MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

En pleine campagne électorale  des minorités ethniques sont visées directement par certains qui opèrent un rapide raccourci entre immigration et insécurité...

Mais en quoi ces minorités constituent une menace pour les institutions républicaines, et on finit par penser que leur regroupement tant redouté, peut constituer une force  politique non négligeable pour la défense des droits des personnes concernées, d’où la manouvre de les repousser dans la mouvance du  Communautarisme, synonyme de dévaluation sociétale…

Racisme et Antisémitisme

 

 

Voilà une association de mots bien mal assortis, un mariage contre nature, un hold-up intellectuel presque parfait, qui mérite qu’on s’y attarde, le temps d’une réflexion, pour démonter, le mécanisme de cet amalgame.

Les hommes politiques de tous bords, et les médias, sont promptes à associer hâtivement racisme et antisémitisme, à chaque incident touchant un membre de la communauté judaïque, et nous nous sommes demandés dans quel but.

 Car en fait il y a une vraie banalisation du phénomène discriminatoire à motivation raciale ; mais avant de poursuivre nous devons mettre en lumière le contenu, à notre sens, des facteurs qui caractérisent l’hypothèse raciste, et le concept antisémite

Le racisme

Il porte pour l’essentiel sur les aspects humains qui conduisent une personne, et bien évidemment une nation, à considérer que des individus qui ne sont pas de la même race, sont supposés être inférieurs, et peuvent par conséquent faire l’objet de toutes les brimades, y compris la destruction physique, si cela s’avérait nécessaire pour les intérêts de la nation supposée

Or l’Histoire nous révèle que seule la race Nègre, a fait l’objet d’un tel processus de haine, et de mépris conduisant un Continent de notre Humanité, à considérer que ses ressortissants assimilés à des marchandises, pouvaient être vendus, et utilisés en qualité d’esclave  loin de leurs racines.

Cette ignominie, qui fut reconnue tardivement comme crime contre l’Humanité par certaines nations occidentales, aura duré plus de quatre siècles, provoquant des millions de morts, et laissant tout un continent, l’Afrique, dans un tel état de ruine et de délabrement, qu’il lui faudra à nouveau des siècles, avant de retrouver son équilibre et son potentiel d’antan.

Qu’en à ses enfants, dispersés sur l’ensemble de la planète, ils mettront également une très longue période avant d’évacuer le traumatisme découlant de cette époque douloureuse.

Sauf à faire preuve d’une mauvaise foi hors du commun, il est clairement établi par l’Histoire, et les faits, que la traite négrière et l’Esclavage transatlantique, ont eu pour seul support, le racisme, dont certains ont tenté d’en donner une explication pseudo-scientifique voire même biblique.

L’Antisémitisme

Un concept que nous avons spécifié, dont le contenu paraît flou, et en tout cas mal définit, qui poussent certains analystes à faire état d’une affaire franco- française, nous y reviendront.

Car la personne qui se déclare victime d’une violence -antisémite- peut avancer quel argument pour étayer ses allégations… sa race, sa religion, ou tout autre motif qui échappe au commun des mortels

Si on retient l’argument de la religion, dans le pays où nous résidons, aucune personne de nos jours, ne peut prétendre être victime d’autrui en raison de sa foi, ou ses convictions religieuses.

S’agissant de la race, l’immense majorité des ressortissants de la communauté acquise au judaïsme relève de la raceindo européenne, du reste à supposé qu’une personne de race Nègre et de confession judaïque avérée, ait été victime d’une violence gratuite, quelle serait la base juridique de sa plainte

Or nous pouvons subodorer en l’espèce, que l’intéressé aurait été victime de ce délit, en raison de ses caractéristiques physiques propres.

Aux termes de cet exposé il est démontré que l’antisémitisme supposé, n’est pas du racisme, et que vouloir associer la dérive raciste à toute autre considération, relève d’une banalisation difficilement supportable, pour ceux et celles qui en sont les vrais victimes.

