Cialis accept btc
MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

  

La Race

 

En pleine déferlante mondiale sur la problématique raciale,  le contexte ne pouvait pas être meilleur pour évoquer le concept de Race  que la France seul pays des 193 membres  de l’Organisation des Nations Unies (L’ONU) veut voir disparaitre dans les échanges au quotidien, mais le remplacer par quel  stratagème….

 

Car c’est une prétention outrancière, un acte politique, qui veut avoir des conséquences sur le mode de pensée des Africains et autres  Afro descendants, des populations naïves et fragiles écrasées par leur passé d’esclave et de colonisé.

 

Et pour bien cerner la mentalité des Français de l’Europe du 21è siècle il faut avoir en mémoire quelques figures de l’Histoire qui valent mieux qu’un long discours…

 

… nous sommes en 1814 avec le retour de la  Monarchie sensée avoir disparu depuis Janvier 1793 et Louis XVIII est acclamé par un vibrant…Vive le Roi…

 

…mais un an après, 1815 avec le come-back de Napoléon pour  son retour des 100 jours c’est ce même peuple qui le reçoit au cri délirant de  … Vive l’Empereur…

 

Dès cette époque, on relève donc    une population incohérente dans ses choix, versatile, imprévisible et donc faible.

 

Plus de deux siècles  se sont écoulés, on peut multiplier les contorsions les explications saugrenues venant de tout l’échiquier politique pour obsever que ce mode de pensée relevé en 1815 n’a pas changé d’un yotta…

 

Car comment expliquer qu’en, pleine déferlante raciale au 21è siècle on relève des propos hors sol que sont…

 

Racisme, Noir, Blanc, racisme anti blanc, privilège blanc.

Pour mémoire, le vocabulaire « racisme » scandé de nos jours dans toutes les suces est inapproprié, car aucune communauté humaine dans ce pays n’est menacée de destruction en raison de ses caractéristiques physiques ou religieuses.

 

Par contre ce slogan cache une réalité plus méprisable qui est la discrimination raciale, propre à toutes les couches de la société française (les souchistes) dont sont victimes principalement les Africains les Afro descendants et les populations du Maghreb résidant en France…

 

Et donc revisitons l’Histoire du Monde Nègre et sa descente dans l’enfer de l’humiliation.

 

Nous sommes à la fin du XVe siècle, c’est le début de la découverte de nouveaux territoires, Espagnols , Portugais,  Français,  Britanniques s’installent en pays conquis après avoir massacré les premiers occupants, les Indiens, peuples  indociles et rebelles  au travail de terre.

 

 

Et voilà ces Européens partis à la recherche de remplaçants trouvés dans les populations de la côte occidentale africaine, fragiles naïves inaptes à toute résistance armée, qui feront la traversée de l’Atlantique pour être vendus dans les marchés d’esclaves des Amériques et la Caraïbe.

 

Mais l’apparition du concept de Race verra le jour au XVIII è siècle par les écrits et la pensée de certains écrivains et philosophes français qui établiront un dispositif  tendant  à démontrer    la supériorité du monde occidental et la justification de la traite négrière concernant les Africaines de race Nègre et l’établissement de L’Esclave.

 

Espagnols, Portugais , Britanniques pratiquant une stricte surexploitation des territoires colonisés, les Français iront plus loin en se plaçant dans une domestication ( Code Noir )des esclaves afro descendants, par une politique d’assimilation, au résultat catastrophique pour les personnes tombées dans ce piège infernal du big bang cérébral dont les effets désastreux perdurent de nos jours…

 

… dont les  premiers résultats se présenteront en Mai 1802 avec le rétablissement de L’esclavage à la Guadeloupe, une absente totale de résistance de la population du territoire de 90000 âmes à l’époque, malgré les efforts désespérés d’un  certain Colonel Louis Delgres, d’origine martiniquaise pour s’opposer  au Corps. Expéditionnaire de Napoléon Bonaparte…

 

…Alors  qu’à Saint Domingue (devenu Haïti) les troupes armées sous la conduite d’un Toussaint Louverture et de Jean Jacques Dessalines, arrachaient la victoire et la création de l’Etat haïtien, permière Nation  Nègre à conquérir son indépendance les armes à la main, à compter du Premier Janvier 1804;

 

La suite prochainement.

 

https://www.youtube.com/watch?v=IMKe6QVjT84

 

Traité de non-prolifération nucléaire. Israël n'est pas membre du TNP et n'a pas signé la Convention sur les armes biologiques ,bactériologiques. L'Etat hébreux a signé, mais non ratifié, la Convention sur les armes chimiques.

Vecteurs. L'armée israélienne en disposerait potentiellement de trois pour utiliser ses armes nucléaires , ses avions F-16 et F-15 , les missiles balistiques Jericho I et II , des missiles de croisière embarqués sur trois sous-marins de la classe Dolphin.

Cinq zones libres d'armes nucléaires. Créées par traité, elles concernent l'Amérique latine et la Caraïbe ,traité de Tlatelolco, en 1967, le Pacifique sud , traité de Rarotonga, en 1985, l'Asie du Sud-Est , traité de Bangkok, en 1995, l'Afrique , traité de Pelindaba, en 1996 et l'Asie centrale , traité de Semipalatinsk, en 2006.

