MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

Race es  tu là …

 

Incroyable, sous la poussée de groupuscules frustrés, le Pouvoir a cédé en soustrayant de la Constitution française de 1958, le mot…RACE…une "bien "belle victoire sociétale"", qui fera disparaître toutes les expressions à connotation raciale….

Mais dans leur immense majorité, les citoyens de ce pays se moquent de ces réformes à zéro centime d’euro, ce qui n’empêchera  pas l’homme de la rue peu ou pas informé, de voir dans l’Africain ou l’Afro descendant qui passe…

 

 « Un  Noir », faisant partie des «  gens de couleur » , au journaliste sportif, de désigner dans son reportage, «  le Noir de l’équipe », «  le Noir du barreau » chez les  avocats, cette belle « chanteuse Noire » dans le monde artistique  la ou le Ministre noir(e) au Gouvernement ,une présentation non exhaustive.

 

Bref, un besoin morbide de bien mettre en relief la différence entre l’Africain et l’Afro descendant, en lui « collant » une couleur de peau « imaginaire » marquant la différence et son infériorité supposée, par rapport à monsieur tout le monde de race indo européenne

 

…circulez, le compte est bon, il n’y a plus rien à voir…

 

… et moi je dis NON, à cet enfumage racial, une escroquerie intellectuelle de haut niveau…

 

… car en vertu de quel pouvoir, un pays peut modifier unilatéralement un marqueur de l’espèce humaine, remontant à la nuit des temps…

 

… en fait ce retrait de mot ,intéresse t-il l’Asiatique (jaune) et l’Amérindien (rouge)  qui font partie intégrante de notre Humanité mais dont l’appellation a disparu dans la mémoire commune, ne restent plus en lice que l’Indo européen et le  gre

 

 … c’est précisément à cette mouvance que s’adresse la réforme à deux balles, pour lui donner l’illusion de la fin des différences...

 

... que voici  venu le nouveau monde avec son partage de l’Egalité et la Fraternité

 

…oui, vraiment une drôle d'illusion…

 

…et pour un rappel utile de l’Histoire, la France en tant que Nation, a  fortement utilisé le concept de race pour justifier la Traite négrière et l’Esclavage, dans un contexte d’infériorité de l’Homme africain

 

...alors la fin du mot «  race » relève de la mystification pure et simple, dont Africains et afro descendants, devraient prendre garde, afin de ne pas sombrer dans la même naïveté que nos ancêtres....

 

...Que comme Césaire Aimé, nous pourrons dire avec  fièrté...

 

...Le Nègre vous emmerde...

 

Le Mercantilisme

 

Doctrine économique préconisant l’enrichissement des nations au moyen du commerce extérieur.

Entre la scolastique et le libéralisme

Le courant mercantiliste se développa entre le XVIe et XVIIIe siècle, principalement en Grande-Bretagne avec Thomas Mun, Josiah Child, John Locke, James Steuart et John Law, en France avec Jean Badin, Antoine de Montchrestien, Richard Cantillon et Gérard de Malynes et en Espagne L. Ortiz.

Souvent liés aux milieux d’affaires ou même engagés dans les grandes sociétés de négoce international comme l’East India Company, ces économistes rompirent avec l’attitude religieuse ou morale des penseurs scolastiques du Moyen Âge à l’égard de l’activité économique.

La légitimation de l’enrichissement personnel les conduisit à rechercher les moyens les plus favorables à celui-ci, et ils préfigurent en cela le raisonnement économique autonome.

L’activité économique n’est pas considérée par les mercantilistes comme relevant de la seule initiative individuelle.

Il existe en effet une convergence entre l’intérêt des marchands, qui peuvent obtenir protection et monopole, et celui de l’État, dont la puissance politique et militaire dépend du développement de la production et du commerce.

 Cette alliance entre les marchands et l’État, qui est centrale dans l’enrichissement de la nation, contraste avec l’image de la main invisible du marché qu’imposa le libéralisme à partir d’Adam Smith.

C’est d’ailleurs contre le mercantilisme que celui-ci jeta les bases de l’école classique anglaise, et le colbertisme, variante française du mercantilisme, fut également attaqué par la physiocratie.

 

Le Racisme

Informations supplémentaires