MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun 

Un éminent homme poltique, disparu, pour qui j’avais beaucoup d’estime, tout en ne partageant pas certaines de ses options, déclarait, je cite…

 «  la France ne peut pas accuellir toute la misère du Monde » 

Expression  très controversée, dans laquelle je retiens  une part d'incohérene et d'arrogance, parce qu'à mon humble avis, la France n'est pas et

ne sera jamais en pôle position en matière d’humanisme, n’en déplaîsent à ces nombreux nationalistes indo- européens «  butés frustrés » nés  impérialo- colonialo-fascistes....

 

...qu'en même temps dans cette Monarchie républicaine, il faut s'attendre à toutes les dérives sociétales.

 

Et à mon tour de proclamer qu’un citoyen de cette même Nation, quoiqu’ « étranger toléré » comme aurait spécifié  l’illustre  et regretté  Aimée Aimé, avec son «  entièrement  à part » ne peut accepter toutes les élucubrations, sarcasmes et propos délirants de politiciens, fussent-ils déclarés « grands de ce Monde » car au royame des aveugles les borgnes sont  « Rois »

 

Et voici que nous sommes en Février 2018 aux jeux olympiques d’hiver, une manifestation sportive mondiale confiée à la  Corée du sud, qui entrevoit un rapprochement éventuel  avec les frères ennemis du Nord, en état de guerre virtuel depuis 1950, invités à ce rendez vous  de la neige du froid et de la glisse.

 

Mais voilà, la Maison Blanche (USA) soutien belliciste du Sud, fulmine, menace de boycott et ine fine brandit des sanctions contre cette petite Nation ( CDN) qui refuse avec éclat d’obtempérer à ce diktat de cesser la poursuite de ses travaux d’acquisition  de l’arme nucléaire…

 

…des menaces et propos soutenus subrepticement par certains membres de l’Alliance Atlantique.

 

Un outil destiné à se protéger contre ces prédateurs impérialo- colonialistes occidentaux… au même itre que l’Iran…

 

Mais en vertu de quel droit universel ,une Nation, peut interdire à une autre Nation, de posséder une arme de haute technologie, avec de forte probabilité qu’elle ne sera jamais utilisée en cas de conflit généralisé…

 

A travers ces péripéties en temps de paix qui forcément conduisent à  la «  guerre froide », retour vers la case départ d’avant  1990, on peut avancer sans risque de se tromper, que les Occidentaux jouent avec feu… cette arrogance les caractérisant, qui va en s’amplifiant.

 

Car comme dit le dicton martiniquais… gwen ven piti kout baton… « grande gueule mais résultat nul », face à la puissance de feu des forces russes et chinoises, et la qualité de leurs  hommes au combat -au sol- les armées de l’OTAN ( USA et Europe) seraient écrasées en un temps record, plongeant leurs peuples dans le plus grand désarroi comme en 1940…

 

A bon entendeur …

Un idéal à ne pas trahir

 

L’année 2012 aura débuté avec un hommage à Genève (Suisse) rendu à Frantz Fanon à l’occasion du 50è anniversaire de sa mort à New York le 6 Décembre 1961 et c’est pour Léonce qui a participé à l’évènement, une occasion de remonter le temps, pour constater que si au pays des droits de l’Homme le souvenir de Fanon est passé totalement et politiquement inaperçu.

C’est que l’homme de son vivant est allé au bout de sa logique, en donnant une dimension exceptionnelle au concept du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, en prenant faits et cause pour la Révolution algérienne.

En terre caribéenne de la Martinique et la Guadeloupe une telle démarche eut-elle été envisageable, avec un soulèvement populaire, une insurrection armée qui conduirait ces territoires à assumer leur destin, débarrassée de tutelle étrangère…

Et la réponse est sans hésitation, Non, car ces peuples sont envahis par ce piège colonialo-impérialiste que Léonce désigne par un big bang cérébral qui consiste à penser que le salut passe impérativement par l’homme de l’Occident.

Et c’est à ce niveau de dépersonnalisation que se situe pour lui, le vrai fondement du Crime contre l’Humanité, alors il publie Fenêtre de tir pour démontrer que toutes les occasions démocratiques offertes aux peuples encore sous tutelle dans ce bassin caribéen ont échoué lamentablement

Pour sa part, et à titre personnel, l’homme estime que s’il avait à conduire une guerre anti colonialiste, il serait ammené à faire passer trop de ses compatriotes par les armes, fusillés pour haute trahison, or on ne peut pas faire le bonheur d’un peuple sans son adhésion pleine et entière dans une avancée passant par la lutte armée.

Du reste en publiant en 1996 Un rêve et Prémonition Léonce savait que cette construction de l’avenir de la Martinique ne s’inscrivait pas dans notre ère contemporaine.

Et toujours en ce début d’année 2012, le Maire d’un arrondissement de Lyon lui confie la mission d’organiser une exposition en hommage à l’écrivain Edouard Glissant décédé en Février 2011.

Seulement voilà, un acteur européen estimant qu’une telle mission ne pouvait pas être dévolue à un Nègre, a manœuvré pour tourner l’opération à son profit.

Léonce aurait pu simplement se retirer de l’équipe de préparation de l’exposition, cela eut été alors la fin de cette aventure culturelle en raison de son implication personnelle, mais pour la circonstance et en militant il privilégia la stratégie de l’écrevisse pour sauvegarder le souvenir d’Edouard Glissant.

Léonce Lebrun

Il n'ira pas à Canossa

Informations supplémentaires