MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Péril noir, Paradis blanc, étrange…

 

Car dans ma naïveté et cette conception du réalisme, j’ai toujours considéré qu’il  y avait un PERIL et un PARADIS sans couleur et autre connotation raciale…

 Et pourtant, c’est  bien le fondement de ces concepts édités par des indoeuropéens 

qui  en même  temps réclament, vent debout, la suppression du mot RACE  dans la Constitution de 1958, une parfaite incohérence.

 

L’analyse est simple, dans la classification de races établit par le vainqueur …jaune, rouge, blanc, noir,  on observe que les appellations… jaune, rouge … ont disparu dans le langage courant, mais avec  la mise en orbite d’un petit nouveauu…le racisme anti -blanc

 

 

Et là encore dans ma conception étroite des réalités j’ai cru qu’il n’y avait qu’un Racisme dont les principales victimes historiques  et contemporaines, sont le Africains -sud,nord- et les Afro descendants dispersés sur l’ensemble de la Planète …

 

 

Ne restent plus en lice dans la hiérarchie des « couleurs humaines » que les indoeuropéens, qualifiés de « blanc » les Africains et descendants  présentés comme des «  noirs »...

 

... à tel point que les premiers désignés ont mille difficultés à prononcer le mot NEGRE qui signifie dans la tradition ancestrale…combat , conquérant etc…

 

 

Mais ce classement  « noir blanc » n’est pas innocent, d’aspect impérialo-colonialiste, avec le « blanc » synonyme de puissance d’arrogance et de domination, alors que le «  noir » est couvert du manteau de la soumission, de la pauvreté et la misère…

 

 Observez la gourmandise avec laquelle les médias de ce coté de l’Atlantique, utilisent l’épithète « noir ».cet homme noir, le paysan noir, l’avocat noir, le joueur  noir de l’équipe, l'artiste noir…etc

 

Mais, arrêtons ce besoin de supériorité raciale, cette soif d’humilier  l’autre en raison de son aspect physique, cette hypocrisie au pays des droits de l’homme, de l’égalité, liberté, et fraternité.

 

Il n’y  a pas plus de blanc que de noir ,mais des femmes et d’hommes qui poursuivent leur destin dans un Monde d’incertitude.

 

Quant à la problématique de race, je rappelle à toutes fins utiles que la France en tant que Nation a utilisé ce concept  pendant longtemps pour justifier la Traite négrière transatlantique et l’Esclavage des Africains déportés.

 

Alors c’est un peu tard pour déclarer urbi et orbi, que les races n’existent pas, sauf à saisir les 192 + 1...

 

...Membres de l’ONU, seule Instance mondiale,  appelés à  se prononcer par un vote unanime sur cette épineuse et dramatique mystère sociétal …

 

En nous rappelant dans nos analyses que la Grande ROME de valeurs et de civilisation aura sombré corps et bien dès le Vème siècle après J.C

Le Président OBAMA en campagne

 

 

 

Il y  eu le film…Le jour où la Terre s’arrêta… une excellente production de la MGM...Mais aussi en grandeur nature…

…Le jour où l’Amérique chavira…

 En effet, voici déjà quatre ans, nous assistions, incrédules ou émerveillés, à l’un des plus gigantesques combats politiques que les Etats-Unis d’Amérique aient connu depuis longtemps, pour la conquête du Bureau ovale à Washington ( USA) 

Avec en virtuel de part et d’autre du front , deux corps d’armée, composés des meilleurs marines de l’Armée américaine, divisés en escadrons et bataillons ultra mobiles, équipés de matos à la pointe du progrès, dirigés dans les états major et sur le terrain par de brillants généraux , des officiers supérieurs et des officiers de haut niveau, tous sortis de West Point ( Etat de New-York), la meilleure académie militaire du monde… une académie qui m’aura reçu pour un stage d’un an, avant de prendre le commandement suprême des forces révolutionnaires de la rébellion martiniquaise, à la demande expresse du G P R M , le Gouvernement provisoire de la République de la Martinique, en exil à Kingston (Jamaïque)

Rappelez vous cet épisode virtuel au cours duquel, sur dénonciation anonyme d’un négrillon, ma cachette et mon quartier général furent pris d’assaut par surprise, arrêté suivi d’un procès expéditif, je fus condamné à mort pour haute trahison, et fusillé à l’aube endeuillée d’un grand jour  de l’Histoire des luttes  anticolonialistes  du peuple martiniquais.

 Après mon exécution , quand ce séjour à West Point fut ébruité, s’en suivit une crise diplomatique sans précédant entre les deux pays, à l’occasion de laquelle Paris accusa les Etats-Unis  d’avoir financé et contribué à la formation tactique et technologique à la guérilla urbaine, de l'un des plus redoutable et dangereux nationaliste martiniquais… avec le temps, viendra la réconciliation de ces "deux amis ennemis" de plus de deux cent ans…

Vous qui passez à la Martinique, ne manquez pas de visiter le mausolée toujours bien fleuri de l'Homme qui a su dire NON à un système qui n'était pas le sien, ni celui de son peuple...

 Mais revenons sur terre pour relever qu’avec le discours tenu à Philadelphie ce 15 Mars 2008 , que je rediffuse ce jour avec un grand intérêt, qui garde toute son actualité, la cause serait entendue à brève échéance… l'Amérique allait chavirer...

Car Hilary Clinton jeta l’éponge dès la fin Mai , se retirant de l’arène, d’un combat politique de tétranosaure, pour lequel  vaincue certes ,elle n’avait pas démérité loin s’en faut, deux démocrates, que ce choix fut cornélien, avec les mêmes valeurs, à compétences égales, c'est dans ces moments que l'on se rend compte du caractère cruel d' un destin...

Madame Hilary Clinton qui a reçu malgré tout  les honneurs justifiés de ce champ de bataille, laissera pour l'Histoire des Etats unis, le souvenir d’une très Grande Dame.

Et voici à nouveau le Président Barack Obama en campagne pour le renouvellement de son mandat, car durant les quatre années écoulées rien n’aura été épargné à cet homme, par les médias de ce côté de l’Atlantique, lui reprochant de ne pas marcher sur l’eau, en reproduisant les miracles d’il y a plus de 2000 ans en terre palestinienne.

En réalité, je subodore sans risque de me tromper qu’il n 'a pas été pardonné à un corps électoral composé de plus de 80% d’indo européens, d’avoir envoyé à la Maison Blanche un Afro américain, alors que dans ce pays, aucun Nègre ou Maghrébin de quelle que origine, n’aura accès à l’Elysée( France)  ou à d’autres centres significatifs de pouvoir civil et militaire, la question centrale,  le débat de fond sont à ce niveau sociétal et pas ailleurs, au pays des droits de l'homme, cela fait désordre dit-on

 En tout cas les Etats-Unis d’Amérique, malgré les défauts qu’on peut leur  reconnaître, demeurent en pôle position dans tous les paramètres de notre Monde, et aux détracteurs de Barack Obama, je leur donne rendez vous dans la nuit du 7 Novembre 2012 prochain...

 Léonce Lebrun

Informations supplémentaires