MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

Addis-Abeba

 

Addis-Abeba est la capitale de l'Éthiopie Elle est située au centre du pays, sur un plateau d'une altitude comprise entre 2300 et 2 600 mètres, particularité qui lui vaut d'être la capitale la plus élevée d'Afrique et d'être 3e au plan mondial.

Géographie

Climat

Située dans la zone tropicale sèche, Addis-Abeba échappe aux chaudes températures de Djibouti, à l'est, ou du Soudan, à l'ouest, grâce à l'altitude qui permet des températures relativement agréables toute l'année . La principale saison des pluies -krämt- a lieu de juin à septembre, et rend les rues non goudronnées difficilement praticables quoique moins poussiéreuses.

Économie

Route commerciale

Addis-Abeba est reliée depuis 1917 à Djibouti, donc à la mer, par une voie de chemin de fer construite par une compagnie française dès la fin des années 1890. La vallée du Rift, en direction du sud, est facilement accessible, grâce à une route récemment goudronnée qui mène notamment à Shashamané.

Caractéristiques urbaines

Grande ville du continent africain, avec environ 4 millions d'habitants ,estimation communément admise par les géographes, pour 2,3 millions recensés seulement en 1994, Addis-Abeba endosse des fonctions politiques internationales depuis 1963, date de création de l'Organisation de l'unité africaine -OUA- sous le patronat d'Haïlé Sélassié Ier.

L'Africa Hall abrite aujourd'hui l'Union africaine qui a succ édé à la première organisation, ainsi que la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique. Cela a valu à ce quartier, qui abrite également des palais impériaux et un grand hôtel international, de beaux aménagements autour de Ménélik II Road.

Ville du pouvoir, dont les bâtiments officiels, nombreux, ne peuvent être pris en photo, Addis abrite également de beaux monuments, témoins de l'histoire éthiopienne , statue équestre de Ménélik II, colonnes commémorant la libération de 1941 -Omédla del, à Arat Kilo- ou le martyr de patriotes durant l'occupation italienne à Seddest Kilo, statue du Lion de Juda érigée à la gloire de Zaoditou, du ras Makonnen et du negus Tafari à La Gahare, gare du chemin de fer djibouto-éthiopien .

De nombreuses églises, telle que la cathédrale de la Sainte-Trinité érigée par le dernier empereur ou Bétä Guiyorguis la maison de saint Georges lieu de son couronnement en 1930, parsèment également la ville qui abrite depuis quelques années une grande mosquée, dans le quartier commerçant du Merkato, à l'ouest du quartier de Piazza -Piyassa,-

La ville accueille également une université , installée dans un ancien palais d'Haïlé Sélassié ,Le'ul Genet, paradis du Prince, depuis les années 1950, et différents centres de recherche universitaire étrangers, dont un Centre français pour les recherches éthiopiennes.

Depuis 2003, l'aéroport international de Bolé, au sud de la ville, a été réaménagé et joue un rôle de hub aéroportuaire entre l'Afrique de l'Est ,région des Grands Lacs, Kenya, Tanzanie, l'Asie et l'Europe. La compagnie aérienne Ethiopian en a fait son aéroport d'attache et y a établi ses ateliers.

Les transports urbains sont d'un part assurés par Anbessa City Bus Service Enterprise qui gère une flotte de 450 bus publics, et d'autre part par des minibus et taxis qui déservent des routes régulières.

Histoire

Fondée en 1886 par l'empereur Ménélik II sur un site de source d'eau chaude ,Filoha appréciée de l'impératrice Taytu Betul qui lui donna ce nom, la ville se développa grâce à l'implantation pérenne de l'empereur et de sa cour.

Tout d'abord implanté à Entoto, montagne  surplombant la plaine de Finfinni actuellement occupée, Ménélik entreprit la construction d'un palais -äbbi,- et les nobles ras à sa suite.

Dès le commencement l'espace occupé par les nobles et leurs domaines , safar fut très important, et l'on constate actuellement la très grande surface occupée par la ville.

Également ville d'implantation des légations européennes dès la fin des années 1890, Addis-Abeba connut un développement rapide et important.

Les besoins en bois pour la construction et le chauffage étaient tels que l'eucalyptus, arbre à la croissance rapide, y fut introduit au début du XXe siècle afin de fournir les quantités nécessaires à la population.

Les tentes de toile blanche furent ainsi rapidement remplacées par des bâtiments en dur, dont certains sont encore visibles aujourd'hui .

Les différentes célébrations de couronnement impérial y prirent place en 1917, 1928 et 1930, faisant d'Addis-Abeba une ville internationalement connue.

Occupée du 5 mai 1936 au 5 mai 1941 par les Italiens, Addis-Abeba fut le théâtre de tragiques événements  assassinat de l'abuna Paulos ,chef de l'Église orthodoxe éthiopienne en 1937, ou encore massacre d'une douzaine de patriotes ayant résisté contre l'occupant -1938 -

Capitale de l'Afrique à partir des années 1960, Addis fut également le lieu de la révolution menée en 1974-1975 par des militaires marxistes- léninistes. La place de la révolution , Abyot adäbabay, haut lieu des manifestations du régime du dictateur Mengistu, a été rebaptisée place de la Croix , Mäsqäl adäbabay ou Meskel Square.

Cette imposante esplanade a accueilli le 6 février 2005 un concert en l'honneur du soixantième anniversaire de la naissance de Bob Marley , Africa Unite qui a rassemblé environ 300 000 personnes venues du monde entier.

Subdivisions administratives

La capitale est divisée en 10 districts -Kifle ketema-

Arada

Kirkos

Gullele

Kolfe Keranyo

Akaki-Kality

Nefas Silk-Lafto

Lideta

Bole

Addis Ketema

Yeka

Ces 10 districts sont divisées en 99 kebelés.

Infrastructures

Enseignement

La capitale regroupe de nombreuses écoles primaires, secondaires ainsi que des universités /

écoles   École catholique de la cathédrale de Lideta, lycée franco-éthiopien Guébré-Mariam, General Wingate School

universités  université d'Addis Abeba,

Informations supplémentaires