MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

Un boomerang historique

 

L’agenda étant ouvert comme dit l’autre, il ne sera pas refermé de sitôt , autrement dit il faut battre le fer pendant qu’il est chaud, mettre tout à plat, sans état d’âme, à cause d’une bavure législative, mais est ce vraiment le cas…

Car cette extraordinaire controverse née, à cause de l’arrogance du Système, a mis en lumière s’il en était besoin que la puissance coloniale n’a rien cédé de son passé de domination, et entend faire perdurer cette longue période d’humiliation, y compris en utilisant maladroitement ses propres institutions, ce qui nous permis de vérifier la justesse de notre analyse mainte fois réitérée, ici et dans diverses conférences et débats.

Ce pays est pris dans son propre piège, et offre un spectacle lamentable à l’opinion internationale, après avoir caché des pans entiers de son Histoire qui mettent en grande difficulté, son statut de patrie des droits de l’homme, donneur de leçons à l’Humanité toute entière.

Mais que l’on ne s’y trompe pas,le fait de retirer un texte contesté ne remet en cause le sentiment, et la philosophie qui ont poussé à l’adopté initialement,car les autochtones l’ont approuvé massivement de même qu’ils étaient en phase avec leurs dirigeants, et le vocabulaire outrancier utilisé par certains responsables politiques, à l’encontre de minorités ethniques lors des évènements de Novembre dernier.

Nos communautés sont donc placées dans un état d’esprit d’alerte permanent, et nous ne pouvant faire face aux aléas du quotidien, que grâce à notre vigilance, et notre aptitude à cultiver les vertus de la solidarité afro caribéenne, et maghrébine, cela va de soit.

J’ai observé à l’occasion de ces controverses sur l’Histoire, que le colonisateur d’hier et d’aujourd’hui, mise sur notre légendaire division pour imposer sa vision de l’existence, la raison pour laquelle, il fustige le communautarisme, par crainte de ses résultats sur le terrain, en terme de conquêtes politique notamment, à nous d’en tirer les conséquences…

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires