MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

Race es  tu là …

 

Incroyable, sous la poussée de groupuscules frustrés, le Pouvoir a cédé en soustrayant de la Constitution française de 1958, le mot…RACE…une "bien "belle victoire sociétale"", qui fera disparaître toutes les expressions à connotation raciale….

Mais dans leur immense majorité, les citoyens de ce pays se moquent de ces réformes à zéro centime d’euro, ce qui n’empêchera  pas l’homme de la rue peu ou pas informé, de voir dans l’Africain ou l’Afro descendant qui passe…

 

 « Un  Noir », faisant partie des «  gens de couleur » , au journaliste sportif, de désigner dans son reportage, «  le Noir de l’équipe », «  le Noir du barreau » chez les  avocats, cette belle « chanteuse Noire » dans le monde artistique  la ou le Ministre noir(e) au Gouvernement ,une présentation non exhaustive.

 

Bref, un besoin morbide de bien mettre en relief la différence entre l’Africain et l’Afro descendant, en lui « collant » une couleur de peau « imaginaire » marquant la différence et son infériorité supposée, par rapport à monsieur tout le monde de race indo européenne

 

…circulez, le compte est bon, il n’y a plus rien à voir…

 

… et moi je dis NON, à cet enfumage racial, une escroquerie intellectuelle de haut niveau…

 

… car en vertu de quel pouvoir, un pays peut modifier unilatéralement un marqueur de l’espèce humaine, remontant à la nuit des temps…

 

… en fait ce retrait de mot ,intéresse t-il l’Asiatique (jaune) et l’Amérindien (rouge)  qui font partie intégrante de notre Humanité mais dont l’appellation a disparu dans la mémoire commune, ne restent plus en lice que l’Indo européen et le  gre

 

 … c’est précisément à cette mouvance que s’adresse la réforme à deux balles, pour lui donner l’illusion de la fin des différences...

 

... que voici  venu le nouveau monde avec son partage de l’Egalité et la Fraternité

 

…oui, vraiment une drôle d'illusion…

 

…et pour un rappel utile de l’Histoire, la France en tant que Nation, a  fortement utilisé le concept de race pour justifier la Traite négrière et l’Esclavage, dans un contexte d’infériorité de l’Homme africain

 

...alors la fin du mot «  race » relève de la mystification pure et simple, dont Africains et afro descendants, devraient prendre garde, afin de ne pas sombrer dans la même naïveté que nos ancêtres....

 

...Que comme Césaire Aimé, nous pourrons dire avec  fièrté...

 

...Le Nègre vous emmerde...

Le Président OBAMA en campagne

 

 

 

Il y  eu le film…Le jour où la Terre s’arrêta… une excellente production de la MGM...Mais aussi en grandeur nature…

…Le jour où l’Amérique chavira…

 En effet, voici déjà quatre ans, nous assistions, incrédules ou émerveillés, à l’un des plus gigantesques combats politiques que les Etats-Unis d’Amérique aient connu depuis longtemps, pour la conquête du Bureau ovale à Washington ( USA) 

Avec en virtuel de part et d’autre du front , deux corps d’armée, composés des meilleurs marines de l’Armée américaine, divisés en escadrons et bataillons ultra mobiles, équipés de matos à la pointe du progrès, dirigés dans les états major et sur le terrain par de brillants généraux , des officiers supérieurs et des officiers de haut niveau, tous sortis de West Point ( Etat de New-York), la meilleure académie militaire du monde… une académie qui m’aura reçu pour un stage d’un an, avant de prendre le commandement suprême des forces révolutionnaires de la rébellion martiniquaise, à la demande expresse du G P R M , le Gouvernement provisoire de la République de la Martinique, en exil à Kingston (Jamaïque)

Rappelez vous cet épisode virtuel au cours duquel, sur dénonciation anonyme d’un négrillon, ma cachette et mon quartier général furent pris d’assaut par surprise, arrêté suivi d’un procès expéditif, je fus condamné à mort pour haute trahison, et fusillé à l’aube endeuillée d’un grand jour  de l’Histoire des luttes  anticolonialistes  du peuple martiniquais.

 Après mon exécution , quand ce séjour à West Point fut ébruité, s’en suivit une crise diplomatique sans précédant entre les deux pays, à l’occasion de laquelle Paris accusa les Etats-Unis  d’avoir financé et contribué à la formation tactique et technologique à la guérilla urbaine, de l'un des plus redoutable et dangereux nationaliste martiniquais… avec le temps, viendra la réconciliation de ces "deux amis ennemis" de plus de deux cent ans…

Vous qui passez à la Martinique, ne manquez pas de visiter le mausolée toujours bien fleuri de l'Homme qui a su dire NON à un système qui n'était pas le sien, ni celui de son peuple...

 Mais revenons sur terre pour relever qu’avec le discours tenu à Philadelphie ce 15 Mars 2008 , que je rediffuse ce jour avec un grand intérêt, qui garde toute son actualité, la cause serait entendue à brève échéance… l'Amérique allait chavirer...

Car Hilary Clinton jeta l’éponge dès la fin Mai , se retirant de l’arène, d’un combat politique de tétranosaure, pour lequel  vaincue certes ,elle n’avait pas démérité loin s’en faut, deux démocrates, que ce choix fut cornélien, avec les mêmes valeurs, à compétences égales, c'est dans ces moments que l'on se rend compte du caractère cruel d' un destin...

Madame Hilary Clinton qui a reçu malgré tout  les honneurs justifiés de ce champ de bataille, laissera pour l'Histoire des Etats unis, le souvenir d’une très Grande Dame.

Et voici à nouveau le Président Barack Obama en campagne pour le renouvellement de son mandat, car durant les quatre années écoulées rien n’aura été épargné à cet homme, par les médias de ce côté de l’Atlantique, lui reprochant de ne pas marcher sur l’eau, en reproduisant les miracles d’il y a plus de 2000 ans en terre palestinienne.

En réalité, je subodore sans risque de me tromper qu’il n 'a pas été pardonné à un corps électoral composé de plus de 80% d’indo européens, d’avoir envoyé à la Maison Blanche un Afro américain, alors que dans ce pays, aucun Nègre ou Maghrébin de quelle que origine, n’aura accès à l’Elysée( France)  ou à d’autres centres significatifs de pouvoir civil et militaire, la question centrale,  le débat de fond sont à ce niveau sociétal et pas ailleurs, au pays des droits de l'homme, cela fait désordre dit-on

 En tout cas les Etats-Unis d’Amérique, malgré les défauts qu’on peut leur  reconnaître, demeurent en pôle position dans tous les paramètres de notre Monde, et aux détracteurs de Barack Obama, je leur donne rendez vous dans la nuit du 7 Novembre 2012 prochain...

 Léonce Lebrun

Informations supplémentaires