MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Péril noir, Paradis blanc, étrange…

 

Car dans ma naïveté et cette conception du réalisme, j’ai toujours considéré qu’il  y avait un PERIL et un PARADIS sans couleur et autre connotation raciale…

 Et pourtant, c’est  bien le fondement de ces concepts édités par des indoeuropéens 

qui  en même  temps réclament, vent debout, la suppression du mot RACE  dans la Constitution de 1958, une parfaite incohérence.

 

L’analyse est simple, dans la classification de races établit par le vainqueur …jaune, rouge, blanc, noir,  on observe que les appellations… jaune, rouge … ont disparu dans le langage courant, mais avec  la mise en orbite d’un petit nouveauu…le racisme anti -blanc

 

 

Et là encore dans ma conception étroite des réalités j’ai cru qu’il n’y avait qu’un Racisme dont les principales victimes historiques  et contemporaines, sont le Africains -sud,nord- et les Afro descendants dispersés sur l’ensemble de la Planète …

 

 

Ne restent plus en lice dans la hiérarchie des « couleurs humaines » que les indoeuropéens, qualifiés de « blanc » les Africains et descendants  présentés comme des «  noirs »...

 

... à tel point que les premiers désignés ont mille difficultés à prononcer le mot NEGRE qui signifie dans la tradition ancestrale…combat , conquérant etc…

 

 

Mais ce classement  « noir blanc » n’est pas innocent, d’aspect impérialo-colonialiste, avec le « blanc » synonyme de puissance d’arrogance et de domination, alors que le «  noir » est couvert du manteau de la soumission, de la pauvreté et la misère…

 

 Observez la gourmandise avec laquelle les médias de ce coté de l’Atlantique, utilisent l’épithète « noir ».cet homme noir, le paysan noir, l’avocat noir, le joueur  noir de l’équipe, l'artiste noir…etc

 

Mais, arrêtons ce besoin de supériorité raciale, cette soif d’humilier  l’autre en raison de son aspect physique, cette hypocrisie au pays des droits de l’homme, de l’égalité, liberté, et fraternité.

 

Il n’y  a pas plus de blanc que de noir ,mais des femmes et d’hommes qui poursuivent leur destin dans un Monde d’incertitude.

 

Quant à la problématique de race, je rappelle à toutes fins utiles que la France en tant que Nation a utilisé ce concept  pendant longtemps pour justifier la Traite négrière transatlantique et l’Esclavage des Africains déportés.

 

Alors c’est un peu tard pour déclarer urbi et orbi, que les races n’existent pas, sauf à saisir les 192 + 1...

 

...Membres de l’ONU, seule Instance mondiale,  appelés à  se prononcer par un vote unanime sur cette épineuse et dramatique mystère sociétal …

 

En nous rappelant dans nos analyses que la Grande ROME de valeurs et de civilisation aura sombré corps et bien dès le Vème siècle après J.C

Le communautarisme

 

Je parts du postulat que toute personne est  porteuse de valeur quelles que soient sa race son sexe, ses croyances religieuses.

Quand ce principe sera  compris, admis, et appliqué, on pourra parler de société civilisée, et envisager concrètement le concept de vivre ensemble.

Mais force est de constater que nous en sommes loin de cet idéal de vie, en raison de considérations multiples.

Et voilà que pour compliquer  le tableau est apparu depuis une décennie un vocabulaire médiatico-politique intitulé communautarisme, repris en  cœur par les hommes politiques de tous bords et les médias affidés dans ce pays...

  ... Pour masquer en fait leur inaptitude à partager le Pouvoir avec les minorités dites ethniques, conception au titre de laquelle je reviendrai, en évoquant l’Histoire, les institutions, leurs contradictions, et la vie politique.

Car si on suit la philosophie de ces antis…tout regroupement humain est  considéré comme suspect, de nature à troubler l’ordre public… Alors dans ce cas /

    -Les catholiques, les protestants, les musulmans, les judaïques ne pourraient se rassembler dans les églises les  temples, les mosquées, les synagogues, et autres lieux de prières.

    -Les obédiences maçonniques pour leurs couvents et autres tenues.

    -Les organisations syndicales dans leur combat pour l’amélioration des conditions de travail.

   -Les associations pour la défense des intérêts matériels et moraux des membres.

 On débouche sur l’absurde, oui mais ce discours sur le communautarisme a un sens orienté, et nous tombons dans les contradictions du  système.

   Précisément, j’ai évoqué les Associations...

En effet la loi du Premier Juillet 1901, qui est une législation fantastique, autorise toute personne, tout groupement de citoyens de s’organiser en vue de la défense légitime de leurs intérêts, moyennant le respect de quelques règles de droit  s’agissant  notamment de l’objet.

Ce texte est si fondamental pour la vie publique, qu’un certain législateur conservateur a voulu dans les années 1970 remettre en cause ses principes essentiels, mais l’entreprise a échoué grâce à une  forte mobilisation populaire.

Mais alors si toutes les conditions juridiques sont réunies pour permettre aux personnes de toute origine  d’organiser leur existence en association, pourquoi des politiciens par un discours démagogique...

  ...Distillent dans le pays l’idée saugrenue que les minorités notamment afro caribéennes, organisées légalement, ou même vivant d’une façon grégaire, c’est leur droit, remettraient en cause les fondements de cette république, ses institutions, son mode de fonctionnement…

A les entendre, on eut cru que ces gens là, habités par des idées subversives, préparent un coup d’Etat… avec des machettes des coutelas et autres  flèches…

Allons donc, tout cela ressemble à du théâtre de grand guignol, s’il n’y avait  en jeu la crédibilité et la dignité de millions d’enfants de femmes et d’hommes qui demandent à vivre en paix.

Ce discours pernicieux, et peut-être dangereux à terme, est avant tout ciblé et politique, car de vous à moi nous connaissons des minorités ultra organisées...

...Qui peuvent  par exemple faire pression à l'occasion de décisions de justice rendues en assises, sommant un membre de l’Exécutif à bafouer le principe républicain de la séparation des pouvoirs, et celui non moins fondamental de l’autorité de la chose jugée, au grand étonnement de l’opinion.

A ce propos, aucune voix...politique, ne  s'est fait entendre pour contester cette pression de rue, ô combien anti républicaine.

Normal, quand on se bouscule à des dîners spéciaux, pour jouer le -m’as-tu vu- il est difficile de cracher dans la soupe servie par ces  généreux organisateurs.

Mais imaginez que ce scandale politico –judicaire soit le fait d’africains de caribéens et de maghrébins, on eut scandé au communautarisme, il n'est  point besoin de renter dans les détails pour comprendre…

Pour bien analyser ces manœuvres, il faut remonter à l’Histoire...

Si on peut admettre  qu’il fallait briser les prétentions des roitelets régionaux en divisant ce pays  en créant  des départements, par contre les Révolutionnaires de 1789, ont avec le concept de -la République une et indivisible- préparé les conflits sociétaux de demain…

Car en fait la Convention ne visait pas ses nationaux, mais l’avenir de ce patrimoine colonial, que dis-je, cet empire en voie de formation, faisant savoir clairement aux colonisés, ces sujets, et non des citoyens, qualité réservée aux seuls indo européens,- lire -indigénat- dans recherche- que leurs territoires étaient -attachés à perpétuelle demeure-, au bénéfice d’une mère patrie lointaine.

A ce sujet, l'Histoire de ces territoires est jonchée de crimes odieux, de massacres des populations autochtones restés impunis, au regard desquels  certains contemporains ont bien du mal à s'imprégnés de cette réalité.

Pour preuve, le dernier film présenté dans le cadre du  festival de Cannes -France-  -Hors la loi-  ne faisant que rétablir la réalité historique, avec le massacre à Sétif  -Algérie- de milliers d indigènes algériens, en cette triste journée du 8 Mai 1945, a donné lieu dans cette ville , à des débordements incroyables de protestations.

Alors que nous avions là, tous les ingrédients réunis du crime contre l'Humanité seulement la peau d'un Maghrébin, ou d'un Nègre ne vaut pas grand chose nous a-t-on appris, en terre colonisée...

 Mais voilà, nous savons que Haïti  -1804- Indochine -1955- Maroc,-1955- Tunisie -1956- Afrique, -indépendance octroyée--1960- Algérie -1962- et bien d’autres territoires, ont fait voler en éclat ce principe, pour certains "les armes à la main", je pense à la courageuse et victorieuse nation haïtienne.

Et puis, nos conventionnels n’avaient pas prévu la phase de décolonisation, et surtout le replis de certains colonisés en direction notamment de l Europe, parcequ’on leur a légué des territoires complètement ruinés à tous points de vue.

Oui mais ces gens là qui se déplacent, peuvent avoir des prétentions, vouloir -partager- le pouvoir avec nous, crime de lèse majesté…

 Et puis,  il y a le bouclier de la démocratie qui protège de ce type d’aventure, qui dit démocratie, dit loi de la majorité, alors vous avez tout compris.

Mais  pourquoi jeter le discrédit sur ces minorités, car à ce que je sache, les expatriés menant grande vie en Afrique notamment, ne se mélangent pas aux populations autochtones...

...Plus grave, à la Martinique, les descendants des anciens négriers européens, avec le vocable de "béké"  disposant de tous les moyens économiques, ayant institutionnalisé un véritable apartheid, ne sont qualifiés ni les uns ni les autres de communautaristes…

Alors c’est le Pouvoir qui est en jeu et il ne se  partage pas, c’est une évidence...

Notre illustre compatriote Frantz Fanon, disparu  depuis bientôt 50 ans disait à juste titre que -l’indépendance ça s’arrache-, j’en suis convaincu...et j’ajouterai que -le pouvoir se conquiert-...

Et puisqu’il faut conclure, j’invite mes frères caribéens, africains, qui veulent entrer en -politique active-, de s’organiser, ne pas attendre que l'on  vous tende la perche de l’humiliation sous couvert de diversité et autre discrimination positive.

Dans ce cadre vous êtes toujours redevables, et on se fera un malin plaisir de vous le rappeler avec perfidie...

La politique est un combat, noble certes, mais qui n'accorde aucune chance aux sardines isolées,  dévorées irrémédiablement par des requins, ivres de pouvoir...

En conséquence, tombez dans l'arène avec force et honneur, comme les légions romaines de jadis. Fondez votre parti politique, mettez le courage de votre côté, je sais que vous avez les aptitudes pour exister, ayez votre programme…

…Présentez  vos candidats partout où c’est publiquement possible, battez vous  sous vos couleurs...un MAC... un PAC... mouvement ou parti, peu importe l'appellation, défendez vos idées, vous en êtes pourvus.

Vous n’avez pas la prétention de renverser le régime, mais il ne peut-être question de raser les murs par manque de courage et de volonté en attendant qu’autrui vous propose comme à Paris, Lyon et Marseille des -strapontins de misère et de témoignage-.

Savez vous que les libéraux britanniques et allemands avec un score de -1 à 3%- ont contraint leurs adversaires politiques à la table de négociation, dans un autre cadre institutionnel, bien entendu.

 En toutes circonstances soyez des Nègres fiers et conquérants...

Qu’en à moi, si j’avais une quelconque ambition prioritaire, je prendrais la tête d’une liste, composée de citoyens venant d’horizons différents, avec un programme de mandature bien structuré et une  équipe de collaborateurs à la hauteur de l'évènement...

...Oui ce n’est pas l’envie qui me manque de croiser le fer avec ces -incontournables- de la vie publique qui ignorent la boutade rapportée de Clémenceau... -Les cimetières  sont peuplés de gens indispensables-.

Une campagne très dure, un combat d’homme à homme, pas de quartier, sans filet,  avec dans la balance, le courage politique, et non les rodomontades de circonstance pour amuser une certaine galerie.

Mais dans toutes actions il faut savoir mesurer ses limites, physiques  il va s'en dire, l’intellect n’étant pas touché, ça se saurait…

  

Oui, à la tête d’une équipe qui croit comme moi  que…

Toute personne est porteuse de valeur universelle…

C' est ma réponse au discours sur le communautarisme...

  Léonce Lebrun

Les retombées du communautarisme

Informations supplémentaires