MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun 

Un éminent homme poltique, disparu, pour qui j’avais beaucoup d’estime, tout en ne partageant pas certaines de ses options, déclarait, je cite…

 «  la France ne peut pas accuellir toute la misère du Monde » 

Expression  très controversée, dans laquelle je retiens  une part d'incohérene et d'arrogance, parce qu'à mon humble avis, la France n'est pas et

ne sera jamais en pôle position en matière d’humanisme, n’en déplaîsent à ces nombreux nationalistes indo- européens «  butés frustrés » nés  impérialo- colonialo-fascistes....

 

...qu'en même temps dans cette Monarchie républicaine, il faut s'attendre à toutes les dérives sociétales.

 

Et à mon tour de proclamer qu’un citoyen de cette même Nation, quoiqu’ « étranger toléré » comme aurait spécifié  l’illustre  et regretté  Aimée Aimé, avec son «  entièrement  à part » ne peut accepter toutes les élucubrations, sarcasmes et propos délirants de politiciens, fussent-ils déclarés « grands de ce Monde » car au royame des aveugles les borgnes sont  « Rois »

 

Et voici que nous sommes en Février 2018 aux jeux olympiques d’hiver, une manifestation sportive mondiale confiée à la  Corée du sud, qui entrevoit un rapprochement éventuel  avec les frères ennemis du Nord, en état de guerre virtuel depuis 1950, invités à ce rendez vous  de la neige du froid et de la glisse.

 

Mais voilà, la Maison Blanche (USA) soutien belliciste du Sud, fulmine, menace de boycott et ine fine brandit des sanctions contre cette petite Nation ( CDN) qui refuse avec éclat d’obtempérer à ce diktat de cesser la poursuite de ses travaux d’acquisition  de l’arme nucléaire…

 

…des menaces et propos soutenus subrepticement par certains membres de l’Alliance Atlantique.

 

Un outil destiné à se protéger contre ces prédateurs impérialo- colonialistes occidentaux… au même itre que l’Iran…

 

Mais en vertu de quel droit universel ,une Nation, peut interdire à une autre Nation, de posséder une arme de haute technologie, avec de forte probabilité qu’elle ne sera jamais utilisée en cas de conflit généralisé…

 

A travers ces péripéties en temps de paix qui forcément conduisent à  la «  guerre froide », retour vers la case départ d’avant  1990, on peut avancer sans risque de se tromper, que les Occidentaux jouent avec feu… cette arrogance les caractérisant, qui va en s’amplifiant.

 

Car comme dit le dicton martiniquais… gwen ven piti kout baton… « grande gueule mais résultat nul », face à la puissance de feu des forces russes et chinoises, et la qualité de leurs  hommes au combat -au sol- les armées de l’OTAN ( USA et Europe) seraient écrasées en un temps record, plongeant leurs peuples dans le plus grand désarroi comme en 1940…

 

A bon entendeur …

Mortellement blessé, s’achève pour moi le voyage, conséquence et comme suite probablement à une dénonciation anonyme, notre quartier général a été attaqué en pleine nuit, par des hommes lourdement armés, dépendant du corps expéditionnaire pour la Caraïbe…

Touché en pleine poitrine par une rafale, une des balles est allée fracasser ma colonne vertébrale, malgré l’urgence des soins, et toute la détermination de nos médecins appelés en catastrophe, le diagnostique est sans appel…

C’est la fin d’une grande aventure, une épopée de légende… Notre Commandant ne verra pas le crépuscule ce jour…

Ainsi le temps pour moi est compté, et donc mon dernier message sera recueilli et diffusé grâce à la diligence de mon fidèle et loyal aide- de- camp, ce jeune et brillant Officier supérieur, le Lieutenant- colonel Jules Albani...

…sorti major de sa promotion de l’Ecole interarmes de Saint Cyr…

…ancien stagiaire de la célèbre Académie militaire de West Point (Etats-Unis) spécialiste de la guérilla urbaine, qui a rallié la Rébellion nationaliste caribo-martiniquaise à ma demande expresse…

Quand l’heure est venue de partir, il faut laisser la Planète sans amertume, conscient que le destin vous a conduit vers un idéal accompli, et puis en poursuivant cette vie terrestre je serais gravement handicapé, à la charge de tiers…

Ah la vie, cette chienne de vie, de la naissance à ce morceau d’acier mortel, qui m’a fait passer du paradis à l’enfer, de l’enfer au paradis, toujours en mouvement au service de l’autre, pour une cause…

Je ne regrette rien, et si c’était à refaire j’accomplirais ma mission dans les mêmes conditions de dangerosité, une mission exaltante confiée par le Haut Commandement de nos Forces, suivant la délégation du Gouvernement Provisoire de la Martinique en exil à Kinston –Jamaïque-…

A mes hommes, je leur dis de continuer le combat jusqu’à la victoire finale, c’est le prix à payer pour la Liberté…

A mes amis, adieu, adieu à ma famille, que les uns et les autres me pardonnent ce départ brutal, mais on se reverra, on se reverra, car je crois en l’Eternité…

… je crois à cette vie éternelle qui me dit que l’Homme est doté d’un mécanisme trop perfectionné, pour connaître une existence écoulée au cours d’un laps de temps aussi court dans notre Univers.

Adieu…

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires