MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun   

1945, rappelez vous, le Monde aura payé un lourd tribut, avec des millions de « croix de bois », consécutives à l’hyper arrogance des politiciens de tous bords comme en 1914…voire même leur incompéence qui aura été marquée par la gigantesque gifle diplomatique de Munich -1938-

Et ce refrain hypocrite fusant de partout… « Plus jamais ça »

Oui mais on observe depuis 1945, que notre Planète n’a pas connu un seul  jour de paix, avec un Occident lancé pour certains, dans des sordides guerres de décolnisation, grand donneur  de leçons  de «  valeur et de civisation »… « en même temps » en pôle position pour la fabrication d’armes de guerre qu'il faut vendre ,aux fins d' améliorer un commerce extérieur vacillant, fervent  soutien d’un PIB -produit intérieur brute- en difficulté…

Alors la Paix n’est pas pour demain, cet Occident continuera sa politique impérialiste  et expantionniste, par l’occupation insidieuse ici et là, de territoires pouvant assurer sa domination et son économie…

... avec cette nouvelle application stratégique nébuleuse politico-militaire…le Terrorisme qui plonge les masses  indo-européennes dans la peur, et bien entendu les frappes aériennes, avec ces inévitables dégâts collatéraux, frappant les populations civiles du Sud... sans protection nucléaire

Mais voilà, qu’en toute chose il faut considérer la fin, et  donc  demain, les damnés de la terre auront du grain à moudre pour triompher sans scrupule

Paradis colonialiste pour les expatriés

 

Sachant que les Etats africains de l'ouest notamment ne sont pas maîtres de leur diplomatie entre autres, et donc de leur destin, au grand désespoir du Monde Nègre , qu' à l'occasion de graves évènements survenant sur ce Continent, une certaine constance se dégage.

En effet, que ce soit en Côte d'Ivoire, ou en République Centrafricaine, et naguère au Zaïre, Congo, ou autre…au regard de crises survenues sur ces territoires, les Européens y vivant depuis de nombreuses années pour certains, s'empressent en cas catastrophe, de regagner leur sol d'origine.

 Pour assurer disent-ils en chœur une sécurité menacée, tout en émettant le vœu ardent d'un retour au plus vite, dès que la situation serait redevenue normale, ils ne se sentent donc pas en phase avec les populations autochtones dans le malheur.

C'est une évidence, ces gens bénéficient du respect, d'une considération injustifiée, héritée de l'époque coloniale, d’une protection militaire impérialiste et surtout d'un niveau de vie élevé, qu'ils n'auraient  certainement pas obtenu en demeurant dans leur pays de naissance.

Sachant que l'utilité de la présence en Afrique de ces personnes n'a pas été démontrée à ce jour,  plus de 52 ans d'indépendance, mais une misère absolue sans qu'il soit nécessaire d'en approfondir l'analyse.

Ne relève t'on pas là une situation plus que choquante, alors même que des Africains mènent ailleurs en Europe un combat désespéré, pour arracher le sésame qualifié "permis de séjour" leur permettant d'assurer le minimum vital, par un travail aléatoire.

En 1914, et 1939, leurs aînés, parents ou autres familles, n’avaient pas besoin de ce titre là, pour tomber au front, en qualité de "chair à canon"

Bonne réflexion.

Léonce Lebrun                                                             

 

Informations supplémentaires