MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

Riposte

 

Dans mon dernier message…10 Mai 2013 j’ai évoqué Austerlitz précisément en cette journée du 2 Décembre 1805, le plateau de Prat Zen (République tchèque) avait été le théâtre de l’un des combats les plus meurtriers de ce début du 19è siècle, avec comme équivalent des épisodes de la guerre civile de sécession américaine (1860- 1864) dont ce pays commémore en cette année 2013, le 150è anniversaire de l’abolition de l’Esclavage des personnes africaines sur l’ensemble du territoire des Etas Unis d’Amérique.

 Face à cette hécatombe, l’un des principaux acteurs, Napoléon 1è, qui avait institué l’Ordre national de la légion d’honneur en 1802, décora à titre posthume, ses nombreux soldats de la Grande Armée tombés au combat, permettant à leurs veuves et autres  enfants orphelins d’être pris en charge par le budget de l’Etat, en qualité de pupilles de la Nation.

Cette distinction avait un sens un contenu une valeur, mais de nos jours, s’agissant d’une personne avide de m’as-tu vu il suffit qu’elle connaît quelqu’un qui connaît quelqu’un, pour accrocher le bouton rouge fièrement à sa veste, autre temps autres mœurs, mais je ne pense pas que nos sociétés aient gagné grand-chose en terme de grandeur d’âme.

Mais je n’étais ni à Austerlitz en 1805 ni sur les champs de batailles américaines en 1860 pour avoir un comportement de Saint Thomas car depuis la communale et donc il y a quelques années, j’ai compris que l’Histoire ne se raconte pas, elle se vit en temps et en lieu, pour bien cerner la réalité des choses.

Ainsi, en cette année 2013, 165 ans après, mon intelligence me conduit à revoir le malheur de mes ancêtres, enchaînés, humiliés sans âme ,au service des autres, et cette vision n’est pas une clause de style, un conte de Dracula, mais bien un crime contre l’Humanité tombé tardivement dans le droit positif et traité bien curieusement par certaines collectivités territoriales, malgré les injonctions gouvernementales, une affaire à revoir donc en son temps. 

Alors oui, je suis un arrière petit fils d’esclave d’origine africaine, une Histoire que j’assume pour eux sans compromission, avec la fierté de ne pas plonger ma tête dans du sable, en misant sur la méconnaissance et l’ignorance, car dit le proverbe chinois…ami ne pense pas toujours, mais n’oublie jamais. 

Et mon titre de gloire serait délivré par les propos rapportés d’une compatriote disant à mon égard, je cite…Missié ta la sé neg en noutraduction cet homme, ce monsieur, est notre Nègre à nous.

Certes, il n’utilise pas la langue créole dans ses relations publiques, qu’il connaît parfaitement, ne fume pas ne consomme pas d’alcool et ne fréquente pas les boîtes de plaisir qu’il considère comme de la futilité, et sa réflexion est ailleurs.

Effectivement d’aucun serait offusqué, contrarié par le vocable Nègre alors que pour moi c’est une valeur, un titre reconnu par l’honorable compatriote qui sait  que mon action a toujours porté vers la réhabilitation de nos communautés africaines et caribéennes dans ce pays, sans langue de bois, sans raser les murs sans hypocrisie, animé par cet esprit de conquête pour la dignité du Monde Nègre

Et c’est dans ce contexte que l’équipe d’AFCAM que j’ai l’honneur d’animer, lance un nouveau challenge, sous le vocable…Riposte que vous avez déjà découvert sur notre page d’accueil.

 Riposte est un espace de liberté, un espace républicain qui permet à toute personne en possession d’une adresse mail et d’un mot de passe pour son inscription, d’apporter sa contribution sur les thèmes en cours, soit en les renforçant en les contestant et même en proposant de nouveaux sujets de débats.

 Ces contributions anonymes ne font l’objet d’aucune diffusion par AFCAM, mais elles doivent garder de la hauteur de l’éthique, une dimension intellectuelle, aucun propos à l’encontre de personne et d’attaques infondées contre les institutions ne seront admis, auquel cas ils seront censurés par le modérateur du site.

Pour ma part j’ai ouvert le bal avec mon concept l’Otanisme une idée qui fait son chemin sur la toile, car à bon doit et à juste titre je considère l’existence de l’Alliance Atlantique comme une grave menace pour la paix sur notre Planète..

 Léonce Lebrun  

Informations supplémentaires