MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

Patrick Chamoiseau

 

 

Patrick Chamoiseau -né à Fort-de-France, 3 décembre 1953- est un écrivain français originaire de la Martinique.

 Auteur de romans, de contes, d'essais, théoricien de la créolité, il a également écrit pour le théâtre et le cinéma. Le prix Goncourt lui a été décerné en 1992. 

  Biographie

Après des études en France , inspiré par les travaux d'Édouard Glissant, Patrick Chamoiseau rentre en Martinique et s'intéresse de près à la culture créole. Il publie son premier roman en 1986.

 Il obtient la consécration en 1992 en gagnant le prix Goncourt pour son roman Texaco, une œuvre vaste présentant la vie de Martiniquais sur trois générations.

Il participe également à l'écriture de nombreux films dont Biguine -2004-, Aliker -2007-, Nord-Plage -2004- ou encore Le Passage du Milieu, 2009.

Œuvre

Le marqueur de paroles

 

Son œuvre dépeint les traits de la culture populaire martiniquaise, celle des petites gens et de leurs combats. Chronique des Sept misères évoque le triste destin des djobeurs, hommes à tout faire sur les marchés de Fort-de-France, dont la présence se fit de plus en plus rare avec la perte d'influence de ces mêmes marchés.

 Cet ouvrage déplore la disparition d'une créativité qui alimentait l'identité créole. Il dénonce avec Chronique des sept misères l'acculturation du peuple martiniquais, largement dû à la départementalisation.

Texaco explore l'histoire moderne de la Martinique. Ce roman revisite, d'une manière originale et rafraîchissante, l'épopée du petit peuple martiniquais à travers le récit du combat des habitants d'un bidonville située sur les hauteurs de Fort-de-France.

 Il évoque ainsi le combat pour la sauvegarde de certains modes de vie authentiquement créoles. Texaco est reconnu comme l'une des œuvres antillaises majeures de la fin du  XXè  siècle.

Cherchant à restituer les saveurs et les douleurs de l'existence caribéenne, l'auteur préfère cependant l'évocation du passé au détriment d'une trame se déroulant à une époque contemporaine

Chamoiseau interroge également les formes d'expression créole. Prenant acte de l'existence d'une culture créole essentiellement travaillée par l'oralité.

Il envisage le développement d'une littérature orale pour laquelle l'écrivain, héritant des tournures orales et des conteurs créoles, aurait pour rôle de s'ériger en  marqueur de paroles .Il évoque sa démarche littéraire et son itinéraire artistique dans un essai récent.

Œuvres autobiographiques

Il a évoqué son enfance dans une trilogie , Antan d'enfance -1990, Chemin d'école -1994- et À bout d'enfance -2005-

Engagements

Patrick Chamoiseau participe également à la création du manifeste de la créolité avec Jean Bernabé et Raphaël Confiant. Ce courant a un très grand retentissement, d’abord dans les milieux littéraires antillais, avec le ralliement relatif du Guadeloupéen Ernest Pépin, et l’intérêt de l’Haïtien René Depestre.

Chamoiseau écrit les scénarios de l'Exil du roi Behanzin -1994- Passage du milieu -2000-et Biguine -2004, tous trois réalisés par Guy Deslauriers.

 En 2007, il écrit le scénario du nouveau film de Guy Deslauriers retraçant la vie du journaliste André Aliker, qui fut assassiné alors qu’il s’apprêtait à dévoiler une affaire compromettante entre békés.

Ami d’Édouard Glissant, il cherche à développer avec celui-ci le concept de mondialité, en vue de traduire, sur le point de vue politique et poétique, une nouvelle conception du monde qui serait fondée sur l’ouverture des cultures, la protection des imaginaires des peuples, lesquels disparaissent lentement sous l’action uniformisatrice de la mondialisation.

Après avoir soutenu le NPA à sa création, il s’engage aux côtés du Front de gauche aux élections européennes de 2009

Informations supplémentaires