MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme (suite)

 

Ces éternelles questions qui sont posées à la classe politique toutes tendances confondues…

…qu’est ce que le communautarisme…

… en quoi ce mode de rencontre notamment culturel et fraternel peut-il mettre en danger les fondements de cette République version monarchique…

 

…quelles sont ces minorités ethniques qui sont l’objet de cet acharnement politico- médiatique que je subodore être les Africains les Caraïbéens les Maghrébins et autres musulmans(nes) …

 

…ces empêcheurs de tourner-en-rond…

 

…ces descendants du commerce triangulaire, de l’Esclavage et la Colonisation, dont la présence sur le territoire européen français, rappelle à son peuple, des heures sombres peu glorieuses…

 

…mais n’est pas visée la communauté hébraïque, de race indoeuropéenne, hyper organisée de grande solidarité, financièrement solvable et disposant d’énorme influence politique héritéeS des conséquences de la Guerre 1939-1940, malgré le nombre réduit de membres…

 

…à un moindre degré, la colonie arménienne que je connais bien…

 

…les békés de la Martinique, d'origine européenne, descendants des négriers d’antan, quoi que peu nombreux monopolisent toute l’économie du territoire, et vivent en état autarcique…

 

…les expatriées Français installés dans l’ouest du Continent africain, véritables missi dominici, servant de relais au système impérialo-néocoloniailme, ne se mélangent pas avec les autochtones africains.

 

Pour bien cerner cette problématique je vais exposer une affaire qui a concerné deux couples  ,l’une d’origine caraïbéenne et l’autre européenne –souchiste-…

 

Propos d’un membre du couple caraïbéen…

 

… « tu te rends compte Léonce, nous faisons tout pour être agréables et conviviales à nos voisins européens, invitations, offres, de nos spécialités culinaires…

 

… mis voilà depuis des années nous ne connaissons même pas la couleur de la moquette de leur salon… »

 

… « seulement si nous arrêtons ce mode de voisinage ce sont nos enfants qui en souffrirons par mesure de représailles »…

 

En fait c’est une affaire sociétale, dont connaissent des milliers de nos compatriotes, que je lui ai recommandé de s’en sortir de ce guêpier « servito-colonialiste »…

 

… et se rapprocher davantage de nos communautés caraïbéennes qu’il s trouverons de la solidarité, une vraie fraternité une, réelle convivialité…

 

…ai-je fait du communautarisme au sens politique du contexte actuel…

 

…oui, et je l’assume totalement

 

Car dans une société où ça craque de partout, identitaire par là, racisme anti blanc par ci ,la confiance vis-à-vis de nos hôtes européens est mise à rude épreuve…

 

… et ce n’est pas la charge brutale gouvernementale en direction de ses collaborateurs nationaux qui modifiera l’ordre des choses au regard d’une Nature têtue et vindicative….

 

…qu’avec le temps qui passe, les incohérences politiques des uns et la bêtise des autres, le Communautarisme est devenu une doctrine comme le Communisme et le Capitalisme…

 

…que les uns et les autres soutenus par des médias hyper affidés ne pourront pas éradiquer….

 

…vous avez dit listes communautaristes…ah bon …pour la suite.

https://www.youtube.com/watch?v=FGqMMpMkKXs&t=19s

 

Brasilia

 

Brasilia est la capitale du Brésil  Elle est située dans la région Centre-Ouest, et contrairement aux autres villes de ce pays, Brasilia ne fait pas partie d'un État mais du District fédéral -DF, pour Distrito Federal-
Brasilia est membre de l'Organisation des villes du patrimoine mondial.

Administration

Brasilia est la seule ville du Brésil qui ne soit pas gouvernée par un maire . La ville est administrée par un gouverneur et son administration, le GDF -Governo do Distrito Federal-.

Histoire

Brasilia est une des plus récentes capitales du monde. Ses premières infrastructures et bâtiments furent construits en seulement 1 000 jours avant son inauguration le 21 avril 1960, sous l'impulsion du Président Juscelino Kubitschek.

Le but du projet était d'attirer vers l'intérieur des terres la population et l'activité économique, alors essentiellement concentrée dans les grandes villes côtières, afin de mieux répartir les richesses. Brasilia fut aussi bâtie pour apaiser l'affrontement existant entre les deux autres capitales du pays, Rio de Janeiro et São Paulo.

Véritable capitale politique et administrative, elle compte maintenant un peu plus de deux millions d'habitants.

