MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

De l’état du Monde….Rétrospective

 

Avec un peu de retard, circonstance atténuante oblige, je reviens sur ce qui s’est dit, prédit, il y quelques semainesà Pittsburgh (Etats-Unis, à l’occasion de la réunion du désormais G 20…

 

…  Par définition je garde une grande méfiance au regard de ces institutions qui n’ont pas reçu de mandat explicite de  l’ ONU , mais s’arrogent le droit d’imposer leurs conclusions à toute la Planète…

 

… sous la futile prétention que certaines nations invitées seraient les  plus riches… pour les autres, circulez, il n’y a rien pour vous.

 

Pour la petite histoire, rappelons que ce forum ponctuel qui n’est pas d’initiative américaine et s’est tenu pour la première fois à Paris ( France) dans les années 1976, était composé de six nations…

 

… dont trois membres permanents du Conseil de Sécurité, détenteurs de l’arme atomique, quatre de l’ Alliance Atlantique,( OTAN) sauf le Japon , une simple observation donne une idée de leur puissance de feu…

 

Donc, de six chargés de se pencher sur l’état de l’économie mondiale, nous sommes  passés à 7 puis 8 à l’occasion desquels au repas des « grands » entre la poire et le formage…

 

… étaient invités des dirigeants africains, dont certains s’y pressaient, leur donnant l’illusion d’une certaine  importance. Mais le Continent na pas avancé d’un iota sur tous les plans

 

…Et depuis Septembre de cette année, la « crise » aidant ils se sont retrouvés à 20 à Pittsburg pour dialoguer entre autre sur la régulation du marché monétaire

 

…et la limitation des bonus dus aux traders, ces sorciers de la manipulation boursière, autant de sujets qui intéressent l’immense armée « d’hommes de la rue »

 

Mais la grande nouveauté de Pittburg fut l’entrée en lice de la nouvelle administration américaine avec son chef de file…

 

… dont certains «  ces va en guerre ces Max la menace »  se  berçaient déjà d’illusion sur son amateurisme, son manque d’expérience, bref par des arguties, on allait avaler tout cru l’ex Sénateur de l’Illinois.

 

 Mais catastrophe pour eux, ce fut du brio du brillant, une parfaite connaissance des dossiers, une certaine vision de l’avenir de notre Planète…

 

…que le jury d’Oslo ( Norvège) a sanctionné sans appel, par un prix Nobel de la Paix… je m’en dispense  de tout commentaire sur l’évènement.

 

A ce sujet et à propos de l’Iran au regard de l’arme atomique il est intéressant de remonter l’Histoire…

 

Nous sommes dans les années 1960, le locataire de l’Elysée qui a décidé de retirer son pays du commandement intégré de l’OTAN

 

… se lance dans l’aventure nucléaire sur la base du concept de la « dissuasion » c'est-à-dire qu’avec une ogive on peut mettre dans l’embarras tout adversaire  potentiel hautement nucléarisé…

 

Le Chef de l’Etat de l’époque en cause, n’a jamais eu l’intention d’utiliser cet arme redoutable, un remake des 6 et 8 Août 1945, mais il en connaissait parfaitement la force diplomatique dans le concert des Nations…

 

Plus de 40 ans après nous sommes  dans le même contexte, qui pourrait croire intellectuellement que l’Iran serait  disposé à porter le fer et le sang au Moyen Orient sur un ennemi potentiel…

 

… (disposant de son stock ) sachant qu’une bombe thermonucléaire de centaines de fois plus puissante que celle larguer sur le Japon en Août 1945…

 

…détruirait et contaminerait toute la région, y compris l’Iran qui serait victime «  d’un vent nucléaire qui n’a pas de frontière ».

 

 Mais alors de qui se moque-ton, quand on veut interdire à cette Nation ou tout autre pays...

 

...de se doter de moyens diplomatiques adéquats, sachant que cet Etat en cause est entouré de voisins puissamment armés..

 

L’Administration américaine qui a rapidement assimilé ces subtiles et hypocrites oppositions  diplomatiques…

 

… laisse désormais aux autres « Max la menace », le soin des gesticulations puériles et stériles...

Libye

 

 

 

 

Géographie

 
État d’Afrique du Nord bordé par la Méditerranée, d’une superficie de 1759540 km², La Libye est à 93 % couverte par le désert. Le long de la Méditerranée, la Tripolitaine , plaine côtière, et la Cyrénaïque , plateau élevé, sont séparées par le golfe de Syrte.

