MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

ALGERIE, le Président Bouteflika cède et annonce clairement qu'il ne briguera pas un cinquième mandat.

C'est son plus grand renoncement en apparence mais Bouteflika aura ce qu'il voudra.

Abandonner le cinquième mandat soit mais Abdelaziz Bouteflika restera au sommet de l'État arbitre spectral qui veut faire perdurer son agenda dans cette nouvelle prorogation de son régime.

Le sien ou celui de ces affidés oligarques puissants relais dans les institutions mercenaires politiques qui pourraient avoir un sursis le temps de la transition .

Pour le moment ces embusqués regardent de haut les défilés de voitures drapeaux algériens déployés rue Didouche Mourad au cœur des capitaux coups de klaxons festif têtes dépassant des vitres des voitures qui slaloment criant à tue-tête vous avez pillez le pays espèce de voleurs 

 Ils doivent tous partir c'est un début   nous lance un jeune drapé de l'emblème algérien dévalant la rue centrale vers la place Maurice Audin.

 Aujourd'hui c'est une nouvelle indépendance on va chasser les voleurs  Bouteflika n'est pas seul il y a tous ceux qui sont avec lui  lâche son ami criant pour tenter de se faire entendre au milieu des klaxons et des slogans.

La police est discrète et regarde de loin sans aller au contact c'est festif dégage Bouteflika .

On ne lui donne pas plus d'une journée renchérit un autre jeune algérois croisé dans la même rue.

 Malin Bouteflika ou celui qui a écrit à sa place cette lettre vont nous faire rentrer dans un tourbillon de conférences transition réformes référendum commente Halim militant associatif.

Le Diable habiterait dans les détails pensent ceux qui freinent l'ardeur des optimistes sur les réseaux sociaux déjà les appels à manifester ce vendredi 15 mars deviennent viraux sur les réseaux sociaux

 Nous refusons toute décisions dans laquelle nous ne sommes pas engagés on ne peut se contenter d'un jeu de chaise musicale  

 Bedoui, ministre de l'Intérieur, donc ministre des élections n'a aucune crédibilité pour gérer la période qui vient  la sphère Tweeter algérienne analyse les derniers soubresauts à l'aune de la suspicion traditionnel face à un système qui a toujours su retomber sur ses pattes.

 Bouteflika sera enterré comme président funérailles nationales, les oligarques seront protégés les droits et libertés resteront otages des structures sécuritaires toujours impunies.

Qu'est cequi va changer  les noms et les postes s'emporte Khalil militant d'un parti d'opposition.

Il précise aussi que les engagements de Bouteflika n'ont aucune assise légale c'est une sorte de coup d'État soft c'est le prolongement du quatrième mandat illégalement  ajoute-t-il.

D'un autre côté les réactions des télévisons étatiques ainsi que des chaînes pro-régime suscitent la suspicion aussi  d'un coup les manifestations deviennent citoyennes  et formidables  une leçon pour le monde entier  la récupération sent à plein nez la rue acceptera les propositions de Bouteflika 

En attendant Alger fait exploser sa joie le tunnel des facultés au centre-ville est bloqué par la foule la police observe se contente de réguler la circulation chaotique des voitures on se jauge rendez-vous vendredi 15 mars.

Informations supplémentaires