MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

Dans aucun pays du Monde il n’y a un tel vocabulaire de marginalisation des minorités, qu’elles soient politiques ou sociétales, en vertu des diktats de la "Démocratie" qui impose la loi d'une majorité, certes légale, mais non légitime, d’un point de vue morale, car elle peut être idiote, obtenue sous le coût d’un enfumage  bien rodé, destiné aux naïfs d’un Système à bout de souffle…

... Et vous avez : communautarisme, diversité, populisme, islamisme radical,  radicalisation et le dernier né, terrorisme, dont le Pouvoir exploite politiquement les conséquences, avec le concours de médias affidés, tout  en  niant délibérément les causes, par exemple la destruction de l’Etat libyen….

Etre un Nègre

 

 Nul ne peut prétendre refaire le Monde mais il n’est permis à personne d’en accepter les absurdités...  

A l’heure d'une internationalisation de la communication et des intérêts qui en découlent, aucune nation, aucun peuple, aucune communauté ne peut être réduite au silence sous peine d’en subir le verdict irrémédiable de la disparition.  

A la Radio SUN.FM on avait bien compris en son temps, c’est pourquoi le décor fut planté, et il est devenu plus que d’actualité à l’heure d’Internet.  

Quant à votre serviteur, depuis longtemps, je tiens cette rubrique mensuelle  au service de la cause de nos communautés de la diaspora.  

Cette rubrique doit être assumée avec courage et passion en y ajoutant le talent, l’imagination le panache et l’autorité d’esprit nécessaire.  

Il y a donc lieu de garder le cap avec une ferme détermination.  

Une ferme détermination, en effet voilà, plus de dix ans, d’abord des forums, puis des massages mensuels, que je pénètre dans tous les foyers africains, caribéens, guyanais, réunionnais et autres, avec intérêt, par effraction virtuelle, librement.  

Chacun y a été de son commentaire...  

On a dit...qu’il va dire... ce qu’on a entendu... qu’il n’a jamais dit, sauf l’essentiel…s’y mêlent les incohérences, ces inévitables jalousies maladives, du genre « pourquoi lui, pourquoi pas moi »  ponctuées de coup de poignard dans le dos, incontournable quand on est embarqué dans le combat politique, car si ce combat est noble, certes, les sardines n’ont pas leur place, sous peine de se voir dévorer  sans pitié.  

Ma mission s’est située toujours au-dessus de la mêlée dès lors qu’il s’agit de ne pas chercher à plaire ou déplaire, mais de forcer la réflexion, pour ou contre, le débat demeure ouvert.  

Certains ont été dérangés, rien de nouveau sous le soleil, Frantz FANON a déjà examiné ce type de comportement dans son essai, peau noire et masque blanc  

D’autres ont applaudi des deux mains comme des Nègres, dont il sera question plus loin.  

Pendant ces années, ma réflexion a porté entre autres sur quatre points / 

1- Le sort du continent africain  

A nouveau j’en réfère à la pensée de l’illustre FANON... l’Indépendance ne s’octroie pas, elle s’arrache.  

Tel n’a pas été le cas, et l’Afrique, berceau de l’Humanité, en paie les conséquences, au prix fort.  

Il eut été préférable que ce continent soit embrasé par une guerre révolutionnaire totale au nom de sa liberté et de son unité dans les années 1960.  

Elle aurait ainsi été débarrassée des tares actuelles d’un système de domination que sont notamment l’aide au Tiers monde, la francophonie et j’en passe…  

2- La situation de la Réunion

Plus de soixante six ans après la loi du 19 mars 1946 qui a bel et bien piégé des peuples, avec un taux aussi élevé de bénéficiaires de revenus sociaux minimum  concernant ce pays, je suis étonné que les réunionnais considèrent qu’ils ont le même statut social que le parisien ou le nantais.

A travers ce qu’ils désignent par le vocable de mobilité qui n’est  ni plus ni moins qu’une forme avancée d’aliénation, car  un peuple doit toujours avoir un minimum de dignité... en vérité dans le contexte de la géopolitique actuelle, quels que soient la taille de son territoire et le statut politique du moment qui peut évoluer.  

3- La position de la Guyane

Avec Ariane et les énormes profits qui sont rapportés aux européens, nous avons en ce  21e siècle, le type même de l’exploitation coloniale.  

A la Guyane, avec les affres de la tutelle et de la domination étrangère, la pollution et l’environnement dégradé, les générations futures nous enverront leurs doléances outre tombe.

4- L’avenir de la Caraïbe

En particulier, la Guadeloupe et la Martinique, qui font partie intégrante du bassin caribéen.  

Nous tombons là dans le flou artistique le plus total, mêlé des contradictions les plus extravagantes.  

Un élément tout de même quand il est question de souveraineté que nous cessions de comparer notre situation à celle de la République de Haïti

Haïti fut la première nation nègre à arracher de haute lutte son indépendance en 1804, et les indo- européens, en particulier la France et les U S A ont tout fait pour barrer la route à cette jeune République, et que son échec ait une influence sur l’ensemble du Monde Nègre

Cette mise au point étant faite, nous sommes de plus en plus nombreux et je suis de ceux-là, de penser qu’à la Guadeloupe et  la Martinique, il y a des femmes et des hommes compétents, dans tous les domaines, capables d’arrêter et d’assumer des choix susceptibles de garantir un avenir harmonieux pour nos jeunes nations.

 Les exemples sont légions. Il nous manque la volonté politique collective, mais là c’est un autre paramètre.  

Quant à moi, hier, aujourd’hui, demain, en Europe ou ailleurs  un jour sans doute, toute démarche associative a toujours été liée à un objectif politico-culturel au service de mon peuple et de ma race.  

