MOI2

 Le point de vue de Léonce Lebrun  

 

Race es  tu là …

 

Incroyable, sous la poussée de groupuscules frustrés, le Pouvoir a cédé en soustrayant de la Constitution française de 1958, le mot…RACE…une "bien "belle victoire sociétale"", qui fera disparaître toutes les expressions à connotation raciale….

Mais dans leur immense majorité, les citoyens de ce pays se moquent de ces réformes à zéro centime d’euro, ce qui n’empêchera  pas l’homme de la rue peu ou pas informé, de voir dans l’Africain ou l’Afro descendant qui passe…

 

 « Un  Noir », faisant partie des «  gens de couleur » , au journaliste sportif, de désigner dans son reportage, «  le Noir de l’équipe », « le Noir du barreau » chez les  avocats, cette belle « chanteuse Noire » dans le monde artistique  la ou le Ministre noir(e) au Gouvernement ,une présentation non exhaustive.

 

Bref, un besoin morbide de bien mettre en relief la différence entre l’Africain et l’Afro descendant, en lui « collant » une couleur de peau « imaginaire» marquant la différence et son infériorité supposée, par rapport à monsieur tout le monde de race indo européenne

 

…circulez, le compte est bon, il n’y a plus rien à voir…

 

… et moi je dis NON, à cet enfumage racial, une escroquerie intellectuelle de haut niveau…

 

… car en vertu de quel pouvoir, un pays peut modifier unilatéralement un marqueur de l’espèce humaine, remontant à la nuit des temps…

 

… en fait ce retrait de mot ,intéresse t-il l’Asiatique (jaune) et l’Amérindien (rouge)  qui font partie intégrante de notre Humanité mais dont l’appellation a disparu dans la mémoire commune, ne restent plus en lice que l’Indo européen et le  gre

 

 … c’est précisément à cette mouvance que s’adresse la réforme à deux balles, pour lui donner l’illusion de la fin des différences...

 

... que voici  venu le nouveau monde avec son partage de l’Egalité et la Fraternité

 

…oui, vraiment une drôle d'illusion…

 

…et pour un rappel utile de l’Histoire, la France en tant que Nation, a  fortement utilisé le concept de race pour justifier la Traite négrière et l’Esclavage, dans un contexte d’infériorité de l’Homme africain

 

...alors la fin du mot «  race » relève de la mystification pure et simple, dont Africains et afro descendants, devraient prendre garde, afin de ne pas sombrer dans la même naïveté que nos ancêtres....

 

...Que comme Césaire Aimé, nous pourrons dire avec  fièrté...

 

...Le Nègre vous emmerde...

La Civilisation

 

Ensemble des traits artistiques, techniques, socioculturels, politiques, religieux et matériels qui caractérisent une société humaine. Le mot de civilisation apparut en français au XVIIIe siècle, et fut adopté ensuite par les autres langues européennes.

Il dérivait du mot civil, lui-même emprunté au latin civilis , qui concerne les citoyens ou l’État , et désignait l’ensemble des caractères communs aux sociétés évoluées, par opposition aux sociétés rurales et non policées.

Le mot introduisait donc un jugement de valeur, le civilisé  s’opposant au  primitif . L’époque de l’apparition de la notion, celle du siècle des Lumières, explique la signification exclusive que les Européens, alors au faîte de leur rayonnement culturel et économique, lui attribuèrent.

Ainsi le philosophe Friedrich Hegel écrivit-il à propos de l’Afrique sub saharienne, -- Ce continent n’est pas intéressant du point de vue de sa propre histoire, mais par le fait que nous voyons l’homme dans un état de barbarie et de sauvagerie qui l’empêche encore de faire partie intégrante de la civilisation-- ,  La Raison dans l’histoire, 1822.

 

Culture et civilisation

Cependant, certains courants de pensée, notamment allemands, tendirent rapidement à affiner la notion et introduisirent l’idée de culture définie comme l’ensemble des connaissances transmises à un groupe humain.

La diversité des cultures ou des civilisations (en français, on emploie l’un ou l’autre mot, indifféremment fut donc progressivement reconnue, donnant lieu à diverses tentatives de classifications.

 Celle de l’ethnologue Edward B. Tylor, qu’il exposa dans la Civilisation primitive , 1881, était fondée sur la conception , technologique  d’une évolution linéaire de l’humanité.

Elle proposait trois stades , état sauvage, barbare et de civilisation, ultérieurement affinés et décomposés chacun en trois étapes , ancienne, moyenne et récente.

Une conception cyclique de l’histoire des civilisations (chacune connaissant une période d’ascension suivie de sa décadence, émise en 1918-1922 par l’Allemand Oswald Spengler, fut reprise par l’Anglais Arnold J. Toynbee dans Etude de l’histoire , 12 volumes, 1934-1961. Celui-ci établit filiations et interférences entre les trente-huit civilisations qu’il dénombra.

 

Délimitation des civilisations

Le terme de civilisation recouvre actuellement de multiples réalités qui peuvent être historique, sociologique ou psychologique. Aussi, selon la fonction de la caractéristique dominante choisie, parle-t-on par exemple de la civilisation industrielle, fondée sur le développement du machinisme, ou de la civilisation chrétienne, ou encore de la civilisation de l’image.

L’historien distingue les civilisations préhistoriques, se définissant par des critères exclusivement technologiques, des civilisations « historiques », caractérisées par l’écriture et le développement urbain, qui cumulent les critères technologiques et spatiaux.

En effet, seuls le paléolithique et le néolithique se caractérisèrent dans une certaine mesure par la diffusion universelle de leurs innovations.

Lorsque le rythme des innovations devint plus rapide que celui de leur diffusion, des divergences entre les différents groupes humains apparurent, et certains, marginalisés, s’immobilisèrent .

Le Mercantilisme

Informations supplémentaires