La capitale de la Libye est Tripoli Le climat est marqué par une aridité et des variations thermiques importantes. Dans le Nord, l’hiver est froid et sec, l’été brûlant , entre 40 et 45°C. Le Sud est encore plus chaud , parfois 50°C.

Située entre l’Égypte à l'est, le Soudan au sud-est, le Tchad au sud, le Niger au sud-ouest, l'Algérie à l'ouest et la Tunisie au nord-ouest, la Libye située sur la côte sud de la Méditerranée, occupe le 4e rang des pays d’Afrique par sa superficie et le 16e rang au monde.

 

Les deux zones géographiques principales du pays sont la côte méditerranéenne et le Sahara, le plus vaste désert chaud du monde.

 

On trouve plusieurs hauts plateaux mais pas de réelle chaîne montagneuse à l’exception du massif du Tibesti, près de la frontière tchadienne, qui culmine à plus de 2 200 mètres.

 

Ce sont le djebel tripolitain ,djebel Nefoussa, le djebel Akhdar en Cyrénaïque près de la côte ,872 mètres, le djebel as-Sawda en arrière du golfe de la Grande Syrte et enfin le petit massif de l'Hulayq al Kabir 1 200 mètres, dans la région d'Al Jufrah.

 

Les terres agricoles sont concentrées sur une bande étroite près de la côte et des hautes steppes qui suivent immédiatement au sud.

 

Encore plus au sud, le Fezzan qui est une région absolument désertique fait partie du Sahara. Très peu peuplé, l’agriculture n’y est possible que dans quelques oasis isolées.

 

Les zones fertiles de la côte sont séparées par le Golfe de Syrte et 500 km de désert. La Tripolitaine s’étend à l’ouest, la Cyrénaïque à l’est. Cette zone est traditionnellement considérée comme la frontière entre le Maghreb et le Machrek.

 

La côte tripolitaine alterne entre oasis, lagons et zones sableuses. À l’intérieur des terres se trouve la plaine de Djeffara, une zone triangulaire de 15 000 km2.

 

À 120 km de la côte, la plaine se termine par un escarpement qui forme le Djebel Nefoussa, un plateau culminant à 968 mètres. Celui-ci se prolonge au sud par un ensemble plus vaste, la Hamada al Hamra.

 

Les oasis sont moins nombreuses en Cyrénaïque. La plaine d’Al Marj, plus petite que la plaine de Djeffara, forme un croissant de 210 km de long entre Benghazi et Darnah, pour une largeur maximale de 50 km.

 

Le relief s’élève ensuite rapidement pour former le djebel al Akhdar ,la  montagne verte , appelé ainsi en raison des forêts de pins, de cyprès et d’oliviers sauvages qui le recouvrent.

 

Il s’agit d’un plateau de calcaire dont l’altitude maximale s’élève à 900 mètres. À partir de là, la Cyrénaïque s’étend vers le sud le long du Fezzan.

Population

Les Libyens de souche, qui constituent 79 % de la population totale, sont d’origine arabo-berbère et sont des musulmans sunnites.

 Les 21 % restants sont constitués d’immigrés égyptiens, tchadiens et soudanais, venus à partir des années 1960 partager la prospérité pétrolière du pays. L’accroissement naturel est important , 3,7 % par an.

Plus de 86 % de la population est urbaine, concentrée dans les villes de Tripolitaine et de Cyrénaïque. Tripoli est un port important.

 En Cyrénaïque, Benghazi est un autre port majeur et un grand centre industriel. En avril 1999, la levée par l’ONU de l’embargo décrété suite à l’attenta de Hockerbie  a regonflé les espoirs d’une relance de l’économie.

La Libye a une population totale de 6,6 millions d'habitants. Cette population était de 1,09 million en 1951, 2,06 millions en 1964 et 3,6 millions en 1984. Du fait d'un taux de croissance de 3,3 % sur la période 1960-2003, l'un des plus élevés du monde, la moitié de la population a moins de 15 ans.

 

La transition démographique est toutefois amorcée avec un taux de croissance tombé à 2 % et un taux brut de natalité ramené de 49 pour mille à 27 pour mille en 2003. La majeure partie des habitants réside dans une étroite bande côtière.

