MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

Dans aucun pays du Monde il n’y a un tel vocabulaire de marginalisation des minorités, qu’elles soient politiques ou sociétales, en vertu des diktats de la "Démocratie" qui impose la loi d'une majorité, certes légale, mais non légitime, d’un point de vue morale, car elle peut être idiote, obtenue sous le coût d’un enfumage  bien rodé, destiné aux naïfs d’un Système à bout de souffle…

... Et vous avez : communautarisme, diversité, populisme, islamisme radical,  radicalisation et le dernier né, terrorisme, dont le Pouvoir exploite politiquement les conséquences, avec le concours de médias affidés, tout  en  niant délibérément les causes, par exemple la destruction de l’Etat libyen….

Repentance...Résistance

 

 

En ce Dimanche 11 Mai 2014 qui me conduit à Grenoble ( France) sur cette route mouillée, tout peut arriver, une mauvaise appréciation du décor, un mauvais coup de volant, et c’est la fin du voyage pour l’Éternité…

Alors mon esprit vagabonde, et je reviens sans contestation sur ce 10 Mai dite journée nationale des Abolitions, et moi au cœur de l’Evènement, que puis-je en tirer comme enseignement.

Ais –je été à la hauteur de ce tribun, qui ne verse pas dans la langue de bois, pour ne pas déranger nos hôtes européens d’un jour, alors je tomberais dans la mouvance du bing bang cérébral, catastrophe… mais ce fut...

« « Ah ce Nègre, venu de quelle lointaine galaxie, qui ne tresse jamais de louange à notre mère patrie, piétine nos certitudes de race supérieure. tient un discours d’une insolence politique sans égale sur le Web….

…Que les flammes de l’Enfer lui soient réservées » »… rien que ça…

De fait après avoir fait observer une minute de silence en hommage à notre célèbre compatriote enseignant Louis Thomas Achille dont ce sera le 20éme anniversaire de sa mort (11 Mai 1994) entendu sa petite fille Véronique avec des propos émouvant et écouté ces notes de négro spirituel, je suis tombé d’une façon forte dans le vif du sujet…

Effectivement quand le 21 Mai 1981 le Président élu, François MITTERRAND, dépose au Panthéon, une rose sur la tombe de Victor Schœlcher, il ne s’adresse pas aux victimes afro descendants ; mais actualise d’une façon forte et sans détour le passé de son peuple qui n'a pas bâti autour des  seules fastes de Louis XIV et les victoires napoléoniennes…

Rude coup porté au mythe de « la patrie des droits de l’homme »…

Et je vous fais grâce de toutes les luttes menées par ci par là pour faite tomber ce Chappe de  silence entourant notre Histoire, une histoire faite de sang de larmes, d’humiliion, dont les séquelles psychologues touchant les Africains et les descendants de la Caraïbe mettront des longues générations avant d’être jugulées.

Il aura fallu attendre cette marche déterminante du 23 Mai 1998 à Paris qui permettra plus de 20ans après le geste du Panthéon pour la République de reconnaître ses crimes du passé, échelonnés sur plus de 4 siècles, concrétisés par cette fameuse loi du 10 Mai 2001, vidée de sa substance, contestée avant sa promulgation, et qui est loin d’avoir atteint ses objectifs…

Dans la foulée, ce dispositif a accouché de la journée nationale du 10 Mai pour commémorer les Abolitions, mais quelle abolition...américaine…brésilienne…mauritanienne, le plus sur moyen de noyer le poisson de la responsabilité nationale, car pour l’homme de la rue avec son mythe et tête, ces affreux racistes sont les Américains...avec leurs généraux, des amiraux afro-américains de 4 et 5 étoiles, ces magistrats de haut rang, ces cabinets d’avocats florissants, ces usines à la pointe du progrès, ces Maires de grande ville, sans compter les locataires actuels de la Maison Blanche à Washington,  des racistes comme ça j’en demande..

Alors un élu a décidé de ne pas satisfaire une loi de la République, c’est son droit, mais que dirait-on de ces milliers de responsables d’Exécutifs qui jouent la mémoire sélective, car pour eux ces gens là, nous, sommes des communautaristes, qui ne votent pas, et surtout n’invitent pas à des dîners spéciaux, ces politiciens de tous bords qui s’enfoncent dans la brèche pour éviter d’être taxés d’anti, par leur absence remarquée…

Car à ces élus, je leur dis avec fermeté que nos communautés ne versent pas dans la victimation, et que surtout nous ne faisons pas de notre Histoire douloureuse, un fonds de commerce, à coup de films sur les écrans toutes les semaines, sur ce plan je pense que nos amis(es) européens ne sont pas dupes et nombreux à partager ce point de vue …

Alors face à ce concept de repentance qui n’est pas d’actualité, j’oppose la notion de résistance..

Une résistance qui concerne toute la famille de la négritude...

Aux Africains et sa diaspora, ne sombrez pas dans le désespoir et le défaitisme, ayez un comportement de conquérant, que vos dirigeants cessent d’aller à Canossa pour régler les conflits du Continent au grand bonheur de la Puissance coloniale...

Que mes frères de la Caraïbe cessent de raser les murs, qu’ils cultivent une fierté par la connaissance et non le rêve et les plaisirs faciles

Que nous nous respections entre nous en cultivant le sens de la responsabilité, la rigueur et la solidarité, pour gagner ce sont les armes de la résistance que j’oppose à la repentance

Et pour moi est venu le temps de passer définitivement la main sur le management du 10 Mai, un 10 Mai au titre duquel sur le pont depuis 2006, avec un discours toujours fort qui n’a donné aucune place à la facilité et à la soumission au nom de tous les miens passés présents et à venir ..

Mais le combat continue sous d’autres formes

Léonce Lebrun

Et une vidéo appropriée de circonstance...à placer  éventuellement dans votre navigateur

Informations supplémentaires