MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

Que des médias  et des journalistes affidés, cessent d’enfumer les masses déjà déboussolées par ces actes de guerre mystérieux, sous le vocable « d’attentats »...

Et voilà qu’il est déclaré péremptoirement, que si la ligne rouge est atteinte dans le bourbier syrien, on interviendra…Oui, mais comment !!!par des frappes aériennes, pas très courageux, en laissant un pays dévasté comme la Libye, ou au sol, alors on pourrait observer la valeur et le courage des hommes  au combat...ce qui n'est pas évident...

En vérité le problème vient de l’Occidnt qui a cette facheuse manie de vouloir  conduire le monde , suivant ses propres conceptions qui ont démontré qu’elles étaient nuisibles pour la Paix

Le temps des illusions

 

2010, après les chaudes journées politico-sociétales de la Guyane, la Guadeloupe, la Martinique et la Réunion de Janvier à Mars on eut cru à une évolution des peuples concernés vers plus de responsabilité par rapport au statut assimilationniste découlant de la loi 19 Mars 1946, élevant les quatre territoires cités au rang de départements outre- mer ayant les mêmes droits et soumis aux obligations légales que les homologues en terre européenne.

Mais c’étaient de vœux pieux, car les mouvements de colère, déclenchés sous couvert de carburant trop cher ont mis en évidence toutes les incohérences du Système.

Toutefois pour Léonce très en pointe à Lyon sur les prises de position et autres soutiens aux grévistes caribéens, il ne fallait pas compter sur une situation insurrectionnelle, conduisant à une remise en cause du régime départemental, c’était pour lui un mouvement du ventre au regard duquel on, ne devrait s’attendre à aucun chambardement politique.

De fait Paris ne devait pas se tromper dans ses analyses, et après avoir lancé ce zombi des Etats généraux de l’Outre mer, il propose une astucieuse manipulation constitutionnelle des articles 73 et 74 du texte fondamental, conduisant par voie de référendum à une modication politique du statut assimilationniste

D’emblée et personne n’est étonnée, les Exécutifs des collectivités territoriales de la Réunion et la Guadeloupe n’ont pas voulu adhérer à ce processus, et donc seules les populations de la Guyane et la Martinique, ont été appelées, le 10 Janvier 2010 à se prononcer sur le texte de source gouvernementale, soldé par un rejet massif

Et ce n’est pas le oui par voie de référendum la même année sur la question d’assemblée unique (suppression du Conseil Général et du Conseil Régional) déjà rejetée en Décembre 2003, qui modifiera la pensée de Léonce sur les perspectives d’une évolution de ces populations de la Caraïbe, vers ce concept universel du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Il constate un retard considérable de plusieurs générations  sur la réflexion politique

Un symbole pour l'Afrique

Informations supplémentaires