 

La densité atteint ainsi 50 habitants par km² dans les régions de la Tripolitaine et de Cyrénaïque mais tombe à moins de une personne par km² dans le reste du pays. 90 % de la population est concentrée sur 10 % de la superficie.

 

La population urbaine, qui constituait en 1970 45 % du total, représente en 2003 86 % de la population, un des taux les plus élevés au monde

 

La population est concentrée en majeure partie dans les trois plus grandes villes du pays Tripoli, Benghazi et Al Bayda. Tripoli ,1,5 million d'habitants, la capitale du pays et de la région de la Tripolitaine, est une ancienne cité qui remonte à l'Antiquité .

 

Elle rassemble une partie des administrations centrales, joue un rôle commercial majeur notamment grâce à son port et à un tissu de petites et moyennes entreprises.

 

La capitale se trouve au centre d'un réseau assez dense de villes de petite et moyenne taille que dominent Misratah et Zawiyah et qui absorbe aujourd'hui la majeure partie de la croissance démographique de la région.

 

Benghazi ,700 000 habitants, capitale régionale de la Cyrénaïque, n'était qu'une modeste bourgade de 2 000 habitants à la fin du XIXe siècle au cœur d'une région dominée par le pastoralisme.

 

Elle connaît une certaine croissance lors de la conquête par l'Italie de la région en 1932 qui entraîne la mise en culture de l'arrière-pays relativement bien arrosé.

 

Mais elle prend principalement son essor avec la découverte en 1959 des champs de pétrole qui bordent le golfe de Syrte situés à environ 200 km de la ville.

 

Les compagnies pétrolières y installent leurs services administratifs et les ateliers de réparation, ce qui entraîne un développement rapide des secteurs secondaire et tertiaire.

 

La Cyrénaïque compte par ailleurs quatre autres villes d'une centaine de milliers d'habitants chacune ,Tobrouk, le seul port naturel du pays, Ajdabiya, Al Bayda et Darnah.

 

La partie saharienne du pays compte quelques agglomérations d'importance. Koufra au cœur du désert Libyque et à 900 km du golfe de Syrte doit son développement à la volonté du gouvernement libyen d'exploiter les ressources de la nappe phréatique mais surtout à son rôle de carrefour commercial sur la route menant au Tchad et au Soudan.

 

Sabha ,120 000 habitants située sur la route commerciale menant au Sahara oriental a bénéficié d'une politique de décentralisation volontariste de l'État libyen et sert de plaque tournante à un commerce en partie informel où s'échangent produits alimentaires et produits manufacturés.

 

La population libyenne est composée principalement d'Arabes, de Berbères, de Berbères arabisés et de descendants de Turcs. Un petit nombre de groupes tribaux Haoussa et Toubou, dans le sud de la Libye, pratiquent un mode de vie nomade ou semi-nomade.

 

La Libye accueille un grand nombre d'émigrants étrangers qui sont en majorité originaires d'Égypte et d'Afrique subsaharienne. 6 000 Italiens sont en partie les descendants des anciens colons dont la majorité ont quitté le pays lors de son accession à l'indépendance en 1947.

 

Et surtout en 1970 après l'arrivée au pouvoir de Kadhafi. Une partie des immigrants en majorité égyptiens et originaires de l'Afrique subsaharienne sont illégaux.

 

La principale langue utilisée est l'arabe ,dialecte libyen, parlé par 80 % des Libyens ainsi que l'arabe standard moderne, qui est également une langue officielle.

 

Les langues berbères, qui n'ont pas de statut officiel, sont utilisées par 20 % de la population ,Berbères libyens et Touaregs .

 

La majorité de la population berbèrophone est concentrée dans le nord-ouest : dans le Djebel Nafoussa ,où y est parlé le nafusi, , la region du Yefren et la ville cotière de Zouara.

 

La langue berbère est aussi parlée dans certains oasis tels que Soknah et Awijlah , le tamahaq dans la région de Ghat par environ 17 000 personnes et le zénète dans la région de Yafran

Les locuteurs berbères vivent essentiellement dans le Djebel Nefoussa dans la région de la Tripolitaine, dans la ville de Zouara sur la côte et dans les villes oasis de Ghadamès, Ghat et Awijilah.

 

Les langues toubou sont parlées par des locuteurs vers les villages de Katroun et de Koufra. L'italien et l'anglais sont parfois pratiqués dans les grandes villes, surtout par les générations les plus âgées pour l'italien.