Dans ce texte, les cinq puissances nucléaires officielles reprennent à leur compte la résolution de 1995 du TNP, qui avait appelé à l'établissement d'une zone dénucléarisée au Proche- Orient.

Cette initiative vise bien sûr l'Iran, mais pas seulement. Israël est en effet la seule puissance nucléaire reconnue de la région, avec un arsenal que l'organisation américaine, arms Control, Association évalue entre 75 et 200 têtes nucléaires.

Il s'agit donc d'un revers diplomatique - mais à ce stade encore limité -, pour Israël, dont la politique dite d'ambiguïté , qui vise à maintenir la fiction selon laquelle il ne sera pas le premier ,Etat, à introduire des armes nucléaires au Proche-Orient, est tacitement soutenue depuis plusieurs décennies par les Etats-Unis.

 Le fait que Washington critique implicitement le statut nucléaire d'Israël est interprété, à Jérusalem, comme un signe de la dégradation des relations bilatérales.

Cette initiative des Cinq est d'autant plus préoccupante qu'elle s'accompagne de celle du directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique , AIEA, YukiyaAmano, qui, dans une lettre du 7 avril , rendue publique mercredi 5 mai, demande aux ministres des affaires étrangères des 151 Etats membres de l'organisation de Vienne de lui fournir leurs points de vue pour tenter de convaincre Israël de signer le TNP.

 

Déjà en septembre 2009, l'AIEA avait adopté une résolution au titre sans ambiguïté , Capacités nucléaires israéliennes, enjoignant l'Etat hébreux de placer ses installations nucléaires, c'est-à-dire notamment son réacteur de Dimona, dans le Néguev, sous sa supervision.

Les Israéliens ne peuvent pourtant pas être surpris par la déclaration des Cinq. Depuis plusieurs mois, des responsables américains étaient en contact avec le gouvernement égyptien, qui a pris la tête du combat en faveur d'un Proche-Orient débarrassé d'armes nucléaires, qui vise notamment Israël.

L'Egypte, chef de file des pays non alignés au sein de la conférence du TNP, avait prévenu que si elle n'obtenait pas satisfaction avec la déclaration des Cinq, elle s'opposerait à toute autre décision de la conférence.

 La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, s'est efforcée d'atténuer l'inquiétude israélienne en soulignant que la perspective d'un Proche-Orient dénucléarisé ne saurait voir le jour sans un accord de paix régional. Elle a également rappelé que les Etats-Unis demandent à tous les pays de la région de renoncer à leurs armes de destruction massive.

Les autorités israéliennes ont refusé de commenter la déclaration des Cinq. Interrogé par Le Monde sous le couvert de l'anonymat, un responsable israélien rappelle cependant la position officielle , Nous maintenons notre soutien au principe d'un Proche-Orient dénucléarisé.

 Mais pour que cette option soit abordée de façon sérieuse, il faudrait qu'il y ait des relations de paix entre tous les pays de la région, sinon c'est un voeu pieux. Sans la paix, c'est une initiative qui n'a aucun sens.

De plus, ajoute-t-il, il ne faut évidemment pas se contenter de viser les seules armes nucléaires, mais toutes les armes de destruction massive. Or les pays arabes n'ont entériné aucun traité ou presque interdisant les armes bactériologiques et chimiques. Cette déclaration, se rassure-t-il, ne cite pas nommément Israël, même si nous savons bien à quoi nous en tenir.

Israël n'a aucune intention de signer le TNP. Il estime que ce traité a démontré son inefficacité, puisqu'il n'a pas empêché des pays comme l'Iran, mais aussi la Syrie, la Libye et l'Irak de franchir clandestinement certaines étapes menant à la production d'armes atomiques.

Arsenal nucléaire , Israël sur la défensive 

 Ces programmes ont précipité par le passé, des interventions de l'armée israélienne ,en Irak en 1981 et en Syrie en 2007.

L'arsenal nucléaire d'Israël a rarement été à ce point mis sur la sellette. Ephraim Kam, expert des questions nucléaires et de l'Iran à l'Institut pour les études de sécurité nationale , INSS de Tel-Aviv, explique que si cette déclaration des Cinq reste sans lendemain, le revers sera probablement sans conséquence pour Israël.

 Tout dépend si Washington ira plus loin, en adoptant des mesures concrètes, pratiques, pour faire pression sur Israël, afin qu'il rejoigne le TNP, observe-t-il. Ce n'est qu'ainsi que nous verrons si les Etats-Unis ont changé d'attitude. Le dialogue sur ce point va s'engager avec Washington.

Les Israéliens comprennent l'intention américaine, qui vise à donner des gages aux pays - Russie et Chine notamment - réticents à adopter des sanctions plus dures contre l'Iran, alors que, de leur point de vue, l'arsenal nucléaire d'Israël bénéficie d'une sorte d'impunité de la part de la communauté internationale.

Ils estiment cependant que la tentation de vouloir renvoyer dos à dos le régime iranien et les autorités israéliennes est un positionnement à la fois inique et dangereux.

Informations supplémentaires

viagra bitcoin buy