MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

Ils sont restés, revenus, ou venus faire fortune dans une Afrique pauvre, dit-on « indépendante « Ces personnes mènent la grande vie en autarcie. Ce sont les expatriés, gardiens d’un néo colonialisme qui prolonge un francafrique voulant  perdurer avec la complicité des dirigeants  corrompus.

Alors qu’en terre caraïbéenne, le touriste indo européen se comporte en terrain conquis...

A l’inverse il y cette population africaine venue  en Europe pour grossir la masse des sans papier à l’existence plus que précaire…

Et donc pour sortir de l’impasse, je leur conseille avec toutes les minorités ethniques (afro descendants, maghrébins, asiatiques) de tenter une plate-forme commune pour donner une existence concrète à ce Communautarisme tant vilipendé par toutes les tendances de l’échiquier politique national …

Edouard Glissand, premier anniversaire 

 

 

Le 3 Février 2011, Edouard Glissand quittait notre planète pour une destination inconnue, et pour la circonstance, Ernest Pépin, écrivain et Directeur des Affaires culturelles au Conseil Général de la Guadeloupe, avait composé un poème en hommage à Glissand, que je me fais un devoir de rediffuser ce jour, premier anniversaire en attendant l’exposition qui lui sera consacrée à Lyon du 5 au 17 Mars 2012 prochain, portant sur sa vie et la carrière littéraire de l’écrivain disparu.

Je n’ai pas toujours partagé certains points de vue de  Glissand,  en particulier l’antillanité, qui lui-même avait pris ses distances au regard des thèses de feu Aimé Césaire sur l’avenir politique de la Martinique, ainsi va le combat des idées...

 Mais j’ai toujours gardé un grand respect pour cet homme qui avait été expulsé de son pays dans les années 1960, en raison de ses convictions nationalo-indépendantistes, par un préfet disposant des pouvoirs de consul romain, en vertu d’une ordonnance scélérate du 15 Octobre 1960.

 Dans ma courte existence, j’ai relevé  que la vie est un grand théâtre qui malheureusement, accepte peu d’acteurs  sur sa scène, mais elle vaut la peine d’être vécue, car heureux les privilégiés qui auront découvert leur idéal et l’accomplir avec courage et intelligence, malgré les aléas incontournables du quotidien, suivant la pensée de Frantz Fanon.

Frantz Fanon précisément ,avec une journée spéciale en son hommage ce Samedi 4 Février  à Genève (Suisse) au titre de laquelle j’interviendrai avec la thématiqueFanon le révolutionnaire, un certain regard sur la Caraïbe…

Léonce Lebrun

 

Informations supplémentaires