Selon le Rapport sur les réfugiés dans le Monde 2008 publié par le comité américain sur les réfugiés et les immigrants, la Libye abrite une population de réfugiés et de demandeurs d'asile de 16 000 personnes en 2007.

 

Sur ce nombre, environ 9 000 personnes proviennent de la Palestine, 3 200 du Soudan, 2 500 de la Somalie et 1 100 de l'Irak.

 

Il existe environ 140 tribus et clans en Libye. La majorité de la population, qui autrefois avait un mode de vie nomade et dormait sous des tentes, vit aujourd'hui dans les villes dans des immeubles et des maisons, faisant disparaître les traditions.

 

Un petit nombre de Libyens continuent de vivre dans le désert avec leurs familles comme ils le faisaient depuis des siècles. La plupart des habitants sont employés dans l'industrie, le secteur tertiaire et une petite fraction de la population dans l'agriculture.

Histoire

La Libye est conquise par les Arabes au VIIe siècle. Au XVIe siècle, les Ottomans contrôlent le territoire.

 Les Italiens l’envahissent en 1911. En 1934, les territoires de Cyrénaïque, de Tripolitaine et du Fezzan sont réunis pour former la Libye actuelle.

Britanniques et Français administrent le pays jusqu’à son indépendance, en 1951.

Dans les années 1960, avec la découverte du pétrole et le conflit israélo-arabe, la tension anti- occidentale se fait très vive. En 1969, un coup d’État militaire, dirigé par le colonel Kadhafi dépose le roi Idris.

La Libye mène une politique étrangère active, et a tenté de déstabiliser certains de ses voisins africains. En représailles, des avions américains attaquent le territoire en 1986.

 Si sa politique étrangère s’est assagie, le pays reste très instable, carKadhafiest contesté par les islamistes et des mouvements d’opposition extérieurs.

La Libye est une république socialiste islamique. La charia , loi coranique, a été adoptée en 1994.Le ColonelKadhafiest le chef de l’État, sous le titre de guide de la révolution.

Porté au pouvoir par un coup d’État en 1969, Mouammar al-Kadhafi instaure la République arabe libyenne, régime d’inspiration socialiste, sur le modèle de l’Égypte dirigée par Gamal Abdel Nasser, gouvernée par un Conseil de commandement de la révolution.

 

En 1973, sont formés des comités populaires conçus comme lieux de l’exercice d’une démocratie directe.

 

En 1977, une nouvelle constitution, dite Déclaration sur l’avènement du Pouvoir du Peuple, donne au mode de gouvernement de la Libye le nom officiel de Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste dans laquelle le pouvoir exécutif est partagé entre le Guide de la révolution et seize représentants du Congrès général du peuple, qui est l’organe législatif, et son bureau politique.

 

À partir de février 2011, ce pouvoir est contesté par une insurrection qui prend naissance à Benghazi et se propage sur une vaste portion du territoire libyen.

 

Les rebelles et les régions qu’ils contrôlent sont dirigés dès le 27 février par un Conseil national de transition, CNT, présidé par l’ancien ministre de la Justice Moustafa Abdel Jalil.

 

Après le 22 août 2011, la rébellion contrôle également la quasi-totalité de la capitale libyenne, réduisant ainsi l’ancien pouvoir de Kadhafi à une portion congrue. Bani Walid et Syrte, derniers bastions de Kadhafi, tombent à l'automne , Mouammar Kadhafi lui-même est capturé et tué en tentant de s'enfuir de Syrte.

 

La Libye entame alors une difficile période de transition politique. Une  déclaration constitutionnelle provisoire, adoptée le

 

Le CNT annonce qu'il ne prévoit garder le pouvoir que jusqu'à la réunion d'une assemblée constituante, qui devra désigner un nouveau gouvernement et rédiger une constitution, soumise ensuite à référendum, préalable à des élections libres.

 

Le

 

Le nouveau régime connaît cependant les plus grandes difficultés à constituer une autorité centrale forte, et doit compter avec les milices armées, qui se sont constituées durant la guerre civile et font planer des menaces de partition du pays.

 

 

Le pays apparaît bientôt comme un État failli . En 2014, après la tenue d'élections législatives en juin, la Libye, qui n'a toujours pas de véritable constitution, sombre dans une nouvelle guerre civile .

 

 

Maroc

Informations supplémentaires