MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

Un sens de l'Histoire

 

 1995 - infatigable, Lebrun voit déjà poindre en ligne de mire, et avec intérêt, l'année 1998, qui marquera le 150ème anniversaire de l'Abolition de l'Esclavage, à la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, la Réunion.

A cette occasion, le Monde Nègre aura rendez-vous avec son Histoire, et pour la circonstance Lebrun propose la création d'une organisation qui sera dénommée /

Le RELAIS DE GOREE

Il rédige les statuts, en assure la présidence, et dirige la commission des affaires diplomatiques.

Lebrun pense que le moment est venu de proposer à la Communauté Noire, de nouvelles perspectives en terme d'organisation et de réflexion pour l'avenir.

Dans le cadre de sa commission, il propose la mise en place d'un Haut Comité du Monde Nègre qui réunirait les communautés de l'Afrique la Caraïbe, l'Amérique, et rédige un projet de statut, qui est adopté.

Aux termes de ce projet, pour tenir compte de la réalité politique et la situation de chaque pays, Léonce réunit dans un groupe intitulé /

Pays membres de droit

Tous les Etats indépendants de l'Afrique et de la Caraïbe

Puis un second groupe concernant notamment les nations du Maghreb, sous le vocable

Etats et Royaume associés

Enfin, tous les autres pays indépendants ou pas, ayant des minorités noires sont regroupés dans

Les Collectivités invitées

Il est bien évidemment que tous ces pays n'auront pas les mêmes prérogatives au sein du Haut Comité du Monde Nègre

Mais les personnes appelées à exercer leur talent au sein de cette institution, notamment dans les différentes commissions, mettront tout en œuvre pour que le Monde Nègre sorte vainqueur quels que soient les aléas du combat.

Pour ce projet Lebrun, a reçu le soutien du Président Mandela.

Dossier établi par le CIRPAN* en décembre 1992

Et mis à jour par le secrétariat du relais de Gorée en décembre 1997

*Comité Inter-régional pour la Préparation des Assises Nationales

Les retombées post 1998 

Informations supplémentaires