MOI2

Le point de vue de Léonce Lebrun 

 

Le Communautarisme

 

Pour qui sonne le glas, ce titre  de l’excellent roman de feu Ernest Emilegay,brillant écrivain  américano -cubain qui nous a projeté dans l’enfer de le guerre civile espagnole -1936-1939, gagnée par les nationaliste, que le 20ème siècle a connue depuis la guerre de cessession américaine de 1860 à1865 remportée par les yankee du Nord…

 

et si nous ne prenons pas garde  ,un tel scénario catastrophe n’est pas exclu à terme en terre française de l’Europe…

 

…car depuis quelque temps nous assistons à un déchainent de comportements  et de propos qui frisent l’intolérance, rapportés sans discernement par des média affidés au Pouvoir en place…

 

… des adversaires politiques sont traités comme des ennemis de la République…

 

… bref, silence dans les rangs, on ne veut voir qu’une seule tête, aucune opposition n’est tolérée…

 

…les races n’existent pas (version française) mais dans les médias on insiste particulièrement sur l’aspect physique de certaines personnes, l’écrivain « noir » l’avocat « noir » l’artiste « noir » pour sans doute marquer la différence, une supériorité supposée de l’indo européen …pitoyable…

 

…allons donc, que l’on cesse  de considérer  les Africains et autres afrodescendants comme des zombis …

 

… et voilà  qu’après avoir dénié aux masses le droit de contester la gouvernance de minorités privilégiées, en les refoulant dans une opposition insultante dite populiste…

 

… on ne reconnait pas  le droit à certaines minorités ethniques de se regrouper pour échapper dans ce pays, avec un climat d’arrogance et d’intolérance, en les cantonnant dans le concept de communautarisme

 

mais au fait de quoi s’agit-il….

 

 …immigration, communautarisme insécurité …

 

 …un triptyque  inconcevable et inacceptable dans une Société, une  Nation de civilisation...

 

wwwxxxwwwxxxwwwxxx la suite , prochainement 

 

Viendra le temps

 

 

...J’ai pour coutume de dire que les hommes sont de moins en moins courageux depuis l’invention de la poudre à canon, mais avec ce coup de tonnerre sous le ciel du Maghreb, je suis contraint pour un temps, de réviser ce jugement.

Il y a des jours, où l'on éprouve de la fierté d’être de ce Monde pour saluer le courage…

Car du courage il fallait en avoir, et comme jadis le peuple haïtien en 1804, le peuple de Tunisie en 2011 a recouvré la qualité de grand peuple devant l’Histoire ; ce n’est pas l’espace géographique et l’influence géopolitique qui confèrent de la dimension certaine  à une Nation, mais la capacité surréaliste de ses habitants à un moment décisif de dire Non pour servir d’exemple à toute l’Humanité.

Tant qu’il y aura des hommes de cette trempe, le Monde poursuivra sa route en toute quiétude.

Ce sont les hommes qui font l’Histoire, histoire d’un jour, histoire d’une heure, histoire d’une seconde,  une Histoire qui retentit à jamais dans l’Eternité…

Et je me prends à rêver... La croisade militaire du nom de code BEHANZIN que j’ai initiée, lire  sur AFCAM, menu point de vue,Opération BEHANZIN aurait-elle débuté d’une façon implacable et inattendue en terre tunisienne, avec la chute brutale les uns après les autres, de tous ces dictateurs, ces corrompus en tous genres sur l’ensemble du Continent africain, malgré la cupidité et le soutien coupable de certaines nations de l’Occident…

Par la suite, l’union s’imposerait d’elle-même comme étant la solution incontournable, pour permettre à l’Afrique de prendre rang parmi les grands de ce Monde, en toute légitimité.

Voilà une hypothèse fort plausible qui devrait conduire à une certaine réflexion, mes frères de la diaspora africaine en Europe, pendant qu’il est encore temps.

Je voudrais poursuivre, en remémorant ce coup de tonnerre du 4 Novembre 2008, ponctué par le mémorable 20 Janvier 2009 sous le ciel glacial de Washington, que j’avais salué en son temps avec le message sous le titre... Ce jour là et que je rediffuserai  sans doute pour l’ échéance proche du 20 Janvier 2013, suivant le titre  cinq ans et on avance

Tant qu’il y aura des hommes…

 

Léonce Lebrun

Informations supplémentaires