Ce qui m’autorise à parler haut et fort en ce jour de réhabilitation.  

...Dis mon oncle, à la récréation, un élève m’a dit, je cite /

... Tes parents sont des nègres, des gens de couleur, c’est pourquoi on ne te fréquente pas... Qu’est-ce qu’un nègre...  fin de citation.  

Grave question… question essentielle en effet au titre de laquelle il ne faut point apporter une réponse du style…

… les enfants ne sont pas racistes… C’est faux, ils ne naissent pas racistes mais au contact de leurs parents adultes, ils le deviennent...  

Le gamin qui pose une telle question est déjà psychologiquement placé dans une position d’infériorité.   Il convient donc de lui parler vrai pour l’avenir…

… Vois tu mon garçon tu n’es pas plus une personne de couleur, ni noir que tes copains sont blancs, car j’ai cherché en vain et je n’ai découvert la couleur ni des uns ni des autres….

… Tu apprendras plus tard que ce sont des constructions qui ont été mises en place par nos colonisateurs pour accentuer leur politique de domination et d’humiliation raciale…

 Désormais tu n’accepteras plus de personne les qualificatifs de noir ou gens de couleur et sur ces points tu seras très sévère avec tes interlocuteurs…

  Puis je lui narrai l’affaire ci-après/.  

Voilà quelques années, j’eus un accrochage avec ma hiérarchie professionnelle…

 … Vous ne ferez pas n’importe quoi avec un Nègre - ai-je dis à mon vis à vis, qui fut surpris par ma réplique. 

 ...Vous me vexez, monsieur, vous n’êtes pas un Nègre...

L’intéressé avait sans nul doute en tête tous les clichés et toutes les définitions du Larousse sur les personnes de ma race. Je vous invite donc  à vous y référer en analysant utilement des expressions telles que, nègre, négresse, négrillon, noir, blanc, édifiant n’est-ce pas ...  

A la fin de sa diatribe, tout juste s’il ne me délivra un certificat d’européanité en fonction de mes caractéristiques spécifiques, et surtout de ses propres critères.  

J’avais compris, 5 sur 5, et c’en était trop. Alors j’entrepris une opération en règle, une démonstration fracassante consistant à mettre les choses à plat, à démasquer l’Histoire habillée par l'indo- européen, en l’occurrence le Français, mieux vaut être précis, et se débarrasser de tout souci de convenance.  

Une histoire, disais-je, gommée de son contenu le plus barbare, au regard de mon peuple aliéné, soumis, de ma race humiliée, asservie par la France, entre autre puissance impérialiste, colonisatrice, raciste qui se présente en cette fin du 20e siècle comme la nation  des droits de l’Homme -voir à ce sujet Les caprices d’un fleuve-

Bref, une magistrale escroquerie intellectuelle, un hold-up sur les consciences à l’échelon de notre Humanité, mais qui demeure néanmoins un discours pour gogos de toute nature, dont ne se laissent abuser que celles et ceux, ces affidés de l’assimilationnisme qui ne prennent ni la peine, le temps de chercher, de comprendre, d’analyser, de réfléchir...se réfugiant de nos jours dans cette alchimie qu’est la diversité.   

A la fin de mon exposé, j’avais traversé plusieurs siècles d’Histoire, étayant mon argumentation de faits indiscutables, de dates précises, de cas de figure, de tableaux incontournables.  

Mon interlocuteur fut mis "K.O". debout, pantois, admiratif, mais pas convaincu, sous réserve d’inventaire, parce que ce n’était pas cette histoire là, qu'on lui avait inculquée durant ses années d’études et l’université.  

... Monsieur, c’est parce que je suis un Nègre, et donc conscient de nos valeurs, que j’ai mis les choses au point...

...Mais où est la différence...  me rétorqua-t-il.  

....Très simple, dis-je, un négrillon aurait accepté vos propos en rasant les murs. Chez nous ce sont des nègres blancs qui ont une façon particulière, voir singulière, de se comporter vis-à-vis de leurs sœurs et frères de race.

... Ainsi va le monde petit...Ce n’est ni la peau, ni le sexe qui fait la valeur d’un humain, mais sa capacité à être lui-même en toutes circonstances...et pour moi le NEGRE issu de ma race est un conquérant qu’il soit africain, caribéen, américain.

 Si tu ne défends pas ta race, ce n’est pas l'indo-européen qui le fera à ta place. Mon petit que tu apprennes très tôt à retourner les faits et les circonstances en ta faveur.  

Ecoute cela… Nous sommes en décembre 1805 au soir de la bataille d’Austerlitz, Napoléon 1er, pour les puristes, je précise bien Napoléon 1er, pour mieux situer ce personnage ayant été dénommé Bonaparte, consul, puis Napoléon Bonaparte, consul à vie et enfin empereur Napoléon 1er...

 Un personnage qui a rétabli l’Esclavage dans nos pays en 1802 pour la petite histoire…

… Napoléon 1er, disais-je, s’adressant à ses troupes tint ce langage /  

...Soldats, en un temps record, vous venez de triompher de cinq armées ennemies. En ce jour, vous avez couvert vos noms de gloires immortelles, et quand vous reviendrez sur le sol de France, il vous suffira de dire, j’étais à Austerlitz, pour qu’on dise de vous -c’est un brave-...

Et bien moi, ton oncle  je te dis, demain en toutes circonstances, tu devras te comporter comme un NEGRE et dire que tu es un NEGRE pour qu’on dise de toi,

 …c’est un homme, un conquérant…

 C’est cela la réhabilitation en marche…

 Léonce Lebrun

Informations supplémentaires