MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

De l’état du Monde….Rétrospective

 

Avec un peu de retard, circonstance atténuante oblige, je reviens sur ce qui s’est dit, prédit, il y quelques semainesà Pittsburgh (Etats-Unis, à l’occasion de la réunion du désormais G 20…

 

…  Par définition je garde une grande méfiance au regard de ces institutions qui n’ont pas reçu de mandat explicite de  l’ ONU , mais s’arrogent le droit d’imposer leurs conclusions à toute la Planète…

 

… sous la futile prétention que certaines nations invitées seraient les  plus riches… pour les autres, circulez, il n’y a rien pour vous.

 

Pour la petite histoire, rappelons que ce forum ponctuel qui n’est pas d’initiative américaine et s’est tenu pour la première fois à Paris ( France) dans les années 1976, était composé de six nations…

 

… dont trois membres permanents du Conseil de Sécurité, détenteurs de l’arme atomique, quatre de l’ Alliance Atlantique,( OTAN) sauf le Japon , une simple observation donne une idée de leur puissance de feu…

 

Donc, de six chargés de se pencher sur l’état de l’économie mondiale, nous sommes  passés à 7 puis 8 à l’occasion desquels au repas des « grands » entre la poire et le formage…

 

… étaient invités des dirigeants africains, dont certains s’y pressaient, leur donnant l’illusion d’une certaine  importance. Mais le Continent na pas avancé d’un iota sur tous les plans

 

…Et depuis Septembre de cette année, la « crise » aidant ils se sont retrouvés à 20 à Pittsburg pour dialoguer entre autre sur la régulation du marché monétaire

 

…et la limitation des bonus dus aux traders, ces sorciers de la manipulation boursière, autant de sujets qui intéressent l’immense armée « d’hommes de la rue »

 

Mais la grande nouveauté de Pittburg fut l’entrée en lice de la nouvelle administration américaine avec son chef de file…

 

… dont certains «  ces va en guerre ces Max la menace »  se  berçaient déjà d’illusion sur son amateurisme, son manque d’expérience, bref par des arguties, on allait avaler tout cru l’ex Sénateur de l’Illinois.

 

 Mais catastrophe pour eux, ce fut du brio du brillant, une parfaite connaissance des dossiers, une certaine vision de l’avenir de notre Planète…

 

…que le jury d’Oslo ( Norvège) a sanctionné sans appel, par un prix Nobel de la Paix… je m’en dispense  de tout commentaire sur l’évènement.

 

A ce sujet et à propos de l’Iran au regard de l’arme atomique il est intéressant de remonter l’Histoire…

 

Nous sommes dans les années 1960, le locataire de l’Elysée qui a décidé de retirer son pays du commandement intégré de l’OTAN

 

… se lance dans l’aventure nucléaire sur la base du concept de la « dissuasion » c'est-à-dire qu’avec une ogive on peut mettre dans l’embarras tout adversaire  potentiel hautement nucléarisé…

 

Le Chef de l’Etat de l’époque en cause, n’a jamais eu l’intention d’utiliser cet arme redoutable, un remake des 6 et 8 Août 1945, mais il en connaissait parfaitement la force diplomatique dans le concert des Nations…

 

Plus de 40 ans après nous sommes  dans le même contexte, qui pourrait croire intellectuellement que l’Iran serait  disposé à porter le fer et le sang au Moyen Orient sur un ennemi potentiel…

 

… (disposant de son stock ) sachant qu’une bombe thermonucléaire de centaines de fois plus puissante que celle larguer sur le Japon en Août 1945…

 

…détruirait et contaminerait toute la région, y compris l’Iran qui serait victime «  d’un vent nucléaire qui n’a pas de frontière ».

 

 Mais alors de qui se moque-ton, quand on veut interdire à cette Nation ou tout autre pays...

 

...de se doter de moyens diplomatiques adéquats, sachant que cet Etat en cause est entouré de voisins puissamment armés..

 

L’Administration américaine qui a rapidement assimilé ces subtiles et hypocrites oppositions  diplomatiques…

 

… laisse désormais aux autres « Max la menace », le soin des gesticulations puériles et stériles...

Hommage Frantz FANON

 

 

 

« Chaque génération doit dans une relative opacité découvrir sa mission, la remplir ou la trahir » Les damnés de la terre Frantz FANON,

  

                                                    Hommage à Frantz FANON

  

 Le 6 Décembre 1961, disparaissait à New-York  des suite d’une longue maladie, Frantz Fanon, l’un des hommes les plus brillants que le 20 siècle ait connu, pour la dimension de sa pensée politico-philosophique, au service de la dignité du Monde Nègre, contre toutes les formes d’humiliation, de colonialisme, et d’impérialisme que nos peuples ont connu, au profit des seuls intérêts de l’Occident.

En cette période du 50è anniversaire de la mort de FANON, je retiens de cet homme la logique de la pensée, et la logique de l’action.

Pour le 6 Décembre 2011 FANON ne bénéficiera pas de discours officiels, de dépôt de gerbes, autres tralala et flonflon, considéré comme un traitre, un renégat  dans certains milieux bien pensant, dont pour la petite histoire je rappelle qu’il a combattu sur les fronts aux cotés  des alliés occidentaux, lors du conflit 1939-1945.

Il est à noter ,que même le gouvernement algérien n’aura pas suivi ma démarche d’internationaliser cette commémoration, mais si mes informations sont crédibles, la diplomatie souterraine a joué son rôle destructeur , une problématique qu’il conviendra d’analyser en d’autres circonstances.  

Peu importe, ce n’est pas ce que pensent les autres, mais ce que nous les Nègres nous pensons, sachant que l’Histoire est souvent porteuse de subjectivité, rédigée par les vainqueurs du moment.

Alors si certains contemporains l’ont déjà banni, dans un contexte sectaire et partisan, que retiendra l’Histoire, celle objective, de Frantz  Fanon /

       le médecin psychiatre de formation, avec ses méthodes révolutionnaires de traitement des patients à Blida ( Algérie)

l’écrivain à succès qui dans "Peau Noire et masques blancs" à mis en évidence l’incohérence comportementale, et la dépersonnalisation des membres de nos communautés victimes de la pensée assimilationniste du système colonial

le militant politique indépendantiste, engagé auprès des combattants algériens en lutte armée pour la reconnaissance de la  souveraineté de leur pays…

Les internautes qui connaissent ma pensée politique depuis fort longtemps savent à l’évidence que je ne suis pas tombé dans le paragraphe 2.

Autrement je passerais du bon temps sur nos plages de la Martinique, entrepreneur zélé, placé sous la tutelle financière des békés de l’Ile ou, fonctionnaire affidé, avec  40% de vie chère et tous les avantages colonialistes exorbitants... pour le maintien d’un drapeau…

...Un drapeau qui coûte cher aux contribuables pour me bloquer dans le système, un bien triste parcours, un destin de misère…

Oui mais un autre destin qui me permet ce jour de faire connaître à toute la planète grâce à internet , ce héros, notre héros…Frantz Fanon…

Précisément en évoquant le destin je redis que l’homme ne naît pas…

     Nationaliste

     Indépendantiste

     Révolutionnaire

      Panafricaniste

     Anarchiste…

J’ajoute en reprenant la pensée d’un éminent homme politique disparu, que "la culture est ce qui reste quand on a tout oublié", en la complétant par… "sauf l’essentiel".

Effectivement, l’appropriation, et l’installation dans l’un de ces concepts rappelés ci-dessus, quelle qu’en soit la nature, est le résultat de longues observations, de recherches, d’études pointues ,qui autorise à toute personne avertie, de prendre position en se déterminant en toute connaissance de cause.

Ainsi donc pour conforter cette analyse, le parcours de FANON est exemplaire, au regard duquel faut-il le rappeler, l’homme a terminé le conflit 1939-1945, blessé, dans le camp des alliés occidentaux, il ne peut donc être taxé ni de déserteur, de collaboration avec l’ennemi nazi, il est originaire de la Caraïbe, et n’a pas chanté…"Maréchal nous voilà", dont beaucoup d’autochtones de l’époque considérée ne peuvent revendiquer ce loyalisme…

 

A ce stade de sa vie FANON a observé, pris des notes, relevé les incohérences du système, pour plus tard le combattre.

Par la suite, après de brillantes études suivies à la Faculté de médecine de Lyon, l’une des meilleures d’Europe, il devient médecin psychiatre, une spécialité ô combien difficile et recherchée.

C’est donc pour FANON, la voie royale, et la promesse d’une existence de rêve, sous le soleil de son beau pays, la Martinique…

Il est incontestable, que l’homme avait tout le profil pour diriger le Centre de psychiatrie de… l’unique sur le territoire, que les Martiniquais connaissent bien, et finir sa carrière professionnelle en qualité de Directeur Général dans un ministère, au service de l’Etat.

Oui mais, qu’a retenu FANON à l’occasion de ses observations/

    Des  Africains acheminés en Europe au titre de la deuxième guerre mondiale pour se battre au nom de la liberté, alors qu’ils sont des indigènes colonisés, privés de Liberté…

    Des caribéens et autres ressortissants de territoires dits outre mer, écrasés mentalement par l’assimilation, incapables d’assumer leur destin dans le cadre de pays souverains...

Bref, un Monde Noir mis sous tutelle… et de vous à moi, je subodore que si FANON, présent sur le territoire martiniquais avait tenté de mettre en pratique ses idées indépendantistes, il eût connu sans nul doute  le même sort tragique que le brillant et charismatique afro américain, MALCOM Xou avant lui le courageux journaliste martiniquais ALIKER abattus par des négrillons de service pour un plat de lentilles…

 Alors  suivant le destin ,toujours lui, FANON a suivi sa logique politique en se mettant au service de la rébellion algérienne, un fantastique exemple de courage et d'abnégation...

Et bien ,dans un contexte virtuel, je me suis souvent fait fusiller sur la toile pour haute trahison dans mes fictions, un mode de pensée, digne réincarnation de la glorieuse civilisation romaine, au regard de laquelle je dis que si ROME fut grand, ROME sombra… chaque cochon a son Samedi…

Pour clore cet hommage je vais terminer par des propos prémonitoires , que FANON aurait pu tenir  ou avoir du plaisir à entendre…en ma qualité de chef suprême fictif de la rébellion victorieuse…

               …  Soldats…

                … Hommes de troupe, sous- officiers, officiers, officiers supérieurs, officiers généraux…

                  Je vais devoir vous quitter, en remettant le Pouvoir , aux autorités civiles incarnées par le Gouvernement provisoire de la république martiniquaise, en exil à Kyston (Jamaïque )

 Ce gouvernement m’avait confié la lourde mission de créer les conditions d’un soulèvement populaire politiquement et militairement encadré, qui devait conduire vers une guerre pour l’indépendance de ce pays, c’est chose faite…

  J’ai donc achevé  avec vous ce combat, auréolé de panache et n’ayant pas une conscience de dictateur, je fais déposer les armes et  remets ce commandement qui m’a donné tant de joie au service de cette jeune nation.

 Nous laissons une Martinique, debout, indépendante, souveraine,  espérant que  ses dirigeants de demain, garderont pour nos enfants, le cap du progrès, et de la responsabilité, dans l’exercice de leurs  fonctions politiques…

                    Adieu mes amis, que le ciel vous protège...

                    Vive la Caraïbe…

                    Vive la République de la Martinique…

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires