MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

Race es  tu là …

 

Incroyable, sous la poussée de groupuscules frustrés, le Pouvoir a cédé en soustrayant de la Constitution française de 1958, le mot…RACE…une "bien "belle victoire sociétale"", qui fera disparaître toutes les expressions à connotation raciale….

Mais dans leur immense majorité, les citoyens de ce pays se moquent de ces réformes à zéro centime d’euro, ce qui n’empêchera  pas l’homme de la rue peu ou pas informé, de voir dans l’Africain ou l’Afro descendant qui passe…

 

 « Un  Noir », faisant partie des «  gens de couleur » , au journaliste sportif, de désigner dans son reportage, «  le Noir de l’équipe », «  le Noir du barreau » chez les  avocats, cette belle « chanteuse Noire » dans le monde artistique  la ou le Ministre noir(e) au Gouvernement ,une présentation non exhaustive.

 

Bref, un besoin morbide de bien mettre en relief la différence entre l’Africain et l’Afro descendant, en lui « collant » une couleur de peau « imaginaire » marquant la différence et son infériorité supposée, par rapport à monsieur tout le monde de race indo européenne

 

…circulez, le compte est bon, il n’y a plus rien à voir…

 

… et moi je dis NON, à cet enfumage racial, une escroquerie intellectuelle de haut niveau…

 

… car en vertu de quel pouvoir, un pays peut modifier unilatéralement un marqueur de l’espèce humaine, remontant à la nuit des temps…

 

… en fait ce retrait de mot ,intéresse t-il l’Asiatique (jaune) et l’Amérindien (rouge)  qui font partie intégrante de notre Humanité mais dont l’appellation a disparu dans la mémoire commune, ne restent plus en lice que l’Indo européen et le  gre

 

 … c’est précisément à cette mouvance que s’adresse la réforme à deux balles, pour lui donner l’illusion de la fin des différences...

 

... que voici  venu le nouveau monde avec son partage de l’Egalité et la Fraternité

 

…oui, vraiment une drôle d'illusion…

 

…et pour un rappel utile de l’Histoire, la France en tant que Nation, a  fortement utilisé le concept de race pour justifier la Traite négrière et l’Esclavage, dans un contexte d’infériorité de l’Homme africain

 

...alors la fin du mot «  race » relève de la mystification pure et simple, dont Africains et afro descendants, devraient prendre garde, afin de ne pas sombrer dans la même naïveté que nos ancêtres....

 

...Que comme Césaire Aimé, nous pourrons dire avec  fièrté...

 

...Le Nègre vous emmerde...

Se compter… pour compter…

 

Voilà un concept bousculant les tabous, et autre politiquement correcte, qui me va à ravir.
Imaginez le désastre pour un état major en guerre, qui fait donner l’assaut, sans connaître son effectif ni l’état du moral des soldats.

Se compter, pour compter, c’est connaître l’influence en nombre d’un groupe humain susceptible de peser par son action, au profit dudit groupe, sur les décisions politiques notamment, d’une collectivité ou toute autre institution.

De ce postulat éventuel a été lancée cette idée de disposer de statistiques ethniques, qui concerne à plus d’un titre la communauté afro caribéenne présente sur ce territoire.

Et nous avons assisté à une véritable panique, notamment chez nos frères originaires de la Caraïbe, dont certains ont déclaré ouvertement q’ils ne voulaient pas être mélangés à "ces gens là", entendons en ce sens les Africains, retrouvant pour la circonstance le qualificatif de "nègre"(lire dans Forum "Les conséquences du formatage").

Une grossière erreur de jugement, une méconnaissance totale de l’Histoire, et un manque évident de repère, à vouloir trop s’éloigner de ses racines pour donner corps aux chimères d’assimilation et d’intégration, on finit par s’auto détruire, car quelles que soient nos origines africaines ou caribéennes, nous nous heurtons aux mêmes difficultés, d’être acceptés avec nos caractéristiques propres.

D’ailleurs s’il en était besoin pour s’en convaincre, le résultat d’une récente enquête d’opinion a révélé que 49% des autochtones occidentaux, avaient une mauvaise opinion de l’immigration, et que 30% d’entre eux se sont déclarés ouvertement racistes, sans que les sondés connaissent exactement la signification de ce mot, qui fait l’objet de tous les amalgames.

A ce sujet bien malin me dira s’il a été fait un distinguo à propos de l’origine ou de la nationalité des personnes concernées, et le phénomène du métissage utilisé à tort et à travers ne constitue en aucun cas, une bouée virtuelle de secours , en particulier pour mes frères caribéens, "tu es un nègre ou tu ne l’es pas", ce n’est pas une tare à ma connaissance.

"La République est une et indivisible", dit-on devenu un dogme pour certains, ah la bonne farce révolutionnaire, cette trouvaille d’une Convention ayant mal digéré la perte future de Saint Domingue( Haïti) la riche colonie, un pays en proie au doute, cédant déjà à la poussée de la révolte des esclaves haïtiens(1791) obligé de concéder une première abolition(1794) a imaginé ce concept laissant croire que nous étions tous identiques égaux en devoirs…et droits, interdits dès lors de nous distinguer de la masse... "attâchés à perpétuelle demeure"...

Mais l’Histoire est implacable, les faits sont têtus, et il ne nous reste plus, populations faisant partie de la "minorité dite visible" d’en tirer les conséquences pour l’avenir, et là, il nous faut incontestablement connaître notre poids face au système, grâce aux statistiques ethniques, seules valeurs scientifiques.

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires