailleurs, il ne faut pas perdre de vue que jus qu’à le moitié du 20ème siècle la France exerçait une tutelle sur plus de 110 millions non pas de citoyens mais des indigènes aux droits réduits…

 

…qu’après la période dite de décolonisation, elle a conservé les territoires dits outre mer qui lui vaut d’occuper deux tiers des océans, avec de revenus conséquents.

 

Alors il ne faut perdre de vue que toutes les mémoires ne sont pas courtes…

 

…que demain sur le sol français on sera confronté aux commandos libyens syriens et autres en guise de représailles dont le peuple en souffrira à cause du peu des discernement de ses dirigeants passés et présents.

 

Mais quoiqu’il en soit, il y aura toujours des Nègres des Asiatique les Latinos de indoeuropéens, qui font partie intégrante de la Race Humaine 

 

Hymne de CUBA, Ile de la CARAIBE

 

https://www.youtube.com/watch?v=IMKe6QVjT84

 

Epilogue d'une campagne

 

 

L’autre jour une relation européenne me disait en substance… «  C’est fantastique et courageux ce que tu fais Léonce, face à un peuple sevré d’Histoire, de subtilités historiques, qui n’admet et entend que ce qu’on lui a appris c'est-à-dire le minimum...

 

J’en veux pour preuve, ton pavé soulignant les confusions entretenues  gauche-droite autour des 14 Juillet  il faut être solide pour révéler une telle incohérence publique, tu as crée une belle pagaille dans les chaumières… »

…J’imagine que la frustration a été au maximum, une telle vérité assénée par un étranger, et donc tu  déranges leurs suffisances, mais tel que je te connais c’est le cadet de tes soucis…

 …Mais là n’est pas le problème, donc toi et les associations amies, vous devrez bétonner, enfoncer le clou avec intelligence par le savoir et la connaissance pour gagner le combat de la respectabilité, c’est le prix à payer dans une société de plus en plus imprévisible;

 

Qui fait maintenant le procès du racisme anti-blanc alors même que la racisme est universel, mais là je ne t’apprends rien, tu sais autant que moi sur ce sujet… »...5/5 reçu

Faut-il préciser que l’honorable interlocuteur est avocat de profession, féru d’Histoire, spécialiste du parcours légendaire de Napoléon Bonaparte, depuis élève à l’Ecole militaire  de Brienne- Aube- (1779-1784) jusqu’au retour des cendres de cet empereur après Saint Hélène (Décembre 1840)

Et précisément j’en arrive à l‘épilogue de cette riche campagne de mobilisation autour de la journée nationale prochaine du 10 Mai 2013 une décision gouvernementale en date du 31 Janvier 2006 ...

 

Prise en application de la Loi du 10 Mai 2001, dite loi Taubira reconnaissant comme Crime contre l’Humanité, la Traite négrière transatlantique et l’Esclavage, un texte peu connu, très controversé, dénoncé en permanence dans les milieux conservateurs.

 Et comme le disait à juste titre par le Philosophe Elie Wiesel… « «  le bourreau tue deux fois, la deuxième fois en imposant le silence » »

 Effectivement le 26 Avril 1848 nos ancêtres africains n’avaient aucune existence, au matin du 28 Avril du même mois ils retrouvent avec une âme, la liberté juridique, mais toujours attachés à l’HABITATION.

 

Car ces nouveaux libres n’ont ni terre, ni moyens financiers pour concrétiser cette liberté, alors ils restent toujours à la disposition du maître négrier, ce béké qui a été indemnisé, ayant perdu son patrimoine humain, attaché à perpétuelle demeure.

 

Et voilà qui nous ramène à la Dette haïtienne souvenez vous, une rançon versée pendant trois quart de siècle par cette jeune Nation au profit de la puissance coloniale de l'époque.

 

Pour sauvegarder une indépendance arrachée les armes à la main, face à l'un des plus puissants corps expéditionnaires du XVIIIème siècle, et dont il est temps que le pouvoir  songe à rembourser cet indu avec intérêts.

Il est à préciser que l’habituation, domaine du colon, était le lieu de travail, de vie des esclaves, dans une véritable existence autarcique et donc pour fixer une image… attaché dit le loup vous ne courrez donc pas où vous voulez… (Extrait de la fable -Le loup et le chien- de Lafontaine)

Et donc ce concept d’habitation demeure toujours psychologiquement ancré dans les esprits de certains de mes compatriotes caribéens avec le comportement et les résultats politiques désastreux que l’on enregistre à l’occasion de certains scrutins, ( 7 Décembre 2003 Martinique Guadeloupe) ( 10 Janvier 2011 Martinique Guyane) mais là est un autre débat.

Oui, sitôt après cette abolition de 1848, le colonisateur s’est évertué à supprimer toute trace du passé des esclaves en leur enlevant personnalité, dignité.

 

Et nous atteignons le summum de l’ignominie avec  l’escroquerie intellectuelle qui a vulgarisé la pensée que ces personnes et leurs descendants avaient pour origine les Gaulois, mais la Gaule remonte à plusieurs siècles en amont et les ressortissants n’avaient la peau ni foncée ni bronzée à ce que je sache.

Mais cette bêtise est toujours ancrée chez beaucoup des nôtres qui ont  du mal à assimiler cette réalité intangible à savoir que l’Afrique est bien notre berceau.

 

Nonobstant tous les groupes humains apparus depuis par le jeu des croisements divers, désignés dans le langage populaire par le vocable métisse qui bien entendu ne constitue pas une nouvelle race ou une catégorie à part  à l'échelon de notre Humanité.

 

Et du reste cette exception à la...n'a cours ni dans les Amériques, ni dans les autres îles de la Caraïbe, des zones les plus peuplées d'Afrodescendants, ce qui ramène au cimetière des incongruités cette théorie fumeuse qui clame urbi et orbi que l' avenir de notre Monde reposerait sur le métissage. 

 Ce fut donc un silence presque parfait car l’Histoire était scrutée…

  Et voilà que se présenta 1998 avec le 150è anniversaire de l’Abolition de l’Esclavage, et cette journée mémorable du 23 Mai 1998 qui à Paris, de Bastille à Nation, avec une foule immense venue de partout, enfants femmes hommes, colorés, foncés, bronzés, fit tomber cette chappe de plomb sur notre HISTOIRE.

A cette occasion je complétai ainsi la pensée d’Elie Wiesel par cette phrase… « la troisième fois par sa capacité à récupérer l’Histoire à son profit… » 

Oui en Avril 1998, le pouvoir politique de l’époque, en s’arrogeant plus de 80% des subventions publiques affectées à l 'Evènement pour mettre en valeur son implication dans la liberté des esclaves, nous a volé notre Histoire…

Car du Prêcheur au Carbet , de Saint Pierre au Morne Rouge, partout, grondait la colère et ce besoin de liberté, les coutelas étaient prêts. 

 

Des têtes seraient tombées en nombre et l’Ile aurait été mise à feu et à sang, alors pris de panique le Gouverneur de l’époque à la Martinique s’engagea ce 22 Mai 1848 dans une abolition désespérée pour éviter le pire…

De tous ces faits de révolte, d’armes et de courage, il n’y eu pas un mot à l’occasion des discours officiels.

De même il n’y aurait jamais eu de 10 Mai sans 23 Mai…

Alors que chacune et chacun se rappelle, quelque soit son origine ou son rang social dans cette société, que la République ne fait confiance qu’à la vertu et la vérité qui engendrent le comportement républicain… 

 

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy