MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Péril noir, Paradis blanc, étrange…

 

Car dans ma naïveté et cette conception du réalisme, j’ai toujours considéré qu’il  y avait un PERIL et un PARADIS sans couleur et autre connotation raciale…

 Et pourtant, c’est  bien le fondement de ces concepts édités par des indoeuropéens 

qui  en même  temps réclament, vent debout, la suppression du mot RACE  dans la Constitution de 1958, une parfaite incohérence.

 

L’analyse est simple, dans la classification de races établit par le vainqueur …jaune, rouge, blanc, noir,  on observe que les appellations… jaune, rouge … ont disparu dans le langage courant, mais avec  la mise en orbite d’un petit nouveauu…le racisme anti -blanc

 

 

Et là encore dans ma conception étroite des réalités j’ai cru qu’il n’y avait qu’un Racisme dont les principales victimes historiques  et contemporaines, sont le Africains -sud,nord- et les Afro descendants dispersés sur l’ensemble de la Planète …

 

 

Ne restent plus en lice dans la hiérarchie des « couleurs humaines » que les indoeuropéens, qualifiés de « blanc » les Africains et descendants  présentés comme des «  noirs »...

 

... à tel point que les premiers désignés ont mille difficultés à prononcer le mot NEGRE qui signifie dans la tradition ancestrale…combat , conquérant etc…

 

 

Mais ce classement  « noir blanc » n’est pas innocent, d’aspect impérialo-colonialiste, avec le « blanc » synonyme de puissance d’arrogance et de domination, alors que le «  noir » est couvert du manteau de la soumission, de la pauvreté et la misère…

 

 Observez la gourmandise avec laquelle les médias de ce coté de l’Atlantique, utilisent l’épithète « noir ».cet homme noir, le paysan noir, l’avocat noir, le joueur  noir de l’équipe, l'artiste noir…etc

 

Mais, arrêtons ce besoin de supériorité raciale, cette soif d’humilier  l’autre en raison de son aspect physique, cette hypocrisie au pays des droits de l’homme, de l’égalité, liberté, et fraternité.

 

Il n’y  a pas plus de blanc que de noir ,mais des femmes et d’hommes qui poursuivent leur destin dans un Monde d’incertitude.

 

Quant à la problématique de race, je rappelle à toutes fins utiles que la France en tant que Nation a utilisé ce concept  pendant longtemps pour justifier la Traite négrière transatlantique et l’Esclavage des Africains déportés.

 

Alors c’est un peu tard pour déclarer urbi et orbi, que les races n’existent pas, sauf à saisir les 192 + 1...

 

...Membres de l’ONU, seule Instance mondiale,  appelés à  se prononcer par un vote unanime sur cette épineuse et dramatique mystère sociétal …

 

En nous rappelant dans nos analyses que la Grande ROME de valeurs et de civilisation aura sombré corps et bien dès le Vème siècle après J.C

Les retombées du communautarisme

 

Le communautarisme un sujet sensible disaient certains, alors que d’autres avançaient le caractère risqué de cette problématique…

Et bien  m’en a pris d’enfoncer le tabou avec fermeté et sans langue de bois, ce qui a mis en évidence à l’occasion des échanges, que l’immense majorité des internautes, et l’opinion publique en général...

 

...N’accordent aucun crédit à ce concept qui relève disent-ils d’un fantasme politico - démagogique pour pointer du doigt  négativement certaines minorités ethniques vivant sur le territoire.

Fait significatif, cette analyse est avancée en grande partie par nos hôtes indo européens, qui rappellent à juste titre que les communautés africaines présentes dans ce pays, ont de mauvais rapports entre elles...

 

...Conséquence du morcellement du Continent par les européens depuis 1885, d’où la multiplication des associations dans une même ville, aussi improductives les unes que les autres, en terme de culture et d’avancée de progrès pour l’Afrique… dont je cite /

…Ces gens là comme vous dites, feraient  mieux de s’organiser solidairement pour peser…au lieu de compter sur la manne humiliante de la diversité et la discrimination  dite positive… je hurle de colère quand j’entends ces mots…

 

Et d’ajouter… Qu’en -t à vous ceux  de la Caraïbe (Martinique Guadeloupe) vous n’avez pas les meilleurs rapports inter îles, et vos échanges avec vos frères africains sont plus que mauvais, conséquence de la période colonialiste…

 

...De plus les uns les autres, vous êtes peu ou pas politisés, alors tous les ingrédients et autres discours sécuritaires sont réunis pour vous enfoncer dans la division et la dispersion…en vérité, regrouper et organiser si possible, vous ne représentez aucun danger, sauf pour les politiciens…

Ce que je traduis par la vieille politique de la Rome antique…diviser pour mieux régner

 

Mais tout cela n’a qu’un temps et  les discours négatifs finissent toujours par rattraper leurs auteurs.

 

Après l a bataille de Yorktown (Octobre 1781) qui sonnait le glas de la présence coloniale britannique en terre américaine, le Marquis de La Fayette tint à Cornwallis, le vaincu, ces propos..

 

 

 … Général ce n’est pas l’effectif pléthorique d’une armée qui conduit à la victoire, mais la force de conviction des hommes d’en face moins nombreux, certes, qui remporte la Guerre…

 

J’ai toujours apprécié ce monologue, et vous communautés afro caribéennes, faites en votre maxime, approfondissez sa dimension universelle, je suis convaincu que la victoire sera au bout, grâce à votre volontarisme.

 

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires