MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

Ils sont restés, revenus, ou venus faire fortune dans une Afrique pauvre, dit-on « indépendante « Ces personnes mènent la grande vie en autarcie. Ce sont les expatriés, gardiens d’un néo colonialisme qui prolonge un francafrique voulant  perdurer avec la complicité des dirigeants  corrompus.

Alors qu’en terre caraïbéenne, le touriste indo européen se comporte en terrain conquis...

A l’inverse il y cette population africaine venue  en Europe pour grossir la masse des sans papier à l’existence plus que précaire…

Et donc pour sortir de l’impasse, je leur conseille avec toutes les minorités ethniques (afro descendants, maghrébins, asiatiques) de tenter une plate-forme commune pour donner une existence concrète à ce Communautarisme tant vilipendé par toutes les tendances de l’échiquier politique national …

Une Histoire du Monde Nègre

 

 

Vous avez relevé qu' Haïti et l’Afrique sont souvent à l’affiche sur afcam.org

 

 Effectivement, ils y reviendront encore et encore tenant compte  de  l’Actualité, s’agissant de Haïti dont le dernier séisme a marqué les esprits, l’Histoire ce pays ne peut être traitée à la légère, à ce propos avait circulé une pétition dans laquelle, les Haïtiens ont exigé une dette évaluée à 20 Milliard  de dollars…

 

On comprend que le Traité de Versailles de 1919, a  acculé l’Allemagne prussienne à une grande misère, par le jeu des lourdes réparations mises à la charge d’un ennemi vaincu qui reviendra plus tard  avec force en Septembre 1939, par contre un esprit normal ne peut admettre qu’on ait fait payer à un vainqueur, le prix de sa victoire, son indépendance, sa liberté sa souveraineté

 

 Or telle est la situation de la nation haïtienne qui a versé à l’ex puissance coloniale présente à Saint Domingue jusqu’à la fin 1803,  le tiers de son budget annuel pendant trois quart de siècle, à titre de sanction pour son crime de lèse majesté, dont le remboursement est exigé de nos jours, comme étant une dette indue.

 

La  connaissance de ces faits conduit les uns et les autres, à moins de condescendance au regard du peuple haïtien en particulier mes compatriotes de la Guadeloupe et la Martinique, victime de l’assimilation et de manipulation colonialiste.

En ce qui concerne   l Afrique de l’Ouest qui a commémore les 50 ans d’un échec absolu sur les plans, politique, économique, sociale et militaire, je recommande aux Africains le fameux discours de Brazzaville mis en ligne sur AFCAM.

 

 Ils comprendront à la lecture du document, que ce Continent était voué à une tutelle éternelle, une analyse qu’aucun homme politique de gauche ou de droite ne peut récuser, à moins qu’il soit dominé par une mauvaise foi impérialiste, ou une méconnaissance totale de la géo politique.

 

Profitant de cet évènement AFCAM avait  publié sous forme de découverte la situation d’un territoire de l’Afrique ou du Maghreb,  avec ses personnalités marquantes, dont à juste titre le Sénégal, pays phare du Continent avec, Cheick Anta Diop, ce grand savant qui n’a  cessé toute sa vie, de se battre pour la dignité du Monde Nègre, à travers ses nombreuses recherches et publications.

 

Pour ce mois vous découvrirez le Mali et le parcours de Modibo Kéita,  ce remarquable panafricaniste, ce grand Malien  dont la lutte a été exemplaire pour le respect du Nègre.

Enfin AFCAM  publiera prochainement «  Demain sera », sous forme d’un éditorial qui fera date.

 

Il est à noter au passage qu'un tel éditorial conduit à un exercice remarquable qui met en exergue, la capacité de l’auteur/

 

- à se replonger dans le passé, pour mettre en lumière les non-dits, ces vérités qui troublent, bien entendu, il n’est pas mû par le souci  de plaire aux uns ou de déplaire aux autres, mais de forcer la réflexion, et peut être une prise de conscience pour certains.

 

- porter un regard sans complaisance sur le monde contemporain à travers la connaissance du passé

 

- se projeter dans l’avenir, quand bien même il serait incertain.

 

Car « Demain sera » consiste à décrire ce qui s’est fait, ce qui perdure, et ce qui demain ne sera plus tolérable.

 

Léonce Lebrun                        

Informations supplémentaires