MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Péril noir, Paradis blanc, étrange…

 

Car dans ma naïveté et cette conception du réalisme, j’ai toujours considéré qu’il  y avait un PERIL et un PARADIS sans couleur et autre connotation raciale…

 Et pourtant, c’est  bien le fondement de ces concepts édités par des indoeuropéens 

qui  en même  temps réclament, vent debout, la suppression du mot RACE  dans la Constitution de 1958, une parfaite incohérence.

 

L’analyse est simple, dans la classification de races établit par le vainqueur …jaune, rouge, blanc, noir,  on observe que les appellations… jaune, rouge … ont disparu dans le langage courant, mais avec  la mise en orbite d’un petit nouveauu…le racisme anti -blanc

 

 

Et là encore dans ma conception étroite des réalités j’ai cru qu’il n’y avait qu’un Racisme dont les principales victimes historiques  et contemporaines, sont le Africains -sud,nord- et les Afro descendants dispersés sur l’ensemble de la Planète …

 

 

Ne restent plus en lice dans la hiérarchie des « couleurs humaines » que les indoeuropéens, qualifiés de « blanc » les Africains et descendants  présentés comme des «  noirs »...

 

... à tel point que les premiers désignés ont mille difficultés à prononcer le mot NEGRE qui signifie dans la tradition ancestrale…combat , conquérant etc…

 

 

Mais ce classement  « noir blanc » n’est pas innocent, d’aspect impérialo-colonialiste, avec le « blanc » synonyme de puissance d’arrogance et de domination, alors que le «  noir » est couvert du manteau de la soumission, de la pauvreté et la misère…

 

 Observez la gourmandise avec laquelle les médias de ce coté de l’Atlantique, utilisent l’épithète « noir ».cet homme noir, le paysan noir, l’avocat noir, le joueur  noir de l’équipe, l'artiste noir…etc

 

Mais, arrêtons ce besoin de supériorité raciale, cette soif d’humilier  l’autre en raison de son aspect physique, cette hypocrisie au pays des droits de l’homme, de l’égalité, liberté, et fraternité.

 

Il n’y  a pas plus de blanc que de noir ,mais des femmes et d’hommes qui poursuivent leur destin dans un Monde d’incertitude.

 

Quant à la problématique de race, je rappelle à toutes fins utiles que la France en tant que Nation a utilisé ce concept  pendant longtemps pour justifier la Traite négrière transatlantique et l’Esclavage des Africains déportés.

 

Alors c’est un peu tard pour déclarer urbi et orbi, que les races n’existent pas, sauf à saisir les 192 + 1...

 

...Membres de l’ONU, seule Instance mondiale,  appelés à  se prononcer par un vote unanime sur cette épineuse et dramatique mystère sociétal …

 

En nous rappelant dans nos analyses que la Grande ROME de valeurs et de civilisation aura sombré corps et bien dès le Vème siècle après J.C

Le  FAS... 

 

 

J’imagine que votre boîte est saturée en ce début d’année, et il ne me viendrait donc pas à l’idée d’y déposer un J’imagine que votre boîte est saturée en ce début d’année, et il ne me viendrait donc pas à l’idée d’y déposer un message qui soit dépourvu d’intérêt, ce n’est pas le genre de la maison comme chacun sait, alors après quelques considérations, je reviendrai sur l’essentiel.

Il est de bon ton, et d’une bonne tradition chaque année de formuler des vœux à l’intention de ses amis proches ou lointaines, à cette occasion il y a des souhaits constants qui sont avancés, emploi travail affaires famille amour santé forme etc., il m’est donc venu à l’esprit de créer un concept, le FAS…Famille Activités Santé…qui sont les paramètres du bonheur terrestre, et que chacun peut accommoder suivant son cas personnel.

Ainsi donc vous pouvez avoir un FAS en hausse, ou à la baisse, plat ou nul, et agir éventuellement sur un des volets indiqués, pour avoir un autre moral.

Alors dans ce contexte, je souhaite pour chacune et chacun, africain caribéen, et autre sympathisant à la cause du Monde Noir, un FAS toujours au zénith, à l’aube de cette année 2012, et nous en aurons bien besoin pour une période qui s’annonce mouvementée à bien des égards, et que ce message passe…

Ces considérations formulées, je reviens à l’essentiel pour rappeler que pour une nouvelle année c’est aussi, voici venu le temps de dresser des bilans sur les actions passées, de prendre des résolutions, les bonnes, d'établir des perspectives d’avenir, et pour nos communautés afro caribéennes elles sont multiples.

En premier lieu j’attacherais un prix immense à ce que nous nous respections, et que soit banni cet héritage colonial qui a consisté à dresser des barrières, faisant croire aux uns  aux autres, Nègres de la Caraïbe de l’Afrique des Amériques, que de fausses différences pouvaient se cultiver, créant ainsi un champs de mépris et de rejet, qui nous éloigne de toute forme de Solidarité collective et active,  facilitant depuis des siècles, les dominations de toute nature que nous subissons,  j’arrête là ce tableau et des autres qui en découlent,  laissant le soin à l’internaute d’établir sa propre analyse et bien entendu ses conclusions.

Pour ma part, devenu caribo- nationaliste, je partirai  caribo-nationalo- panafricaniste, n’ayant jamais varié dans mon discours au titre de ce combat politique, que chaque peuple quelle que soit la dimension de son territoire, a un droit inaliénable de s’assumer.

Dès lors je ne peux me satisfaire, ni du sort réservé à certains territoires de la Caraïbe et la Guyane,  du destin du Continent africain qui est la vitrine du Monde Noir, dans toutes ses composantes.

N’accordant aucun intérêt ou crédit aux débats sur l’assimilation, et les politiques d’intégration, vastes entreprises démagogiques qui révèlent que malhonnêteté intellectuelle et hypocrisie font bon ménage,  mon choix a toujours porté sur un large rapprochement des communautés afro caribéennes dans ce pays, c’est dans ce cadre que nous retrouverons une vraie solidarité fraternelle capable de nous éloigner des affres de l’individualisme occidental.

 Dans ce contexte, j’ai mis en ligne AFCAM, voilà  10 ans, très visité,  un site internet dédié au Monde Noir dans cette lutte pour sa dignité, et sur lequel votre serviteur ne manie pas la langue de bois, une façon pour moi de nous respecter.

Et donc 2012, année de tous les dangers, individuels et collectifs, crise,  trahison, rebondissement, coup de théâtre, abandon, frustration, déception, surprise, revirement, des cas de figure, des hypothèses touchant tous les domaines, dans une conjoncture universelle  avec ses incertitudes.

Alors, avec toute l'équipe d' AFCAM  un  FAS au beau fixe pour toutes et tous.

Retrouvez  l'affiche d'AFCAM pour JANVIER 2012  et un portrait de Dany Gisler Bebel , décédée,  grande intellectuelle militante afro caribéenne de la Guadeloupe , sans oublier que cette année marquera le 210è anniversaire de la mort de Louis Delgres tombé à avec ses compagnons de combat, refusant le diktat de Napoléon Bonaparte, voulant rétablir l'Esclavage en terre caribéenne, c'était un certain 28 Mai 1802 au regard duquel je reviendrai plus longuement en son temps.

Et bientôt en ligne...l’ OTANISME et sa vidéo

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires