MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Péril noir, Paradis blanc, étrange…

 

Car dans ma naïveté et cette conception du réalisme, j’ai toujours considéré qu’il  y avait un PERIL et un PARADIS sans couleur et autre connotation raciale…

 Et pourtant, c’est  bien le fondement de ces concepts édités par des indoeuropéens 

qui  en même  temps réclament, vent debout, la suppression du mot RACE  dans la Constitution de 1958, une parfaite incohérence.

 

L’analyse est simple, dans la classification de races établit par le vainqueur …jaune, rouge, blanc, noir,  on observe que les appellations… jaune, rouge … ont disparu dans le langage courant, mais avec  la mise en orbite d’un petit nouveauu…le racisme anti -blanc

 

 

Et là encore dans ma conception étroite des réalités j’ai cru qu’il n’y avait qu’un Racisme dont les principales victimes historiques  et contemporaines, sont le Africains -sud,nord- et les Afro descendants dispersés sur l’ensemble de la Planète …

 

 

Ne restent plus en lice dans la hiérarchie des « couleurs humaines » que les indoeuropéens, qualifiés de « blanc » les Africains et descendants  présentés comme des «  noirs »...

 

... à tel point que les premiers désignés ont mille difficultés à prononcer le mot NEGRE qui signifie dans la tradition ancestrale…combat , conquérant etc…

 

 

Mais ce classement  « noir blanc » n’est pas innocent, d’aspect impérialo-colonialiste, avec le « blanc » synonyme de puissance d’arrogance et de domination, alors que le «  noir » est couvert du manteau de la soumission, de la pauvreté et la misère…

 

 Observez la gourmandise avec laquelle les médias de ce coté de l’Atlantique, utilisent l’épithète « noir ».cet homme noir, le paysan noir, l’avocat noir, le joueur  noir de l’équipe, l'artiste noir…etc

 

Mais, arrêtons ce besoin de supériorité raciale, cette soif d’humilier  l’autre en raison de son aspect physique, cette hypocrisie au pays des droits de l’homme, de l’égalité, liberté, et fraternité.

 

Il n’y  a pas plus de blanc que de noir ,mais des femmes et d’hommes qui poursuivent leur destin dans un Monde d’incertitude.

 

Quant à la problématique de race, je rappelle à toutes fins utiles que la France en tant que Nation a utilisé ce concept  pendant longtemps pour justifier la Traite négrière transatlantique et l’Esclavage des Africains déportés.

 

Alors c’est un peu tard pour déclarer urbi et orbi, que les races n’existent pas, sauf à saisir les 192 + 1...

 

...Membres de l’ONU, seule Instance mondiale,  appelés à  se prononcer par un vote unanime sur cette épineuse et dramatique mystère sociétal …

 

En nous rappelant dans nos analyses que la Grande ROME de valeurs et de civilisation aura sombré corps et bien dès le Vème siècle après J.C

La Guadeloupe pa ta yo
 
 
Je hais le système colonial qui a pu laisser croire à mes compatriotes que leur avenir se bâtirait autour d'un zouk, d'un punch ou d'un bout de boudin…
… Sans imagination, ni esprit de Solidarité, dans un Monde de plus en plus difficile, où il est requis de chacun intelligence et vigilance, à défaut d'une participation active, où d'un engagement déclaré….
… Léonce LEBRUN … Chronique…Premier anniversaire…

…Et voilà qu’un coup de tonnerre résonne dans le ciel de la Caraïbe, un cri de guerre qui donne le tournis à tous les observateurs…LA GUADELOUPE PA TA YO …

…Que veulent dire ces gens, eux qu’on avait crû, insouciant sous ce chaud soleil, indifférent au temps qui passe, attendant patiemment que de la lointaine mère patrie leur vienne la manne de la subvention, car il faut bien vivre n’est pas…

…De fait, tous les médias que j’ai rencontrés la semaine écoulée sont terrorisés par cette éternelle question… voudront-ils leur indépendance…

…L’indépendance… une perspective qui rend fou… on veut bien tout leur donner y compris notre réserve d’or de la Banque Centrale… pourvu que notre drapeau continue à flotter dans le ciel de la Caraïbe…

…Je renvoie toujours mes interlocuteur au sacro saint principe du droit des peuples à disposer d’eux mêmes arguments à l’appui, mais dans l’immédiat…

… La souveraineté nationale de ces territoires n’est pas à l’ordre du jour, nous avons beaucoup d’autres priorités à assumer, maîtriser et dominer…

…A commencer tout d’abord par notre capacité à être solidaires par delà les océans, car pour ce Samedi 21 Février , le compte n’y était pas sur l’ensemble du pays en terme de mobilisation, pour soutenir nos frères en lutte en vue de meilleures conditions de vie et un autre destin…
… Et comme me faisait remarquer à juste titre un manifestant… nous eûmes joué à guichet fermé , s’il c’était agi d’un boudin punch accra zouk, gratuit…
…La remarque est pertinente et ne va pas dans le sens de notre crédibilité…
…Il est vrai en ce qui me concerne j’ai observé depuis longtemps que trop de cerveaux étaient envahi par ce mirage de notre descendance gauloise…

…Ceci étant, nous devons admettre que la situation de crise que connaît actuellement la Caraïbe est le résultat d’une somme de causes accumulées depuis des années connues par le Pouvoir politique, qui n’a pas voulu s’engager en raison des règles du Système colonialiste…

…Pour ma part, je dis que depuis 1848, il était indispensable de procéder à une redistribution des terres, et moyens économiques…

…Pour permettre aux anciens esclaves, d’assumer leur liberté juridique…
… Or en laissant le système en l’état, l’apartheid s’est trouvé conforté, grâce à l’action coupable de l’Etat républicain de l’époque…

…J’ajoute que la loi du 19 Mars 1946 dite loi d’assimilation a donné il faut se rendre à l’évidence, un cadre juridique à l’apartheid qui aura autorisé sans contre partie…
.. Une ultra minorité de la population, évaluée à 1 pour 100 représentée par les européens descendants des négriers d’antan, désignées par le vocable local de béké…
… A disposer de tous les lévriers économiques de nos pays…

…Voilà ça a eu payé , mais nos peuples ont décidé que ça ne paierait plus…

Ainsi donc le fameux YES WE CAN, a trouvé son pendant en Caraïbe, LA GUADELOUPE PA TA YOLA MARTINIQUE PAS TA ZOT… PAIS YA SE TA NOU …
Traduction… la GUADELOUPE, la MARTINIQUE ce n’est pas à vous, ces pays nous appartiennent...
…Oui, de la CARAIBE nous vient un souffle nouveau, plein de courage de dignité, dont je voudrais que toute notre diaspora caribéenne en soit consciente…

Léonce  Lebrun

Informations supplémentaires