Nous ne méconnaissons l’Histoire extraordinaire de cette communauté qui a traversé les siècles malgré les embûches de toutes natures, en raison de la forte solidarité qui unit ses membres, un exemple à tenter d’approcher pour nous, les Nègres.

Cependant pour comprendre certains aléas du peuple hébreu, il convient de relever des faits, qui mériteraient un trop long développement.

En particulier dans la Palestine antique occupée par les Romains bien avant le début de l’ère chrétienne, les hébreux n’ont-ils pas attendu un messie qui les aurait délivré de cette colonisation romaine…

Mais l’homme providentiel né dans des conditions plus que misérables, n’était ni un roi, ni un chef de guerre, et l’Histoire nous indique qu’ils ne l’ont pas accepté.

Le choix inconsidéré à l’époque, malgré les exhortations de Pilate, proconsul représentant de Rome, au regard d’un homme qui n’était pas un criminel, n’aurait-il pas un lien de cause à effet avec leur dispersion, malgré le pardon diplomatique présenté par le Vatican

Car depuis la destruction du Temple de Jérusalem ,70 après J.C les hébreux ont dérivé de pays à d’autres, sans y trouver la sérénité, mais ils n’ont pas fait l’objet d’aucun statut particulier, sauf en Allemagne, durant la période du national-socialisme, et en France à l’époque du régime dit de Vichy.

Cela explique le sentiment de honte dont sont saisis les hommes politiques de ce pays, les poussant à accepter n’importe quel amalgame, alors que durant la même période, les habitants du Continent africain, et des territoires de la Caraïbe, étaient soumis à un colonialisme implacable...

... Les privant notamment de liberté politique, sauf pour être enrôlés dans un conflit mondial qui n’était pas le leur, au nom de la défense d'une certaine liberté et des intérêts de l’Occident, en vérité un bien curieux et triste paradoxe.

Cependant, ils n’ont jamais été privés d’âme, alors que cet élément immatériel n'a été reconnu aux Nègres de la Caraïbe qu’au matin du 28 Avril 1848….

Pourtant la communauté judaïque continue sa marche imperturbable, prétendant être le  -peuple élu -

Or cette prétention est difficilement acceptable, car tous les hommes de la notre planète ont un destin commun, à la recherche d’une même vérité, valable pour toutes et tous.

Dès lors, aucune race, aucune nation, aucun continent ne peut se prévaloir, être dépositaire d’un monopole spirituel, qui lui conférerait une quelconque supériorité par rapport aux autres femmes et hommes de notre Humanité.

En disant cela, nous touchant au cœur du différent opposant la communauté judaïque aux autres communautés religieuses ou civiles, et cela nous rappelle ce tableau biblique, opposant le publicain, humble dans son appréciation des choses de la vie, et le pharisien se vantant de ses qualités et de sa bénédiction prétendue...

Plus pratiquement, nous observons que la communauté en cause est l’une des plus structurées dans ce pays, et pour l’ensemble de l’Occident, disposant de lieux de prières protégés, d’écoles dispensant un enseignement spécifique, de relais influents dans tous les secteurs de la société.

 De stèles et mémoriaux pérennisant leur Histoire pour l’éternité, et de films diffusés en permanence et à profusion, pour rappeler au Monde, leur tragédie, transformant à bien des égards, le devoir de mémoire en un véritable fonds de commerce.

Face à tout ce luxe de protection la communauté noire dont l’Humanité lui est redevable d’un lourd tribut, ne peut opposer que son espoir qu’un jour les choses basculeront, comme jadis l’empire romain.

 Et en attendant, elle ne peut que souhaiter la fin de cet amalgame insupportable entre racisme et antisémitisme, ce qui éviterait qu’en étant habités par une haine raciale, certains fabriquent des délits imaginaires dont ils en seraient victime, en pointant du doigt les communautés maghrébines et afro caribéennes

 Léonce Lebrun

Informations supplémentaires