MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

Ils sont restés, revenus, ou venus faire fortune dans une Afrique pauvre, dit-on « indépendante « Ces personnes mènent la grande vie en autarcie. Ce sont les expatriés, gardiens d’un néo colonialisme qui prolonge un francafrique voulant  perdurer avec la complicité des dirigeants  corrompus.

Alors qu’en terre caraïbéenne, le touriste indo européen se comporte en terrain conquis...

A l’inverse il y cette population africaine venue  en Europe pour grossir la masse des sans papier à l’existence plus que précaire…

Et donc pour sortir de l’impasse, je leur conseille avec toutes les minorités ethniques (afro descendants, maghrébins, asiatiques) de tenter une plate-forme commune pour donner une existence concrète à ce Communautarisme tant vilipendé par toutes les tendances de l’échiquier politique national …

Saisine de la Cour  Pénale internationale

 

Comme on dit dans le langage populaire, le denier massage …26 & 27 Mai « cartonne » sur la toile avec des records de visites, des auditeurs qui découvrent la tragédie rapportée, me remercient chaleureusement d’avoir livré cette information, qui n’est pas apparue dans les principaux médias français, normal ,le concept de patrie des droits de l'homme, doit être maintenu malgré les évidences contraires..

Et des internautes qui qualifient d’une opération de génie ,le fait d’avoir associé le massacre d’Etat de Pointe à Pitre à la version cubaine de l’International, en plaçant délibérément l’action des ouvriers du Bâtiment de la Guadeloupe, dans un contexte de « luttes des classes «

Ce qui à mon avis n’est pas tout à fait exacte, connaissant parfaitement le mode de pensée du peuple guadeloupéen, en matière de révolte et de conquête politique, à part quelques rares épisodes de son Histoire…

Mais pour moi, originaire de la Martinique, ce n’était pas du génie, mais l’affirmation d’une profonde solidarité avec nos peuples de la Caraïbe, ce sentiment d’être fier de sa race, dont la passerelle est l’International ouvrier, que j’ai entonné de centaines de fois…

Ceci étant, il ne faut pas lâcher le morceau…

Par définition le crime contre l’Humanité est imprescriptible, et à juste titre je considère que toutes les conditions sont réunies pour porter cette affaire devant la Cour Pénale Internationale ( CPI) ayant son siège à La Haye( Pays bas)

Dans ce cadre, une association de défense « des victimes du 26 & 27 » devrait se créer à la Guadeloupe et prendre un avocat qui aurait d’abord pour mission de constituer un dossier circonstancié (du moins ce que je ferais en préliminaire, si j étais domicilié au pays, et j’espère qu’il y aura des volontaires pour s’y atteler…)

Ce juriste, s’il accepte aura ensuite en charge de suivre la procédure, par une saisine en bonne et du forme de la CPI…

Cette instance pénale devra en premier lieu examiner le bien fondé de la requête et si elle déclarée recevable… c’est le jackpot..

Alors, attachez vos ceintures, nous entrerons dans une phase très médiatisée, voici venu le temps des enquêtes (audition de famille des victimes, témoins…etc

Il va falloir s’attendre à une forte résistance des autorités de police, et surtout d'un Etat sommé d’ouvrir ses archives, avec des documents classés « top secret, secret défense, et autre très confidentielle… « peu importe c’est la procédure…

Cette phase du dossier peut durer des mois, voir même des années, car les magistrats de la CPI qui ne sont pas rémunérés à la pièce, prennent leur temps, d’autant plus que le rôle de cette juridiction internationale est chargé…

C’est une période où toute la population guadeloupéenne sera en ébullition envahie par des journalistes venus du monde entier pour comprendre en savoir ce qui s’est passé durant ces jours de malheur…

Puis viendra le temps du procès avec la participation de l’avocat de l’Association, et ces interminables débats..

Mais un jugement sera prononcé, et si la CPI fait droit à la demande de l’association guadeloupéenne, un véritable coup de tonnerre sur ce concept de « la Patrie des droits de l’homme » sal temps pour les mouches…

Inutile de rappeler que les pressions d’Etat seront fortes pour décourager les plaignants…mais

Je vous ai livré des pistes de réflexions en souhaitant qu’il y ait des guadeloupéens capables d’affronter ce défis en souvenir des victimes des 26 et 27 Mai

Avec ine finé, de lourdes indemnités à la charge de l'Etat français, une publication dans la presse spécialisée lui incombant et surtout l'inscription dans les manuels scolaires...

Prochainement, l’aventure de la BAILLARGENTAISE et un rappel sur l’ARC( l’Alliance révolutionnaire de la Caraïbe) 1983-1989

Leonce Lebrun 

 

Informations supplémentaires