Géographie

Située dans le Centre-Est du Brésil sur un plateau à 1 100 m d'altitude en plein cœur du cerrado, son climat est de type tropical d'altitude, avec 22°C de température moyenne, marqué par un taux d'humidité très bas en hiver ,25%.

Distance , par route de Rio de Janeiro , 1 148 km, São Paulo ,  1 015 km, Salvador ,  1 531 km, Fortaleza ,2 285 km, Recife ,  2 220 km, Manaus , 3 430 km.

Sa population était de 2 455 903 habitants au recensement de 2007 La municipalité s'étend sur 5 802 km².

Population

Les habitants de Brasilia sont appelés Brasilienses. Les ouvriers, venus de tout le pays mais principalement du Minas Gerais et surtout du Nordeste pour travailler à la construction de la ville ont été appelés Candangos féminin Candangas, terme qui n'a pas de signification particulière mais trouve son origine de mots issus de l'esclavage.

Les travailleurs des classes moyenne et supérieure -ingénieurs, médecins-, furent, eux, désignés comme Pioneiros.

Les Brésiliens de la nouvelle génération nés à Brasilia, par similitude et amusement, s'appellent entre eux Calangos, terme qui désigne une espèce de lézard de la région.

Économie

Brasilia centralise l'administration , le pouvoir législatif, le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire, ainsi que l'armée.

 Les entreprises privées ne représentent qu'une petite partie de l'activité locale, d'autant plus que les industries lourdes et polluantes y sont interdites par loi. Les services représentent plus de 90% de l'activité du District féderal.

Urbanisme

Véritable chef d'œuvre d'architecture moderne, Brasilia a été déclarée Patrimoine mondial de l'humanité en 1987 par l'UNESCO. L'urbaniste Lúcio Costa a dessiné la ville en forme d'avion, inscrit dans un lac artificiel.

 Les quartiers résidentiels sont fonctionnels et s'auto-suffisent , centres commerciaux, écoles et parcs sont à proximité.

Les bâtiments principaux ont été conçus par l'architecte Oscar Niemeyer , la cathédrale -4 000 places-, le Congrès national -Chambre des députés et Sénat- le Ministère des Affaires étrangères, le Tribunal suprême et le Palais de la présidence.

La ville s'organise autour de deux axes perpendiculaires , l’Eixo monumental et l’Eixo Rodoviário ou Eixāo.

L'Eixo monumental, orienté est-ouest, coupe la ville en deux parties symétriques. Il est considéré par les Brésiliens comme la plus large avenue du monde, avec 250 m séparant ses deux fois six voies au point le plus large.

Vu du ciel, il représente la flèche, le fuselage de l'avion. À sa pointe est se situe la place des trois pouvoirs ainsi que l'esplanade des ministères.

L'Eixāo, courbe, traverse de nord à sud le plano piloto, le cœur résidentiel de la ville. Vu du ciel, il représente les ailes de l'avion. L'aile sud et l'aile nord, organisées en superquadras le long de l'axe, regroupent environ 300 000 habitants.

 Il est constitué d'un piste principale de deux fois trois voies, accessibles à partir des axes secondaires eixinhos en portugais, -littéralement petits axes-.

Les axes secondaires se trouvent de part et d'autre de l'Eixao, chacun étant constitué de deux fois deux voies.

L'Eixāo permet de traverser l'Eixo monumental sous un tunnel. L'Eixão est exclusivement réservé à la circulation des véhicules, des passages souterrains sont aménagés pour la traversée des piétons.

Deux autres axes traversent de nord à sud le Plano Piloto, respectivement à l'ouest et à l'est de l'Eixão ,W3 et L2. Ces axes sont bordés de commerces et de résidences.

Au croisement des deux axes se trouve la rodoviária, station centrale de réseau autobus et terminal du métro.

Transport

Brasilia est desservie par un aéroport international -Brasilia Internacional ou Aéroport international Presidente Juscelino Kubitschek-

Les transports en commun sont assurés par un réseau de bus. La construction du métro a débuté en 1992, il dessert les villes satellites de Taguatinga, Guará, Ceilândia, Aguas claras, Samambaia et une partie du Plano Piloto.

Le tracé des routes et des espaces de stationnement, qui fut planifiée dans les années 1950, projetait que chaque famille possèderait un seul véhicule.

Aujourd'hui bien des familles du Plano Piloto, aisées, en possèdent plusieurs, parfois une par personne. Les axes s'en trouvent congestionnés aux heures de pointe, et les zones de stationnement des superquadras sont souvent pleines.

Informations supplémentaires