MOI2

 Le blog de Léonce Lebrun

En pleine campagne électorale  des minorités ethniques sont visées directement par certains qui opèrent un rapide raccourci entre immigration et insécurité...

Mais en quoi ces minorités constituent une menace pour les institutions républicaines, et on finit par penser que leur regroupement tant redouté, peut constituer une force  politique non négligeable pour la défense des droits des personnes concernées, d’où la manouvre de les repousser dans la mouvance du  Communautarisme, synonyme de dévaluation sociétale…

28 MAI 1802...

 

 

Toute personne  responsable a doit à des repères, à fortiori le citoyen engagé dans des combats difficiles, en premier lieu pour tout NEGRE digne de ce qualificatif, la recherche de l’émancipation du Monde Nègre dans sa globalité, face à la main mise néfaste de l’ Occident, grâce à l’émergence d’une puissante nation africaine, disposant d’un haut potentiel économique et militaire, une perspective qui donne le frisson dans certains milieux occidentaux, opposés à toute évolution par le haut de notre Humanité, considérant suivant leur conception qu’on ne peut pas refaire l’HISTOIRE…

 

Mon Histoire, faite de sang, de souffrance, d’humiliation de larmes, allant de Gorée ( Afrique) vers la Caraïbe et les Amériques ; néanmoins une Histoire  écrite par le vainqueur, en  l’occurrence le colonisateur,  qu’il appartient à chaque esprit averti, d’analyser de décortiquer, en vue d’une exploitation appropriée au titre de ses engagements sur le terrain…en vertu d'un principe universel, que si on veut savoir où l'on va , il faut connaître d' où on vient...

 

Et donc le concept de repère qui a une connotation avec les évènements de l’Histoire, peut revêtir un contenu philosophique subjectif  partisan, en partant du 21 Janvier 1793 ( exécution de Louis XVI)  2 Décembre 1805 ( le triomphe napoléonien à Austerlitz )  11 Novembre 1918 ( première armistice)  6 Juin 1944  ( débarquement des Alliés en Normandie)  8 Mai  1945 ( deuxième armistice) etc. et  évidemment le 28 Mai 1802 objet de ce message…

 

En me réveillant ce matin 28 Mai 2012, je me suis reporté à 210 ans en arrière, visionnant avec un pincement au cœur, le théâtre des opérations à la Guadeloupe, lieu d’un drame épouvantable, en me remémorant que des femmes des hommes ce jour s'étaient réveillés avec l’aurore et l’aube, et avaient rendez vous au soir à tout jamais, avec le crépuscule des dieux…

 

Mais pour mériter un tel destin funeste, quel était le crime de ces volontaires de la mort.

 

Evidemment le colonisateur n’a pas cessé depuis, de réduire, voir même de détruire la portée de cet immense sacrifice, de combattants qui avaient décidé de laisser leur terre chérie la Guadeloupe, au lieu de leur vivant, de se retrouver avec les chaînes de l Esclavage.

 

Revenons à cette journée du 28 Mai 1802, à cette époque de l’année il a dû faire chaud à la Guadeloupe, le Colonel DELGRES en officier supérieur averti sait que la situation est désespérée, les hommes sont fatigués, l’ennemi est en surnombre, convaincu de sa victoire, il n’y aura pas de quartier…

 

Alors il décide avec ses soldats encore vivants de se donner la mort.

 

A ce stade, sans remettre fondamentalement en cause le sacrifice de ces hommes, je me suis souvent posé cette même question… la décision de DELGRES était elle justifiée d’un point de vue tactique et stratégique…et question subsidiaire, de nos jours, placé devant un cas de figure identique, qu’aurai- je fait en ma  qualité de chef suprême de la rébellion… l’Histoire de cette épopée tragique, eût été écrite autrement.

 

 

La réponse est simple et n’appelle aucune ambigüité, avec les hommes en état de se battre, la lutte aurait été poursuivie jusqu’au dernier soldat valide, en infligent d’un point de vue stratégique, le maximum de pertes lourdes à l’ennemi, sachant que je mourrai le dernier à la tête de mes compagnons de combat.

 

 

Des cas semblables de faits héroïques jonchent l’Histoire, qu’on se rappelle la Bataille d'Alamo (Mexique) nous sommes en Mars 1836, 190 texans, tous massacrés, auront permis grâce à leur sacrifice de vaincre l’armée hyper équipée du dictateur le généralissime Santa Anna, permettant à la province du Texas d’arracher son indépendance, pour devenir plus tard un Etat américain.

 

Pour être complet sur l’esprit du 28 Mai 1802, j’ajouterai à juste titre que nos frères guadeloupéens de l’époque n’étaient pas animé du désir absolu de recouvrer leur liberté totale et l’indépendance de la Guadeloupe , ces hommes étaient à la recherche d’une même égalité de traitement de citoyen comme les Européens, qu’ils auront  obtenu peu ou prou  46 ans après, par un simple décret du 27 Avril 1848 , grâce à la révolte en amont du peuple martiniquais, et l’on comprend mieux le mode de fonctionnement actuel et les résultats sur le plan politique au regard de la remise en cause de la loi du 19 Mars 1946…

 

En la matière et comme nos frères africains vis-à-vis de la construction de leur  Continent, nous sommes condamnés pour longtemps à pratiquer la stratégie de l’écrevisse dont celles et ceux ayant observé le comportement de ce crustacé dans les rivières, ont capté le message.

 

Car le peuple haïtien placé dans la même situation, a été jusqu’au bout d’une certaine logique de la liberté des hommes, en arrachant son indépendance les armes à la main, faisant de ce territoire de  la Caraïbe, la première nation de l’Histoire des luttes révolutionnaires anti colonialistes depuis le  Premier Janvier 1804…une nation au titre de laquelle l'ex- puissance coloniale est redevable de milliards de dollars, pour des sommes versées indûment durant les trois quart du 19è siècle, soit une rançon  ( la dette) consécutive à la couverture financière de l'indépendance....

 

Et dans l’imaginaire individuel et collectif des peuples guadeloupéens et martiniquais que reste t-il du souvenir des Hommes qui ont fait  notre Histoire, couvrant leurs noms au combat, de gloires immortelles, tels que les...

 

...Toussaint, Dessalines, Delgrès, Masoto, Ignace, tant d'autres  et plus prêt de nous, contemporains, Machoro le canaque, mort pour l’indépendance de la KANAKY, son pays

 

 Ainsi donc en ce jour du 28 Mai 2012, pour ces disparus sans sépulture, il n’y aura ni dépôt de gerbe, ni  discours officiel, pas plus que de sonneries au mort  …

 

 Mais il s’est trouvé un NEGRE qui se souvient,  se souviendra toujours, car les héros sont éternels, en somme…

 

un NEGRE marron, des temps moderne.

 

 Léonce Lebrun

Informations supplémentaires